La France Goy — Christophe Donner

C’est une histoire un peu oubliée que raconte Christophe Donner dans La France Goy : la montée de l’antisémitisme au tournant du XIXe siècle et du XXe siècle. Un livre qui ravira les amateurs d’histoire, avec quelques réserves quand même.

A l'arrière-pla,, les photos de Miguel Almeyrada, Léon Daudet et Edouard Drumont, au premier plan, la couverture du livre de Christophe Donner, La France Goy
Hommes politiques français (extrême gauche et extrême droite) de la fin du XIXe siècle

Les personnages sont réels

#Henri Gosset
L’arrière-grand-père de l’auteur, Henri Gosset quitte son village du Cateau pour monter à Paris. C’est par ses nombreuses lettres (et aussi grâce à des recherches fouillées) que Christopher Donner raconte son histoire, le lecteur le suit de déménagement en déménagement et de femme en femme.

Était-il antisémite ? Probablement, mais rien ne vient étayer ce soupçon, si ce n’est sa proximité avec les personnages de l’extrême droite.

Curieuse figure qu’Henri qui s’est d’abord découvert un don pour le message et qui devient ensuite professeur à l’école de psychologie. Mais ses épouses étaient sans doute plus intéressantes que lui.

#Léon Daudet
Fils ainé de l’écrivain Alphonse Daudet, il était royaliste, antidreyfusard et antisémite. Il a joué un rôle important dans le journal du mouvement de l’Action française.

Il est présenté dans la France Goy comme un personnage charismatique. En tout état de cause, il fascine Henri Gosset qui le rencontre pendant leur jeunesse :

« Ses traits fins sous sa chevelure rebelle, son regard doux, sa grâce préraphaélite lui autorisent les plus belles conquêtes, marquises et rédacteurs en chef se disputant la joie de lui offrir une vie luxueuse, pleine de bombances et de volupté. »

#Édouard Drumont
Antisémite notoire, il a écrit La France juive, un ouvrage de référence. Il a un physique difficile et n’a pas eu la chance de Léon Daudet :

« À Daudet, les belles femmes, les beaux-arts, la vie mondaine, à Drumont les filles du trottoir, l’ivrognerie et les coups de couteau. »

#Charles Maurras
Le rôle de Charles Maurras est réduit à presque rien dans le livre. Il dirigeait pourtant l’Action française.

#Miguel Almeyreda
Né Eugène Vigo, il a pris le pseudonyme d’Almeyreda, anagramme de Y a la merde, affirme l’auteur (Wikipédia est plus réservé). Anarchiste, il a créé le journal Le Bonnet rouge.

L’histoire malmenée

L’affaire Dreyfus

Selon La France Goy, Drumont aurait rétribué Esterhazy pour que « il trouve quelque chose sur les juifs » et Esterhazy aurait alors rédigé le fameux bordereau. Sérieux ? D’accord, il s’agit d’un roman, ou d’autofiction, mais comme il n’a rien de distrayant (ni d’amusant), on pourrait s’attendre à ce que les faits historiques soient relatés de la façon la plus précise possible.

Je ne suis pas assez experte en histoire pour vérifier les autres faits du roman, mais cette constatation a enlevé beaucoup d’intérêt à ma lecture.

Le scandale de Panama

Sous réserve de ce que je viens d’écrire, le scandale de Panama est documenté et intéressant même si je n’ai pas vraiment vu le lien avec l’histoire d’Henri Gosset.

La fusillade de Fourmies

Pour avoir travaillé dans la région (à Wignehies exactement), je sais que cet épisode a laissé des traces. Il est passé à la loupe de l’antisémitisme sans avoir été vraiment placé dans le contexte. Dommage.

La narration

La France goy est un fourre-tout avec plusieurs fils conducteurs, histoire familiale, histoire politique de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, montée de l’antisémitisme. Un ouvrage inégal, passionnant par moment, ennuyeux à d’autres endroits.

Le style

Le livre comprend beaucoup de citations, ce qui alourdit le texte et empêche de savourer le style de l’auteur et ses pointes d’humour.

Incipit :

« Le Cateau. Un enfant de douze ans, le petit Macron, avait trouvé dans le grenier de son grand-père, où il était allé jouer avec un de ses camarades, nommé Gosset, un fusil déposé là comme en un lieu de sûreté. »

Citation :

« Le problème, c’est qu’il ne sait toujours pas vers quel bord, il penche. Un jour, son billet emprunte le méchant discours d’un anarchiste, aspirant à une “révolution totale”, un autre jour il ne parle que de démocratie, et entre-temps, il écrit un conte antisémite. Il faut dire qu’il change aussi très souvent d’alcool. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une histoire politique de la France de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle
  • Les pointes d’humour de l’auteur
  • Le personnage de Marcelle, deuxième épouse d’Henri Gosset

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Les faits historiques approximatifs
  • Un livre fourre-tout

Niveau de difficulté : assez difficile

Mes notes

Note globale : 3,0/5

Et vous, attendez-vous des faits historiques vérifiés lorsque vous lisez un livre sur un sujet aussi grave ? Dites-le en commentaires.

Autres romans historiques

Les grandes familles
Maurice Druon

Couverture du livre de Maurice, Druon , Les grandes familles sur un arrière plan.
France au milieu du XXe siècle

La carte postale
Anne Berest

En arrière-plan, une boîte aux lettres, au premier plan, la couverture du livre d'Anne Berest, La carte postale
Seconde Guerre mondiale

Bellissima
Simonetta Greggio

A l'arrière plan, la basilique Sainte-Justine de Padoue, au premier plan, la couverture du livre de Simonetta Greggio, Bellissima
Italie XXe siècle

Info-livre : La France Goy par Christophe Donner

Couverture du livre de Christopher Donner, La France Goy

Editeur : Grasset
ISBN : 978-2-246-81713-0
Pages : 506
Date de parution : 01/09/2021

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 249

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.