Le secret du mari — Liane Moriarty

Comment réagiriez-vous face à une effroyable révélation ou à un drame ? La vie continuerait, répond Liane Moriarty dans Le secret du mari. Ce qui n’exclut pas les doutes ou les questions. Mais, la vie continuerait. Il faudrait emmener les enfants à l’école ou se lever chaque matin, pendant que la tragédie se resserre autour de vous.

A l'arrière-plan, une enveloppe : à ouvrir après ma mort, au premier plan, la couverture du livre de Liane Moriarty, Le secret du mari
Quel secret dissimule cette enveloppe ?

L’intrigue

Cecilia, mère de famille trouve par hasard une lettre de son mari « à ouvrir après ma mort ». L’embarras de son époux lorsqu’elle lui en parle attise sa curiosité. Forcément !

Tess croit d’abord à une plaisanterie, son mari et sa cousine-meilleure-amie viennent de lui annoncer qu’ils sont amoureux l’un de l’autre. Ce n’en est pas une, évidemment !

Rachel apprend que son fils et sa belle-fille vont quitter Melbourne pour New York, la séparant de Jacob, son petit-fils, sa seule raison de vivre depuis l’assassinat de sa fille Janie. Elle en veut à sa belle-fille. Bien entendu !

Quel que soit le drame qui couve, ou qui a explosé, les trois femmes doivent accomplir les gestes du quotidien, même si mentalement, elles sont en miettes. C’est l’originalité de l’intrigue. Et pourtant, et c’est suffisamment rare pour être signalé, un passage m’a arraché un cri d’horreur. L’épilogue en a rajouté une couche dans le cauchemar.
Le rythme de l’ouvrage est lent, laissant le temps au lecteur des comprendre chacune des phases que subissent les trois femmes, et surtout leurs questionnements intérieurs, complexes parce qu’elles ne sont ni des monstres ni des saintes.

L’univers narratif

Le quotidien de trois femmes très différentes à Melbourne, mais liées par ce fameux secret, ou plutôt par ses répercussions. L’histoire se déroule sur une semaine, du lundi au dimanche.

Les personnages

#Cecilia
Une femme très organisée, une sorte de Brie Van De Camp qui aurait réussi à merveille sa vie d’épouse et de mère de famille, mais, après avoir lu la lettre, elle est incapable de prendre une décision.

#John-Paul
Comment ne pas le trouver antipathique ? Les répercussions de son acte, et de la dissimulation de celui-ci vont briser la vie de plusieurs personnes. Quant à sa mère, elle ne doit faire un passage dans le roman que pour que vous ayez envie de la gifler.

#Tess
Au fil du livre, son amitié avec Felicity n’apparaît plus aussi idyllique que ça. Il se pourrait bien que les deux femmes aient beaucoup de choses à se reprocher mutuellement. Que Felicity pique le mari de Tess pourrait bien mettre leur relation au clair et pour le mieux.

#Rachel
Dévastée par la mort de sa fille, elle n’a pas été une mère idéale pour son fils. Elle croit connaître le nom de l’assassin de sa fille et en découvrant une cassette, elle croit le tenir, mais la police n’y voit pas une preuve.

L’écriture

Très fluide, l’écriture vous porte jusqu’au dénouement.

Incipit :

« Tout ça, c’était à cause du Mur de Berlin.
S’il n’avait pas été question du Mur de Berlin, Cecilia n’aurait jamais trouvé la lettre et ne serait pas assise là, assise à la table de sa cuisine, à tenter d’ignorer la petite voix qui lui disait de l’ouvrir. »

Citation :

« Cecilia n’avait jamais été à l’aise en présence de Rachel. Elle se sentait futile. Le monde ne semblait-il pas forcément futile à une femme qui avait perdu un enfant dans de telles circonstances ? Aussi, Cecilia cherchait toujours à lui montrer, d’une manière ou d’une autre, qu’elle avait pleinement conscience de la vacuité de son existence. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Drames dans un quotidien bien huilé
  • Personnages marquants
  • Intrigue originale

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Rythme lent

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture 5,0/5
Moyenne4,8/5

Info-livre : Le secret du mari par Liane Moriarty

Couverture du livre de Liane Moriarty, Le secret du mari

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-06794-8
Pages : 498
Date de parution : 06/04/2016

Meurtres et conséquences

L’horizon d’une nuit
Camilla Grebe

Une famille en arrière-plan, la couverture du livre de Camilla Grebe, L'horizon d'une nuit.
« Le samedi 16 décembre 2000, ma vie changea pour toujours. »

Au printemps des monstres
Philippe Jaenada

A l'arrière-plan, une porte de prison, au premier plan, la couverture du livre de Philippe Jaenada, Au printemps des monstres
Le sens de la narration de l’auteur rend ce pavé digeste
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 339

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.