S’il n’en reste qu’une — Patrice Franceschi

C’est un livre qui m’a moyennement plu, mais qui m’a donné envie de lire d’autres ouvrages de l’auteur. Bien sûr, S’il n’en reste qu’une, un hommage fort aux hommes et aux femmes kurdes qui ont lutté contre les islamistes a de quoi émouvoir, mais le parcours de la journaliste m’a semblé artificiel et sans grand d’intérêt. Voilà pourquoi j’aimerais lire d’autres témoignages non romancés.

En arrière plan, une affiche représentant 3 combattantes kurdes, au premier plan la couverture du livre de Patrice Franceschi, S'il n'en reste qu'une
L’arrière-plan est conçu d’après une Photo de Markus Spiske sur Unsplash

Service Presse

L’intrigue

Grand Reporter à Sydney Match, Rachel se voit proposer une mission : partir en Syrie pour retrouver les femmes kurdes qui ont combattu et découvrir ce qu’elles sont devenues.
Au fur et à mesure que l’on avance, des incohérences apparaissent. Si je comprends que les Kurdes aient à cœur d’honorer la mémoire de ces femmes, j’ai en revanche du mal à comprendre qu’ils mettent aussi facilement leurs combattants en danger pour que Rachel puisse entendre leur histoire de la dernière personne à avoir été en contact avec elles.
Le mystère qui entoure leur mort paraît n’être là que pour maintenir l’intérêt du lecteur alors qu’il n’y en a nullement besoin. Le récit des exactions des islamistes, des combats et des luttes est suffisamment dramatique.

L’univers narratif

À Kobané, une ville syrienne à la frontière turque, une ville détruite par les combats. C’est de Kobané que la grande reporter de Sydney Match va rayonner pour en apprendre plus. L’auteur décrit le quotidien des combattants et leurs luttes.

Les personnages

#Rachel
Tout ce que l’on sait d’elle, c’est qu’elle est née au Québec, qu’elle vit en Australie et travaille au Sydney Match. Sa mission en Syrie est sa première aventure vraiment dangereuse. Un personnage à peine esquissé dont on entrevoit parfois des états d’âme, pas toujours compréhensibles pas plus que ne le sont ses décisions.

#Tékochine et Gulistan
Rachel enquête sur ces deux femmes qui sont mortes en 2019 au moment de l’avant-dernière offensive turque. Pas vraiment plus esquissées, mais cela a un sens, en dehors du combat, elles n’ont pas de vie. Comme en témoigne cette réponse de Tékochine à un journaliste qui lui recommandait d’arrêter de fumer se elle ne voulait pas mourir d’un cancer :

« Mais vous vous croyez où, monsieur le journaliste ? Dans votre pays tranquille où on est libre de tout choisir ? Choisir ce que l’on mange comme le métier que l’on fait ? Est-ce que vous avez seulement une idée de notre espérance de vie, à moi ou à la camarade Asya ? Nous, on dit : si on pouvait avoir quatre ou cinq ans, ce serait bien… Chez les Yapajas du Rojava, personne ne meurt du cancer. »

Le style

Incipit :

« Lorsqu’on pénètre dans la ville de Kobané par l’est après avoir traversé l’interminable plaine séparant le Tigre de l’Euphrate dans ce morceau de l’ancienne Mésopotamie, on découvre sur la droite, à une centaine de mètres en contrebas de la route, un cimetière militaire kurde qui s’étend à perte de vue. »

Citation :

« Les quatre hélicoptères surgirent à midi trente précisément — trois heures avant que nous n’atteignions le repaire de Tulin Clara. Nous longions alors une falaise abrupte précédent une épaisse forêt de conifères ; je n’entendis leur vrombissement qu’au dernier moment — plus tard, je me rappellerais avoir eu le sentiment de prédateurs géants se précipitant sur leurs proies ; je perçus ensuite de sourds halètements saccadés, puis le floc-floc caractéristique des pales, et brusquement je vis surgir les hélicoptères eux-mêmes : quatre carlingues camouflées, fuselées comme des têtes de requins… »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’hommage rendu aux combattantes kurdes
  • La description des combattants

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une intrigue artificielle

Mes notes

Univers narratif 5,0/5
Personnages 4,0/5
Intrigue2,0/5
Style4,0/5
Moyenne3,8/5

Et vous ? L’émotion était-elle au rendez vous ? Dites-le en commentaires.

Autres romans sur la guerre au Moyen-Orient

L’embuscade
Emilie Guillaumin

En arrière plan, véhicules des Forces armées françaises, au premier plan, couverture du livre d'Emilie Guillauminn L'embuscade
Véhicules des Forces armées françaises

L’homme qui riait sous les bombes
Benoît Christal

En arrière-plan, un hélicoptère de l'armée américaine, au premier plan, la couverture du livre de Benoît Christal, L'homme qui riait sous les bombes
Benoit Christal est parti d’un fait réel

Info-livre : S’il n’en reste qu’une par Patrice Franceschi

Couverture du livre de Patrice Franceschi, S'il n'en reste qu'une

Editeur : Grasset
ISBN : 978-2-246-82045-1
Pages : 236
Date de parution : 25/08/2021

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.