La petite dernière – Fatima Daas

Un roman ? Pas vraiment. Un texte plutôt, ou alors un poème, une chanson rythmée par le début de chaque chapitre : Je m’appelle Fatima Daas, mais ça, je pense que vous le savez déjà, on a beaucoup parlé de La petite dernière.

Couverture du livre de Fatima Daas, La petite dernière-Premier roman - Je m'appelle Fatima Daas

Service Presse

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Une jeune femme déchirée

Musulmane, d’origine algérienne, mais née en France et lesbienne, Fatima peine à trouver un compromis entre sa foi et son orientation sexuelle, à trouver sa place.

Le regard des autres comme une punition

En prépa, Fatima est obligée de se justifier, le professeur ne croit pas qu’elle a rédigé elle-même un devoir qui mérite 17/20.

Un texte déroutant

« Je m’appelle Fatima Daas.
Je porte le nom d’une personne symbolique en Islam »

« Je m’appelle Fatima Daas
Je porte le nom d’une Clichoise qui voyage de l’autre côté du périph pour poursuivre ses études. »

« Je m’appelle Fatima Daas, mais je suis née en France, dans le 78, à Saint-Germain-en-Laye »

« Je m’appelle Fatima.
Je suis asthmatique allergique. »

À chaque chapitre, on en apprend un peu plus sur Fatima, mais dans le désordre, comme un puzzle, après l’information sur le prénom Fatima, la narratrice parle de sa mère.
Sa mère dans son Royaume, sa mère qui cuisine, qui prend soin de ses filles. Si bien que Fatima à quatorze ans, ne savait pas faire son lit, à vingt ans, ne savait pas repasser une chemise et à vingt-huit ans, ne savait pas faire des pâtes au beurre.

Après l’information sur « la Clichoise qui voyage de l’autre côté du périph », la description du comportement de Fatima dans les transports en commun, de ce qu’elle voit aussi.
Les transports en commun reviennent souvent dans le chant de Fatima

Une fin tout en douceur

Fatima raconte l’histoire de son livre à sa mère. La boucle est bouclée.

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Le thème
  • L’écriture, comme un long chant

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • La classification : roman

Ma note

Note globale : 4,0/5

Sur la difficulté d’être soi

Vie rêvée
Héla Saïdi

En arrière-plan, deux mains liés par l'auriculaire, au premier plan, la couverture du livre d'Héla Saïdi, Vie rêvée.
Pieuse, elle s’interroge sur la place de la femme dans sa religion et analyse les textes fondateurs sur cette question.

Confessions d’un masque
Yukio Mishima

En arrière-plan, un masque et au premier plan, la couverture du livre de Yukio Mishima, Confessions d'un masque
Il s’agit surtout du récit fait par un jeune garçon de tous les efforts qu’il a faits pour devenir normal, quitte à s’aveugler lui-même.

Info-livre : La petite dernière par Fatima Daas

Couverture du livre de Fatima Daas, La petite dernière

Editeur : Noir Sur Blanc
ISBN : 978-2-88250-650-4
Pages : 192
Date de parution : 20/08/2020

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez-le !
[Total: 0 Moyenne : 0]
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 582

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.