Les sept morts d’Evelyn Hardcastle — Stuart Turton

Il est assez rare qu’une couverture me donne envie d’acheter un livre, mais entre le titre, la couverture et la quatrième de couverture qui évoque Agatha Christie, Downtown Abbey et Un jour sans fin, difficile de résister. En réalité, Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, c’est plutôt un Cluedo géant.

En arrière-plan, un vieux manoir, au premier plan, la couverture du livre de Stuart Turton, Les sept morts d'Evelyn Hardcastle
Une ruine de l’extérieur et quelques belles pièces à l’intérieur

L’univers narratif

Un mystérieux château quelque part en Angleterre, une ruine de l’extérieur et quelques belles pièces à l’intérieur. Les hôtes du château qui n’ont rien de charmant, des domestiques qui ont aussi des secrets et des invités pas toujours sympathiques.
Et de ce château, vous ne pouvez pas sortir, du moins sans affronter le jeu auquel vous êtes convié, mais par qui ?

Les personnages

#Le narrateur
Il faut avancer assez loin dans le livre pour savoir qui il est. La quatrième de couverture révèle son nom et c’est dommage.

#Anna
Elle se trouve dans la même situation que le narrateur. Enfin, presque, mais vous ne saurez la différence qu’à la fin du livre.

#Evelyn Hardcastle
Elle est la clé du mystère. Si le narrateur trouve qui va la tuer, il pourra quitter le château.

#Les hôtes
Peter et Helena Hardcastle. Ce sont eux qui ont décidé de donner une soirée en l’honneur de leur fille Evelyn, revenue de Paris.

#Sébastian Bell
Un médecin, assez gentil, mais pas tout blanc tout blanc.

#Lord Ravencourt
Obèse et presque invalide, il est aussi banquier. Son esprit vif et perspicace va permettre à notre narrateur d’avancer.

#Les domestiques
Le majordome qui joue un rôle clé malgré lui.
Mme Drudge, la cuisinière, qui connaît une information décisive, encore faut-il que notre héros lui pose la question.

Et tellement d’autres personnages. Il vaut mieux avoir une bonne mémoire, des faits qui apparaissent au début du livre ne trouveront une explication qu’à la fin (et il y a 537 pages).

L’intrigue

Le narrateur prend (ou reprend) conscience dans une forêt, en criant « Anna ». Il ignore ce qu’il fait là, qui il est et qui est Anna. Il aperçoit une femme en robe noire. Elle fuit, une détonation retentit. Toujours ignorant qui il est et comment il est arrivé là, il part chercher du secours. Il parvient dans un château où il est accueilli par un majordome et par un bel homme blond. Personne n’a jamais entendu parler d’Anna et Sebastian Bell — c’est le nom que l’homme blond donne au narrateur — ne l’avait jamais évoquée auparavant. Dans la soirée, il fait connaissance des invités et traverse quelques péripéties.

Le lendemain, il se réveille dans une autre chambre. Pourquoi l’a-t-on déplacé pendant la nuit ? Personne en réalité ne l’a changé de pièce, le narrateur a maintenant investi le corps du majordome. Il va répondre à la sonnette de l’entrée et accueille Sebastian Bell, affolé, qui cherche du secours. Sebastian Bell, c’était lui-même la veille.
L’intrigue est un mécanisme bien huilé. Malheureusement, j’ai eu du mal à me souvenir de tous les détails qui permettent de l’apprécier. J’ai trouvé quelques longueurs aussi, le livre parfois s’attarde et rien n’avance. Bref, ne laissez pas Les sept morts d’Evelyn Hardcastle traîner dans un coin, une fois que vous l’aurez commencé.

Le style

Incipit :

« J’oublie tout à chaque pas.
Je finis par crier “Anna” et referme brusquement la bouche de surprise.
Mon esprit est vide. Je ne sais pas qui est Anna ni pourquoi j’appelle son nom. Je ne sais même pas comment je suis arrivée ici. Je me tiens dans une forêt, protégeant mes yeux du crachin. Mon cœur cogne, j’empeste la transpiration et mes jambes tremblent. J’ai dû courir, mais je ne me souviens pas pourquoi. »

Citation :

« Je craque l’allumette d’une main tremblante, la tends vers la lampe. Des flammes explosent derrière le verre, repoussant les ombres profondément dans les coins et illuminant mon visiteur. C’est l’homme au costume de médecin de peste que j’ai déjà rencontré, la lumière révélant des détails qui m’avaient échappé dans la pénombre du bureau. Son pardessus est élimé et déchiré sur les bords, un haut de forme et son bec en porcelaine recouvrent tout son visage à l’exception des yeux. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Un roman mystérieux qui joue avec le temps
  • Une mécanique bien huilée

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Trop de choses à retenir pour vraiment apprécier l’intrigue.

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages4,0/5
Intrigue5,0/5
Style4,0/5
Moyenne4,3/5

Info-livre : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle par Stuart Turton

couverture du livre de Stuart Turton, Les sept morts d'Evelyn Hardcastle

Editeur : Sonatine
ISBN : 978-2-35584-726-4
Pages : 539
Date de parution : 16/05/2019

Autres livres policiers et fantastiques

Le pacte de l’étrange
John Connolly

Couverture du livre de John Connolly, Le pacte de l'étrange avec en arrière plan l'esquisse d'un visage et de deux mains.
Un livre mi-policier, mi-fantastique

Le cinquième cœur
Dan Simmons

Couverture du livre de Dan Simmons, Le cinquième coeur, dessin de Henry James, dessin de Sherlock Holmes et photo de la Maison Blanche
Quand Henry James rencontre Sherlock Holmes
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.