Betty — Tiffany McDaniel

Betty est un voyage entre poésie et noirceur absolue, dans un monde où seuls les hommes blancs ont le droit d’essayer d’obtenir ce qu’ils désirent, et ce qu’ils désirent parfois…

A l'arrière plan, une jeune amérindienne, au premier plan la couverture du livre de Tiffany Mc Daniel, Betty
« — Eh bien, le cœur de verre s’ouvre, comme un médaillon, et l’oiseau s’envole pour nous conduire au paradis afin qu’on ne se perde pas en route. »

Que se passe-t-il ?

Après quelques années d’errance, la famille Carpenter s’installe à Breathed dans l’Ohio. Malgré la pauvreté, ce pourrait être le bonheur tant Betty est bercée par les mythes de son père, Landon Carpenter. Mais Landon est Cherokee, ce qui fait de Betty une métisse. Très brune, elle est maltraitée par ses camarades de classe, aujourd’hui on parlerait de harcèlement. Et ce n’est pas tout, Betty est témoin de tellement d’horreurs que je me suis demandé si ça allait s’arrêter.

J’ai été marquée par le contraste entre les possibilités de bonheur recélées par cette famille, et les combats qu’elle devait mener contre toutes les noirceurs du monde.

Où et quand ?

Le récit se déroule de 1909 au début des années 1970 dans les contreforts des Appalaches (Ohio).
Betty décrit les efforts de son père pour rendre une maison abandonnée confortable. Elle dépeint surtout le jardin, qui leur permettra de vivre. Landon Carpenter a fabrique de l’alcool, il en a même vendu. Vous serez emporté dans une Amérique très éloignée de ce qui nous fascine.

Qui sont les personnages ?

#Betty
Elle a huit ans quand le récit commence. Elle adore son père, mais n’est pas proche de sa mère, que j’ai difficilement appréhendée, peut-être tout simplement parce que Betty, elle-même ne la comprenait pas. Betty écrit des histoires et l’un de ses frères les illustre.

#Landon Carpenter
Si la vie est supportable pour Betty et le livre soutenable pour le lecteur, c’est grâce aux mythes (souvent inventés) de Landon.

« — Eh bien, le cœur de verre s’ouvre, comme un médaillon, et l’oiseau s’envole pour nous conduire au paradis afin qu’on ne se perde pas en route. Tu sais, c’est très facile de se perdre quand on va dans un endroit où on n’est jamais allé avant. »

#Les frères et sœurs de Betty
Flossie rêve de devenir une vedette de cinéma. Sa mère, consciente des difficultés, essaiera de l’en dissuader, à sa manière.
Fraya aura la vie la plus massacrée qui soit.
Les garçons subiront moins que les filles, mais ils ne seront pas plus heureux pour autant.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Je ne suis encore qu’une enfant pas plus haute que le fusil de mon père. Papa me demande de le lui apporter, à l’instant où je sors pour le rejoindre, tandis qu’il souffle un peu, assis sur le capot de la voiture. Il me prend le fusil des mains et le pose sur son genou. Quand je m’assieds près de lui, je sens la chaleur de l’été qui irradie son corps comme de la tôle d’un toit brûlant par une chaleur torride. »

Citation :

« Ma sœur était tout simplement une de ces filles condamnées par une idéologie et des textes ancestraux selon lesquels le destin d’une femme est d’être bien comme il faut, obéissante et sagement séduisante, mais invisible au besoin. Clouée à la croix du sexe auquel elle appartient, une jeune femme se trouve coincée entre la mère et la côte biblique, dans un espace réduit qui ne lui permet d’être rien d’autre qu’une fille qui vit auprès de ses frères sans être pourtant leur égale. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une saga familiale
  • Landon Carpenter et Betty, bien sûr

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Un roman très noir

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Histoire4,0/5
Écriture4,0/5
Moyenne4,0/5

Info-livre : Betty par Tiffany McDaniel

Couverture du livre de Tiffany Mc Daniel, Betty

Editeur : Totem / Gallmeister
ISBN : 978-2-35178-838-7
Pages : 704
Date de parution : 03/03/2022

Sur les Amérindiens

Crazy Horse L’homme étrange des Oglalas
Mari Sandoz

Croquis de Crazy fait par un missionnaire mormon et couverture du livre de Mari Sandoz, Crazy Horse
Croquis de Crazy fait par un missionnaire mormon. Crazy Horse n’a jamais accepté d’être pris en photo.

Julip/La Femme aux lucioles…
Jim Harrison

En arrière-plan, un homme au bord de l'eau, au premier plan, la couverture du livre de Jim Harrisson, Julip, La femme aux lucioles
Des nouvelles d’un des plus grands auteurs américains
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 350

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.