La mort entre ses mains — Ottessa Moshfegh

La mort entre ses mains démarre sur des chapeaux de roue, le début de l’ouvrage et la surprenante suite m’ont captivée. Hélas ! Je n’ai rien compris au dénouement.

En arrière-plan, une forêt sur les bords d'une rivière, au premier-plan, les couverture du livre d'Ottessa Moshfegh, La mort entre ses mains
Tout l’été, j’avais été tellement fière de faire des tours en barque et de contempler la terre ferme…

Service Presse

L’intrigue

Vesta Gul se promène avec son chien Charlie quand elle voit un énigmatique message posé sur le sol de la forêt :

« Elle s’appelait Magda. Personne ne saura jamais qui l’a tuée. Ce n’est pas moi. Voici son cadavre. »

Vesta a beau chercher, elle ne trouve aucune trace d’un corps, pas même d’un indice qui montrerait qu’une femme est passée par là. Elle ramasse le message et les petits cailloux qui le maintenaient au sol et décide d’enquêter.
Mais comment mener une enquête quand on a aussi peu d’éléments ? Vesta imagine alors Magda, et Blake l’auteur du message. L’auteur nous emmène ensuite sur un chemin étrange et captivant.

Je n’ai, hélas, pas compris la fin. Alors que je m’attendais, soit à une révélation, soit à une explosion tout aussi énigmatique que le reste, l’histoire part dans un sens complètement différent, incompréhensible et décevant.

L’univers narratif

Des forêts et des lacs. Une petite ville où les gens sont pauvres.

Les personnages

L’histoire tourne autour de Vesta, une femme de soixante-douze ans, arrivée depuis peu dans la région. Elle vit, isolée, avec la seule compagnie de son chien, Charlie, dans une cabane au bord d’un lac. Elle semble heureuse malgré sa solitude, s’occupe de Charlie et de sa cabane.
Vesta a récemment perdu son mari, Walter, l’amour de sa vie, mais est-ce si certain qu’elle a eu une vie épanouie à ses côtés ?
Vesta est un personnage original, qui, parce qu’elle a du temps, remet en cause sa vision du passé. Mais qu’en est-il de l’avenir ?

L’écriture

L’écriture est fluide et le livre se lit facilement, mais j’aurais aimé un style un peu plus onirique, ce qui aurait donné plus de sens à l’histoire.

Citation :

« Tout l’été, j’avais été tellement fière de faire des tours en barque et de contempler la terre ferme, l’ensemble de ma propriété. C’était à moi. Je la possédais, je possédais ce sublime bout de la planète Terre. Il n’appartenait qu’à moi. Et l’île, avec son étrange promontoire et ses rochers dangereux, ses quelques pins solitaires, son myrtillier, enfin sa clairière juste assez vaste pour qu’on puisse y poser une couverture, tout ça aussi m’appartenait. Posséder me rassurait énormément. Personne ne pourrait jamais interférer. Le titre de propriété était à mon seul nom — l’ensemble des cinq hectares. Je n’avais même pas tout vu, à cause de mon allergie aux pins. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’originalité du début de l’histoire
  • Le personnage de Vesta

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • La fin décevante

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue2,5/5
Écriture 3,0/5
Moyenne3,9/5

Autres livres sur des personnes âgées

Le nœud de vipères
François Mauriac

Des vipères à l'arrière-plan et au premier plan, la couverture du livre de François Mauriac, Le nœud de vipères.
« Je connais mon cœur, ce nœud de vipères : étouffé sous elles… »

Les Gratitudes
Delphine de Vigan

Dans une maison de retraite où Michka finit sa vie…

Info-livre : La mort entre ses mains par Ottessa Moshfegh

Couverture du livre d'Ottessa Moshfegh, La mort entre ses mains

Editeur : Fayard
ISBN : 978-2-213-71729-6
Pages : 260
Date de parution : 05/01/2022

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 323

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.