Séquences mortelles — Michael Connelly

Fan inconditionnelle de Michael Connelly en général et de Harry Bosch en particulier, j’ai été un peu déçue par Séquences mortelles qui met en scène le journaliste Jack McEvoy (Le poète). La plongée dans le monde de l’analyse génétique et du journalisme d’investigation est passionnante, mais l’intrigue manque de dynamisme.

Une machine à écrire à l'arrière-plan, au premier plan, couverture du livre de Michael Connelly, Séquences mortelles
Plongée dans le monde de l’analyse génétique et du journalisme d’investigation

L’intrigue

Jack McEvoy travaille au Fair Warning, magazine en ligne de défense des consommateurs. A priori, rien à voir avec les serial killers. Sauf qu’une de ses conquêtes d’une nuit vient d’être assassinée et deux policiers désagréables se pointent chez le journaliste. Il ne lui en faut pas plus pour s’intéresser à l’affaire.

Il manque un peu de peps à cette intrigue pour être vraiment passionnante, des personnages sans grande importance apparaissent et disparaissent. Mais vous plongerez dans un milieu qui fait froid dans le dos (et je ne parle pas des serial killers).

L’univers narratif

L’enquête de Jack l’amène à s’intéresser aux sociétés qui proposent des kits ADN en ligne, l’occasion pour moi de découvrir l’absence de régulation aux États-Unis dans ce domaine, ce qui n’a rien de réjouissant.

L’enquête est aussi l’occasion de parler de la liberté de la presse, mais pas seulement, de l’éthique des journalistes aussi et je mettrai volontiers un zéro pointé à Jack à ce niveau.

Les personnages

#Jack McEvoy
Sa relation avec le journalisme ou avec l’amour de sa vie, Rachel, n’en fait pas un personnage attachant, teigneux, prêt à aller au bout de ses enquêtes, mais pas sympathique. Il en est conscient, mais sa vision du monde est bien ancrée en lui.

#Rachel Walling
Ancien agent du FBI, elle a dû démissionner et s’occupe maintenant de chercher les antécédents des candidats à un emploi. Rien de très intéressant pour quelqu’un qui a ses compétences ; un peu superwoman aussi.

#L’équipe du magazine
Le rédacteur en chef, Myron Levin ne voit pas bien le rapport entre la défense du consommateur et la poursuite d’un serial killer mais McEvoy arrive à le convaincre, avec raison je dois dire.

Sur la demande de Myron, Emily Atwater travaille avec Jack et supporte l’humeur chatouilleuse de ce dernier : c’était son sujet, non mais !

L’écriture

Incipit :

« Sa voiture lui plaisait bien. C’était la première fois qu’elle montait dans une électrique. Elle n’entendait que le vent tandis qu’ils fonçaient dans la nuit. »

Citations :

« J’en restais abasourdi. Le rapport concluait qu’il n’y avait pratiquement ni surveillance ni réglementation gouvernementale du domaine florissant de l’analyse génétique. Les autorités avaient pris beaucoup de retard. »

« - Le problème, c’est que le FBI ne veut pas que nous publiions parce que ça risque d’alerter le type et qu’ils ont peur qu’il disparaisse. Pour moi, ce n’est pas pour rien que notre journal s’appelle Fair Warning et nous devons mettre le public en garde contre cet individu. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une plongée dans le domaine de l’analyse génétique
  • Une enquête menée par un journaliste

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Manque de peps

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages4,0/5
Intrigue4,0/5
Écriture 5,0/5
Moyenne4,5/5

Info-livre : Séquences mortelles par Michael Connelly

Couverture du livre de Michael Connelly, Séquences mortelles

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-10767-5
Pages : 480
Date de parution : 02/03/2022

Des romans écrits par des journalistes

Sous le sol de coton noir
Paul Duke

En arrière plan, arbre mort sur un sol désertique, au premier plan, couverture du livre de Paul Duke, Sous le sol de coton noir
Les ONG apportent une réponse concrète aux maux de populations vulnérables…

L’homme qui riait sous les bombes
Benoît Christal

En arrière-plan, un hélicoptère de l'armée américaine, au premier plan, la couverture du livre de Benoît Christal, L'homme qui riait sous les bombes
Benoit Christal est parti d’un fait réel
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.