Ceux du Chambon — Matz — Kanellos Cob — Kathrine Avraam

Le Chambon-sur-Lignon, le village des Justes, a hébergé entre mille et trois mille juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ceux du Chambon raconte cette histoire sous le prisme particulier d’une famille qui a confié ses enfants à des Chambonnais pour les sauver de la mort.

En arrière-plan, la gare du Chambon-sur-Lignon, au premier plan, la couverture de la bande dessinée de Matz, Ceux du Chambon
« Nous ignorons ce qu’est un juif. Ici, il n’y a que des hommes. »

L’histoire vraie

Matz a proposé à Étienne Weil de raconter son histoire en bandes dessinées. Bien que dérouté, se voyant déjà sous les traits de Tintin ou de Spirou, le vieux monsieur a accepté, pour le bonheur des lecteurs. Le scénariste relate l’histoire de chaque membre de la famille. Maurice et Denise, comprenant les risques encourus par les juifs pendant l’occupation allemande, se séparent de leurs fils, Maurice et Étienne, qui sont envoyés au Chambon-sur-Lignon où ils sont accueillis par le pasteur Trocmé. Ils se retrouveront après la guerre.
L’histoire correspond à celle que je connais avec ses personnages emblématiques et des scènes réelles. Les répliques prennent vie grâce aux images.

Le pasteur Trocmé prononce en chair les paroles célèbres :

« Nous résisterons lorsque nos adversaires viendront exiger de nous des soumissions contraires aux ordres de l’Évangile. Nous le ferons sans crainte comme aussi sans orgueil et sans haine. »

La réponse du pasteur Trocmé au préfet Bach qui l’informe d’un prochain recensement des juifs :

« Nous ignorons ce qu’est un juif. Ici, il n’y a que des hommes. »

J’ai été touchée par la réaction des deux frères lorsqu’ils sont retournés au village des années après, Philippe, sans doute plus conscient de ce qui se passait et de ce qu’ils risquaient, a presque tout effacé de sa mémoire, Étienne, plus jeune, conserve le souvenir d’un temps heureux.

Les dessins — Kanellos Cob

Ils sont assez ressemblants, mais les visages sont inexpressifs, ce qu’on imagine bien pour Trocmé, Darcissac et autres, on l’imagine moins pour le couple Weil qui risquait sa vie et celle de leurs enfants.

Les couleurs

Ternes, elles correspondent bien à cette époque qui n’avait rien de joyeux ni d’heureux. Elles rendent l’histoire plus sombre.

Pour connaître toute l’histoire

Le village des Justes
Emmanuel Deun

En haut, les pasteurs Trocmé, Darciassac et Theiss, en bas à droite Martha et André Trocmé, en bas à gauche, la couverture du livre d'Emmanuel Deun, Le village des Justes
En haut, les pasteurs Trocmé, Darcissac et Theiss, en bas à droite Martha et André Trocmé

Le silence des Justes
Caroline Puig-Grenetier

Le silence des justes
Pour comprendre pourquoi les Justes ont gardé le silence

Info-livre : Ceux du Chambon par Matz — Kanellos Cob — Kathrine Avraam

Couverture de la bande dessinée de Matz, Ceux du Chambon

Editeur : Steinkis
ISBN : 978-2-36846-468-7
Pages : 126
Date de parution : 07/10/2021

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.