La porte du voyage sans retour — David Diop

Est-ce que La porte du voyage sans retour m’a particulièrement touchée ? Non. Est-ce que j’ai appris quelque chose ? Non plus. Est-ce que ça en fait un mauvais livre ? Pas davantage. Un bon livre, certes, mais qui n’apporte pas grand-chose au lecteur et surtout pas d’émotion.

A l'arrière-plan, une femme africaine, au premier , la couverture du livre de David Diop, La porte du voyage sans retour.
Le Sénégal au XVIIIe siècle

L’intrigue

Il faut attendre la page 53 pour que l’histoire commence vraiment (La porte du voyage sans retour compte 252 pages). Auparavant, l’auteur s’intéresse à la fille de Michel Adanson que le lecteur ne retrouvera qu’à la toute fin de l’ouvrage. C’est par ses yeux qu’on apprend à connaître Michel Adanson, le protagoniste du livre. Il lui raconte enfin son histoire.

Le narrateur s’est rendu au Sénégal à l’âge de vingt-trois ans. Très vite, il entend parler d’une jeune femme, Maram Seck, sans doute enlevée par des esclavagistes, et qui se serait échappée, sans qu’on sache ce qu’elle est devenue. Pour une raison mystérieuse, Michel Adanson, jusque-là uniquement amoureux de la flore et de la faune, se met en tête de retrouver la jeune femme.

L’univers narratif

Le Sénégal au XVIIIe siècle. David Diop décrit les relations entre la population locale et les blancs venus de France, les achats d’esclave, mais aussi les coutumes et les vêtements. C’est le point fort du livre.

Les personnages

#Michel Adanson
Naturaliste français, il a réellement existé, réellement exploré le Sénégal. L’auteur le dépeint pétri des valeurs et des croyances de son siècle.

« Nous sommes les fruits de notre éducation et, comme tous ceux qui m’avaient décrit l’ordre du monde, j’ai cru de bonne foi que ce qu’ils m’avaient expliqué de la sauvagerie des Nègres était vrai. Pourquoi aurais-je mis en doute la parole de maîtres que je respectais, héritiers eux-mêmes de maîtres qui leur avaient assuré que les Nègres étaient incultes et cruels ? »

J’ai eu du mal à croire que Michel Adanson devient une de ces « improbables consciences » et qu’il a vu, même par amour, les choses différemment de ses compatriotes de l’époque.

#Maram Beck
Elle raconte elle-même son histoire à Michel Adanson jusqu’à ce que ce dernier reprenne le récit de leur histoire devenue commune.

#Ndiak
Fils de roi et prince, mais sans espoir d’accéder au trône, il n’a que douze ans. Il sert d’assistant au naturaliste. Cet adolescent malicieux, à la fois sage et naïf, est le personnage le plus attachant de La porte du voyage sans retour. Dommage que l’auteur n’ait pas davantage développé son histoire.

Le style

La porte du voyage sans retour est extrêmement bien écrit même si le mot Nègre, abondamment utilisé m’a souvent fait sursauter. L’auteur a pourtant raison de l’utiliser puisque c’était le mot qu’employaient les Européens de l’époque et qu’il évoque encore aujourd’hui la façon dont les blancs les ont traités.

Incipit :

« Michel Adanson se regardait mourir sous les yeux de sa fille. Il se desséchait. Il avait soif. Ses articulations calcifiées, coquilles d’os fossilisés, ne se dénouaient plus. Tordues comme des sarments, elles le martyrisaient en silence. »

Citation :

« Malgré mon cartésianisme, ma foi dans la toute-puissance de la raison telle que les philosophes dont j’ai partagé les idéaux l’ont célébrée, il me plaît d’imaginer que des femmes et des hommes sur cette terre sachent parler aux arbres et leur demandent pardon avant de les abattre. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • La description du Sénégal au XVIIIe siècle
  • Le style de l’auteur

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une intrigue peu convaincante

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages2,5/5
Intrigue2,5/5
Style5,0/5
Moyenne3,8/5

Si vous l’avez-lu, dites-moi en commentaires ce que vous en avez pensé.

Autres romans sur l’Afrique

Petit pays
Gaël Faye

Carte du Burundi et couverture du livre de Gaël Faye, Petit pays
« Je ne sais vraiment pas comment cette histoire a commencé. »

Rouge impératrice
Léonora Miano

La couverture du livre de Léonora Miano, Rouge impératrice et une carte d'Afrique, en bleu.
Carte d’Afrique, crédit Cartes et Images

Info-livre : La porte du voyage sans retour par David Diop

Couverture du livre de David Diop, La porte du voyage sans retour.

Editeur : Seuil
ISBN : 978-2-02-148785-5
Pages : 252
Date de parution : 19/08/2021

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 249

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.