L’énigme de la stuga — Camilla Grebe

Camilla Grebe revisite le thème du meurtre en chambre close, mais plus qu’un roman policier ou une histoire à énigme, L’énigme de la stuga est un roman noir qui démontre qu’aucun milieu n’est à l’abri de la catastrophe.

Une maisonnette en bois en arrière plan. La couverture du livre de Camilla Grebe, L'énigme de la stuga, au premier plan
Meurtre en chambre close, mais pas seulement.

Que se passe-t-il ?

Lykke Andersen, couverte de sang, est amenée dans un centre médico-légal pour être examinée. Elle est ensuite incarcérée.

Huit ans, auparavant, elle et son mari avaient donné une fête à des proches. Lorsque Lykke était allée réveiller ses fils au lendemain de la soirée très arrosée, elle avait trouvé le corps sans vie de Bonnie, la meilleure amie des jumeaux. Tous les trois avaient dormi dans la stuga (maisonnette en bois sur la propriété des Andersen).

Il est rapidement établi que toutes les issues étaient fermées de l’intérieur. Pour les policiers, il ne fait aucun doute qu’un des jumeaux est coupable.

Je n’ai eu aucun mal à identifier l’assassin (mais pas ses motifs), en revanche la question demeurait : comment avait-il fait ? Si vous aimez être surpris par la révélation finale du meurtrier, vous pourriez être déçu, mais si vous aimez les romans noirs à la narration impeccable — l’histoire est racontée du point de vue de Lykke et de celui d’un policier, Manfred — vous adorerez ce livre.

Comme souvent chez Camilla Grebe, les thèmes sont nombreux : comment les parents d’assassins peuvent-ils vivre une telle situation ? Jusqu’où un écrivain peut-il utiliser sa famille dans un livre, sans causer de dommages ? Jusqu’où un policier peut-il aller pour établir la vérité ?

Où et quand ?

De nos jours dans la campagne suédoise, dans la propriété des Andersen, L’Éternité.

Les personnages

Lykke Andersen
Cette éditrice de métier, qui a épousé un écrivain célèbre, est une femme déterminée, surtout quand on touche à ses enfants.

Manfred
Une fois en prison, Lykke demande à lui parler. Il était le policier qui avait enquêté sur le meurtre de Bonnie huit ans auparavant.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Tout commence et s’achève avec les enfants, disais-tu. Ils nous sont arrivés comme un don, la promesse de plus grand que la vie elle-même. »

Citation :

« Le contraire de la vérité, c’est le récit parfait au plan dramaturgique — rien dans la réalité ne suit la même logique que dans la fiction. La réalité n’est jamais aussi passionnante, fascinante, exaltante.
La réalité est aussi grise et prosaïque qu’un torchon délavé. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Un roman noir à plusieurs thèmes
  • Une narration parfaite
  • Une écriture impeccable

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Le coupable se devine aisément (mais pas comment il a fait).
  • Les motivations du meurtrier ne sont pas compréhensibles

Un des meilleurs livres du moment (2023)

Mes notes

Univers narratif4,5/5
Personnages4,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture4,5/5
Narration5,0/5
Moyenne4,6/5
Plus de détails sur le système de notation

Lecture un peu exigeante

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Acheter neuf

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Info-livre : L’énigme de la stuga par Camilla Grebe

Couverture du livre de Camilla Grebe, L'énigme de la stuga

Editeur : Calmann-Lévy noir
ISBN : 978-2-7021-8087-7
Pages : 480
Date de parution : 01/02/2023

Meurtres en chambre close

Le sang des Belasko
Chrystel Duchamp

En arrière plan, une maison avec terrasse et au premier plan, la couverture du livre de Chrystel Duchamp, Le sang des Belasko.
Une maison pour une famille heureuse, oui, mais…

Le clocher de Noël et autres crimes impossibles — Roland Lacourbe

Les photos de Franck L. Baum, Conan Doyle et Maurice Leblanc, la couverture du livre de Roland Lacourbe, Le clocher de Noël.
Crimes impossibles

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisation des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 609
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires