Le sang des Belasko — Chrystel Duchamp

Il y a un peu d’Agatha Christie chez Chrystel Duchamp. Comme la reine du crime, elle excelle à nous faire tourner les pages de son livre, Le sang des Belasko, en nous faisant prendre des coupables pour des innocents et réciproquement.

En arrière plan, une maison avec terrasse et au premier plan, la couverture du livre de Chrystel Duchamp, Le sang des Belasko.
Une maison pour une famille heureuse, oui, mais…

Et puis Le sang des Belasko est une histoire, revisitée, de meurtre en chambre close.

Service Presse

L’univers narratif

La maison familiale, édifiée en 1905, une construction basse aux lignes horizontales avec des terrasses en encorbellements, style Prairie School qu’on trouve plus aux États-Unis qu’en Provence, lieu où se déroule l’histoire.

Les personnages

Une fratrie de trois frères et deux sœurs. On saisit vite qui est qui, ce qui est assez rare dans un roman à multiples protagonistes.

#Philippe et Mathieu
Inséparables alors qu’ils étaient enfants, ils ne se parlent plus. Philippe est un charmeur, Mathieu est violent.

#Garance et Solène
Solène, diabétique, a été surprotégée par ses parents. Garance est devenue un chef connu, puis a tout perdu.

#David
Le petit dernier, à la belle réussite professionnelle

L’intrigue

La vie a été douce pour la famille Belasko, dans leur demeure, la Casa. Les enfants couraient, riaient, s’embrassaient. Ils ont grandi, ont quitté la maison. Et les rancœurs ont remplacé les chamailleries.
Leur père vient de mourir, ils se réunissent une dernière fois, sans enthousiasme. Lorsque le soir arrive, il n’est plus possible pour aucun d’entre eux de quitter la maison. Les téléphones mobiles n’ont pas de réseau et le téléphone fixe n’a plus de tonalité. Il leur faut attendre le matin pour que les portes s’ouvrent de nouveau.

L’intrigue est bien construite, renouvelle avec bonheur les histoires de crime impossible.

Le style

Un style efficace

Incipit :

« Certains jours sont restés gravés dans ma mémoire. Celui où les Belasko franchirent mon seuil en est un. Avant leur arrivée, j’étais seule, salie, meurtrie ».

Citation :

« Ce matin-là, la Casa avait des airs de fourmilière. Patricia allait et venait, les bras chargés de draps, Marion s’activait dans le hall avec son plumeau, Thérèse préparait le repas dans la cuisine et Paul taillait les cyprès de Provence devant la maison. Cinq domestiques pour deux personnes. Philippe avait trouvé cette proportion ironique. Lui n’avait même pas une femme de ménage à son service. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Dix petits nègres revisité
  • Un page-turner

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Que l’auteur ne s’attarde pas plus

Mes notes

Univers narratif
Personnages
Intrigue
Style

Moyenne

4,5/5
4,5/5
4,5/5
4,5/5

4,5/5


Info-livre : Le sang des Belasko par Chrystel Duchamp

Couverture du livre de Chrystel Duchamp, Le sang des Belasko

Editeur : Archipel (L’)
ISBN : 978-2-8098-4040-7
Pages : 240
Date de parution : 14/01/2021

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.