Âme brisée — Akira Mizubayashi

Il y a des livres dont on parle moins que d’autres et c’est bien dommage. Heureusement, le Prix des libraires 2020, décerné à Akira Mizubayashi pour Âme brisée, permet à ce livre de trouver une nouvelle audience.

Couverture du livre d' Akira Mizubayashi et un violon
L’âme est une petite pièce de bois que l’on trouve dans tous les violons

Au sommaire de cet article

L’univers narratif

Au japon à la fin des années 1930, quand les relations entre Chinois et Japonais se dégradent.
De nos jours en France, à Mirecourt et à Paris.
Peu de description dans ce livre, ce sont les personnages et leurs mots (quelquefois en japonais) qui vous entraînent ailleurs.

Les personnages

#Yu
Intellectuel japonais, il a créé un quatuor avec trois amis chinois

#Rei
Son fils

#Jacque Maillard
Un luthier français passionné par son métier. Les plus grands solistes lui demandent de réparer leurs violons ou rêvent de jouer sur un de ses violons.

#Hélène
La compagne de Jacques

Les personnages sont à peine esquissés, ce n’est pas vraiment leurs histoires que ce livre conte, plutôt les liens qui se tissent entre eux, aux hasards d’évènements sur lesquels ils n’ont aucune prise.

L’intrigue

En 1938 au Japon, des militaires envahissent la salle ou Yu et ses amis répètent. Rei, que son père a juste eu le temps de dissimuler dans un placard assiste à la scène et ne comprend que partiellement ce qui se passe. Le lieutenant Kurokami découvre la cachette de l’enfant. Sans un mot, il lui tend le violon, en pièces, de son père.
Des années plus tard, la compagne de Jacques Maillard, Hélène, attire son attention sur une jeune violoniste, Midori Yamazaki.

Il est vrai que, arrivée à ce point de ma lecture, je me suis demandé où l’auteur voulait en venir. Ne comptez pas sur moi pour vous le révéler, la surprise fait partie du plaisir.
Sachez que c’est un livre sur la résilience, sur la musique et sur ce qu’elle peut faire pour chacun de nous, un livre sensible et poétique. Un livre sur l’amour filial, sur une vie qui se construit même sur des ruines. Un coup de cœur.

Le style

Incipit :

« Dimanche 6 novembre 1938, Tokyo.
Bruit sec et tranchant des pas de bottes, grandissant, ralentissant. Quelqu’un marche, il s’est arrêté… Il a repris sa marche… Il s’est arrêté de nouveau. »

Citation :

« Mais j’ai voulu sauver tout ce qui était sauvable… C’est pour cela que j’ai voulu procéder lentement, très lentement, pas à pas, pièce par pièce, point par point. Je tenais à ce que chaque geste, chaque étape visant à réparer une partie de l’instrument soit parfait, sans bavure. »

Mon avis en résumé

Ce que vous allez aimer :

  • L’intrigue
  • Les personnages
  • La douceur et la poésie du livre, qui démarre pourtant par un acte de barbarie.
  • La surprise qui arrive au moment où vous vous demandez où l’auteur veut vous emmener.

Ce que vous pouvez regretter (ou pas) :

  • Lire de longues pages avant de comprendre où va l’auteur.

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

Info-livre : Âme brisée par Akira Mizubayashi

Couverture du livre d'Akira Mizubayashi, Ame briséeEditeur : Gallimard
ISBN : 978-2-07-284048-7
Pages : 256
Date de parution : 29/08/2019

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

3 commentaires

  1. Déception. La plupart des dialogues sonnent faux et souvent incompatibles entre personnages. Par contre l’histoire est belle. Trop d’ajouts de mots japonais. Un livre doit s’adresser à tous, trop de détails nuisent au rythme du récit…etc

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.