Tous les matins du monde — Pascal Quignard

Tous les matins du monde est l’apprentissage romancé du violiste Marin Marais auprès de son maître, Jean de Sainte-Colombe. Un livre décevant, tant au regard des personnages à peine esquissés, qu’à l’écriture trop sèche. Une œuvre qui risque de ne pas vous donner envie d’écouter de la musique baroque.

En arrière-plan, des violes, et au premier plan, la couverture du livre de Pascal Quignard, Tous les matins du monde
Curieusement, alors que la musique domine le livre, je ne l’ai pas entendu.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Au sommaire

Que se passe-t-il ?

Monsieur de Sainte-Colombe, un veuf inconsolable, vit retiré avec ses deux filles, Madeleine et Toinette. À eux trois, ils forment un trio de musiciens appréciés qui attire l’attention de Louis XIV. Mais monsieur de Sainte-Colombe ne veut rien savoir, il n’ira pas à Versailles. Il laisse pourtant un très jeune homme, Marin Marais, pénétrer dans sa famille, jusque-là préservée. Bien qu’il pense que le jeune homme n’a rien d’un musicien, il accepte de lui donner des leçons. Une relation presque père-fils s’installe entre les deux hommes.

Curieusement, alors que la musique domine le livre, je ne l’ai pas entendu, « la plus belle musique du monde » ne suffit pas à m’évoquer quoi que ce soit. Ce sont les images que j’ai vues facilement.

Quels sont les thèmes ?

La musique, bien sûr, mais aussi l’ambition (Marin Marais) ou le manque d’ambition (Monsieur de Sainte-Colombe). En filigrane, l’impossibilité pour les femmes d’accéder à une carrière musicale.

Où et quand ?

L’histoire se déroule au XVIIe siècle, au temps de Louis XIV.

Qui sont les personnages ?

Comme le lecteur n’entre jamais dans la tête des personnages, les faits qui se développent sont assez énigmatiques. Seul, l’amour de monsieur de Sainte-Colombe pour la musique m’a paru clair ainsi que l’amour de Madeleine pour Marin Marais. L’ambition de ce dernier est à peine esquissée et le comportement de Toinette reste inexpliqué.

Monsieur de Sainte-Colombe
Veuf éploré, il est taciturne et s’emporte facilement. Son personnage est probablement inspiré d’un musicien éponyme (1640 – 1700) dont on sait très peu de choses. Il n’y a pas de certitude qu’il a été réellement le professeur de Marin Marais.

Marin Marais
Il semble n’être attiré par la famille de Sainte-Colombe que pour satisfaire ses ambitions, un personnage peu sympathique donc. Il est inspiré d’un musicien-compositeur éponyme, talentueux joueur de viole.

Comment est-ce écrit ?

L’écriture est sèche, se contente de relater les faits, et de peindre des images. J’ai eu du mal à m’intéresser à ce livre.

Incipit :

« Au printemps de 1650, Madame de Sainte-Colombe mourut. Elle laissait deux filles âgées de deux et six ans. Monsieur de Sainte-Colombe ne se consola pas de la mort de son épouse. Il l’aimait. C’est à cette occasion qu’il composa Le tombeau des Regrets. »

Citation :

« Vous connaissez la position du corps. Votre jeu ne manque pas de sentiment. Votre archer est léger et bondit. Votre main gauche saute comme un écureuil et se faufile comme une souris sur les cordes. Vos ornements sont ingénieux et parfois charmants. Mais je n’ai pas entendu de musique. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Des images puissantes

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Des personnages trop rapidement esquissés

Vous l’avez-lu ? Vu le film ? Dites-le moi en commentaires.

Mes notes

L’univers narratif4,0/5
Personnages2,0/5
Intrigue2,5/5
Écriture 3,0/5
Moyenne 2,9/5
En savoir plus sur le système de notation

Le détail en plus

Pascal Quignard s’est inspiré du tableau de Lubin Baugin (peintre qui apparaît dans le roman), Le dessert de gaufrettes. La scène qui en découle est visuellement très forte.

Peinture de Lubin Baugin, Le dessert de gaufrettes
Peinture de Lubin Baugin, Le dessert de gaufrettes

Info-livre : Tous les matins du monde par Pascal Quignard

Couverture du livre de Pascal Quignard, Tous les matins du monde

Editeur : Folio
ISBN : 2-07-038773-9
Pages : 117
Date de parution : 29/11/2022

Musique et littérature

Âme brisée
Akira Mizubayashi

Couverture du livre d' Akira Mizubayashi et un violon
L’âme est une petite pièce de bois que l’on trouve dans tous les violons

Petit pays
Gaël Faye

Carte du Burundi et couverture du livre de Gaël Faye, Petit pays
« Je ne sais vraiment pas comment cette histoire a commencé. »

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Publications: 562

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.