Yoko Ono une monographie poétique — Julia Kerninon

Qui ne connaît pas Yoko Ono, l’épouse de John Lennon, la ch… e qui a provoqué la séparation des Beatles ? Elle ne serait que ça ? Je serais certainement restée sur cette image, si entraînée par une amie, je ne l’avais pas découverte lors d’une rétrospective, Lumière de l’aube, au MAC de Lyon en 2016. Yoko Ono une monographie poétique de Julia Kerninon est une autre façon de découvrir cette artiste. Rentrée littéraire 2023.

En arrière-plan, un clou, au premier plan, la couverture du livre de Julia Kerninon, Yoko Ono une monographie poétique
Une artiste plasticienne à découvrir.

Masse critique Babelio (livre offert)

J’ai ressenti la même émotion en lisant le livre de Julia Kerninon, qu’en explorant ses œuvres. Yoko Ono a des choses à dire, parfois provocantes, mais adoucies par la couleur blanche et son combat pour la paix.

Au sommaire

Quelques œuvres de Yoko Ono, décrites par Julia Kerninon

Cut Piece

Performance de Yoko Ono, Cut piece
Voir la vidéo (extrait) sur Youtube

Une performance dont le film m’a remplie de malaise. Réalisée pour la première fois en 1964, elle consiste pour l’artiste à s’installer sur une scène, une paire de ciseaux à côté d’elle. Les spectateurs sont invités à s’en servir et bientôt, ils commencent à couper ses vêtements.

Provocatrice Yoko Ono, mais elle renvoie à la violence qui réside en chacun d’entre nous. Serions-nous sortis ou aurions-nous été emportés avec les autres spectateurs ? Une question effrayante pour une œuvre présentée « comme une métaphore vivante de ce que ressentait le peuple japonais après les attaques à la bombe nucléaire… ». À chacun d’en juger :

« … cette femme à genoux, intimidée, dépecée, en colère, ça pourrait être tellement de choses. »

Le jeu d’échecs blanc de Yoko Ono (Play it by Trust)

« … deux adversaires sont invités à jouer aussi longtemps qu’ils parviennent à se rappeler quelles pièces leur appartiennent. Dès qu’ils s’y perdent, la partie est terminée. »

Une œuvre sur l’absurdité de la guerre ou sur la solution à apporter à ce fléau. Comment la percevez-vous ? Dites-le en commentaires.

Le jeu d'échecs blanc de Yoko Ono
Crédit photo : Bernhard Holub sous licence CC BY-SA 4.0

Yoko Ono

Une pauvre petite fille riche

Yoko Ono est née le 18 février 1933 dans une des familles les plus riches du Japon, mais sûrement pas dans une des plus tendres. Après le bombardement de Tokyo qu’elle a vécu dans un bunker, Yoko Ono connaît la misère absolue dans un village en province. Après la guerre, sa famille déménage à New York où elle suit des études qu’elle interrompt en 1955.

Yoko et John

John Lennon et Yoko Ono

C’est tout le problème, peut-on parler de Yoko sans parler de John ? Elle a eu conscience d’avoir été la femme la plus détestée du monde, accusée d’avoir causé la séparation des Beatles. Sur une photo d’elle, elle a prononcé ses paroles qui m’ont touchée :

« Je vois une femme qui est calme parce qu’elle ne sait pas ce que la vie lui réserve. À l’époque, je n’étais pas encore cette femme détestée. J’étais une artiste avec des idées neuves. »

Et puis vint le drame, l’assassinat de John Lennon :

« Je devais marcher et parler normalement tout en sachant que quelque part à l’intérieur de moi une horloge s’était arrêtée pour toujours le 8 décembre 1980. »

En 1981, elle utilise la photo des lunettes ensanglantées de John pour son album Season of Glass. À ceux qui sont choqués, elle répond :

« Les lunettes vous ont choqués ? Laissez-moi vous dire. Il y avait un cadavre étendu sur le sol. Il y avait du sang partout. »

Le livre de Julia Kerninon

Il tient ses promesses d’une monographie poétique et rend hommage à cette femme indomptable :

« Les hommes la trouvent insupportable, mais elle nous rappelle que nous avons d’autres buts qu’être supportées. »

Je n’ai fait qu’effleurer ce livre, il faut le lire pour comprendre cette artiste contemporaine exceptionnelle.

Pour aller plus loin

En 2013, elle a fait plusieurs tweets avec la photo des lunettes ensanglantées, l’un d’eux était accompagné de la légende : « Together, let’s bring back America, the green land of peace » (Ensemble, faisons revenir l’Amérique, le vert pays de la paix).

Je vous invite à découvrir l’exposition Lumière de l’aube sur le site du MAC de Lyon

Mon avis en résumé

Si vous aimez l’art contemporain, ne passez pas à côté de cette artiste. Un livre que j’ai beaucoup apprécié parce que j’y ai ressenti les mêmes émotions qu’à l’exposition.

Ma note

5/5 bien sûr

Un des meilleurs livres du moment (2023)

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Biographies d’artistes

Rien n’est noir
Claire Berest

A l'arrière-plan, photo de Diego Rivera, au premier plan, couverture du livre de Claire Berest, Rien n'est noir
Frida Kahlo et Diego Rivera

Charlotte
David Foenkinos

Couverture du livre de David Foenkinos, Charlotte et photo de l'artiste peintre Charlotte Salomon
Charlotte Salomon

Info-livre : Yoko Ono une monographie poétique par Julia Kerninon

Couverture du livre de Julia Kerninon, Yoko Ono, une monographie poétique

Editeur : Iconoclaste (l’)
ISBN : 978-2-37880-380-3
Pages : 90
Date de parution : 05/10/2023

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x