Confessions d’un masque — Yukio Mishima

Nul doute que Kochan, un garçon frêle et chétif, renvoie à Yukio Mishima lui-même. Il a écrit ce livre à 24 ans. Il en a fallu du courage pour laisser tomber le masque et publier Confessions d’un masque dans le Japon conformiste de l’après-guerre qui rejette l’homosexualité.

En arrière-plan, un masque et au premier plan, la couverture du livre de Yukio Mishima, Confessions d'un masque
Il s’agit surtout du récit fait par un jeune garçon de tous les efforts qu’il a faits pour devenir normal, quitte à s’aveugler lui-même.

L’auteur l’explique dans le préambule intitulé Paroles de l’auteur :

« Ce roman, Ma Vita Sexualis, est une autobiographie sexuelle qui vise à la plus grande précision possible. La première partie est consacrée, à travers ma propre analyse, à une étude du sadisme et de la perversion, la deuxième partie, la seconde s’applique à relater une confession amoureuse dans le style de l’étrange Armance (plus étrange encore qu’Armance), et les remords ardents et éternels qui en découlent. »

Au sommaire

Quels sont les thèmes ?

  • Homosexualité
  • Rejet
  • Différence

Il s’agit surtout du récit de tous les efforts d’un jeune garçon pour devenir normal, quitte à s’aveugler lui-même.

La conscience de son homosexualité.

Très tôt, Kochan comprend qu’il est différent. Dans la rue, ses yeux se portent sur de jeunes militaires ou des ouvriers, souvent de jeunes hommes bien bâtis. Est-ce cela la perversion ? En 1949 au Japon, probablement.

Des fantasmes sanglants

Pour jouir, Kochan rêve, mais imaginer les corps nus de garçons ne lui suffit pas. Il est fasciné par un tableau représentant le martyr de Saint Sébastien et en tire des fantasmes. D’autres rêveries sont inspirées de Quo Vadis. Des passages dérangeants. Sadisme, certainement.

Comment ne pas rapprocher ces fantasmes de la mort cruelle de Yukio Mishima (il s’est suicidé par seppuku1)

Les efforts pour être comme tout le monde

Kochan va jusqu’à tomber amoureux, mais d’un amour suscité par la beauté de Sonoko qui n’entraîne chez lui aucun désir. Il lui faudra se rendre à l’évidence : embrasser Sonoko n’engendre rien.

Un garçon hors de la vie

Dès les premières pages, par le classicisme de l’écriture et par l’impression que Kochan vivait « ailleurs », dans ses rêves, j’ai pensé à Fritz Zorn (Mars). Lui aussi, mais pour des raisons différentes, n’est jamais parvenu à pénétrer la vie. Kochan s’est construit un masque pour essayer d’être normal, Fritz Zorn n’a jamais vraiment essayé.

Un livre qui aurait pu continuer

Confessions d’un masque se termine de façon abrupte et ne laisse pas le choix : il faut lire d’autres œuvres.

Une écriture extraordinaire

Il m’est arrivé de relire des paragraphes pour le plaisir des phrases

Citations :

« Des vagues à la rondeur d’un vert inquiétant venaient du large en glissant à la surface de l’eau. Les groupes de rocs bas qui faisaient saillie dans la mer avaient beau contrer leur avancée en projetant très haut des bouquets d’écume pareils à des mains blanches réclamant de l’aide, ils baignaient dans une sensation de profonde surabondance, et semblaient même rêver de bouées qui auraient rompu leurs amarres. »

« On peut bien écouter le cours, rien n’y fait. On n’a plus alors le choix qu’entre deux voies. La première, c’est de mal tourner, la seconde, d’affecter désespérément de tout savoir. La décision de s’engager dans l’une ou l’autre dépend de la somme de faiblesse ou de courage dont on dispose. »

Cette dernière citation m’a frappée, encore un masque.

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • L’écriture somptueuse
  • Le courage de l’auteur

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Des fantasmes dérangeants

Mes notes

Je ne suis pas certaine que vous apprécierez ce livre. À la question faut-il le lire ? Je répondrais oui, ne serait-ce que pour cette somptueuse écriture. Conclusion : 5/5

Lecture exigeante

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Acheter d’occasion

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

D’autres auteurs ont écrit sur les difficultés à être soi

En finir avec Eddy Bellegueule
Édouard Louis

A l'arrière-plan, un ballon de foot et au premier plan, la couverture du livre d'Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule
Les autres garçons ont une voix grave, jouent au foot et sortent avec des filles.

Vie rêvée
Héla Saïdi

En arrière-plan, deux mains liés par l'auriculaire, au premier plan, la couverture du livre d'Héla Saïdi, Vie rêvée.
Pieuse, elle s’interroge sur la place de la femme dans sa religion et analyse les textes fondateurs sur cette question.

Arrête avec tes mensonges
Philippe Besson

En arrière-plan, un couple et au premier plan la couverture du livre de Philippe Besson, Arrête avec tes mensonges
parce que tu partiras et que nous resterons

Info-livre : Confessions d’un masque par Yukio Mishima

Couverture du livre d'Yukio Mishima, Confessions d'un masque

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-288379-8
Pages : 290
Date de parution : 05/11/2020

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisation des données

  1. Suicide par éventration ↩︎
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 609
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires