Billy Summers – Stephen King

Si les histoires de tueurs, même au grand cœur, ne sont pas ma tasse de thé, il est difficile de résister à un roman non horrifique de Stephen King tant le talent de l’auteur est immense. Si vous raffolez des scènes d’action et des personnages inattendus, nul doute que Billy Summers vous plaira.

Un arrière-plan, un sniper et au premier plan, la couverture du livre de Stephen King, Billy Summer
Billy ne tue que les « méchants », que ce soient d’autres méchants qui le paient pour le job ne lui pose pas de problème.

Que se passe-t-il ?

Billy Summers, un tueur à gage, va effectuer sa dernière mission, tellement bien payée qu’elle va lui permettre de prendre sa retraite. Mais Billy est allé au cinéma, il sait que l’ultime coup foire la plupart du temps. Alors, il se méfie.

Le roman est long, très long, presque 550 pages, et il manque de punch. Les rebondissements ne surprennent pas, à l’exception du dénouement, remarquable.

Pas du tout de fantastique dans ce livre ? Cherchez bien, et vous pourriez en trouver une minuscule touche, comme un rappel de qui est l’auteur, après tout.

Où et quand ?

En 2019, à Red Bluff, petite ville d’un État républicain, non loin du Mississippi où la peine de mort est en vigueur. Les souvenirs de Billy vous entraîneront aussi à Falloujah pendant l’opération Phantom Fury. Les scènes d’action sont remarquablement décrites, en revanche, elles suscitent peu d’émotion parce qu’elles mettent en danger des personnages que le lecteur n’a pas eu le temps de connaître.

Red Bluff
Red Bluff
© Frank Schulenburg / CC BY-SA 4.0

Qui sont les personnages ?

Billy Summers
Lorsque vous faites la connaissance de Billy, il est en train d’attendre qu’on vienne le chercher en lisant une bande dessinée, Archie. Billy l’Idiot est la personnalité à laquelle il recourt avec son employeur, Nick.

«C’est une sorte de ceinture de sécurité. Vous ne l’utilisez pas parce que vous vous attendez à avoir un accident, mais parce que vous ne savez jamais ce que vous allez découvrir en haut de la colline, devant vous. Il en va de même sur la route de la vie : les gens déboîtent n’importe où n’importe comment, et parfois ils prennent l’autoroute à contresens. »

Billy ne tue que les « méchants », que ce soient d’autres méchants qui le paient pour le job ne lui pose pas de problème. Ça l’incite juste à se méfier. Cette faiblesse aurait pu être mieux exploitée, mais vous adorerez ce personnage de tueur au grand cœur.

Alice
Elle fait une entrée fracassante dans la vie de Billy, et ce qui aurait dû être un handicap pour les objectifs de Billy devient rapidement un atout.

Les personnages secondaires
Le super méchant n’est connu qu’à la fin. Nick, le méchant qui a recruté Billy, n’a pas franchement l’air d’une lumière. Quant à Bucky, l’ami de Billy, il est nécessaire que ce dernier répète plusieurs fois à Alice que c’est un méchant, tant cet ermite dans sa cabane paraît sympa.

Comment est-ce écrit ?

Je n’ai pas retrouvé la puissance présente dans certains livres de Stephen King. C’est pourtant une écriture parfaite pour ce roman noir et le fait que King soit capable d’adapter à ce point son style en fonction de ses livres, montre l’étendue de son talent.

Incipit :

« Assis dans le hall de l’hôtel, Billy Summers attend la voiture qui vient le chercher. On est vendredi midi. Bien qu’il soit en train de lire une bande dessinée intitulée Les Copains et les copines d’Archie, c’est à Émile Zola qu’il pense, et plus particulièrement à son troisième roman, celui qui l’a fait connaître : Thérèse Raquin. Il se dit que c’est en tout point le roman d’un jeune homme. Et que Zola commençait à exploiter un filon qui allait se révéler aussi profond que fabuleux. Il se dit que Zola est la version cauchemardesque de Dickens. Voilà qui ferait un sujet intéressant pour un essai. S’il devait en écrire un. »

Mon avis en résumé

Je n’ai pas autant aimé que les trois livres que je cite dans l’article Trois livres de Stephen King pour ceux qui n’apprécient pas le maître du fantastique.

Ce que j’ai aimé :

  • Le personnage de Billy Summers
  • Le dénouement
  • Les scènes d’action

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Un livre qui paraît long
  • Peu de rebondissements

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue3,5/5
Écriture4,5/5
Moyenne4,5/5
En savoir plus sur le barème

Info-livre : Billy Summers par Stephen King

Editeur : Albin Michel
ISBN : 978-2-226-46033-2
Pages : 550
Date de parution : 21/09/2022

Des histoires de tueur

Nouvelle Babel
Michel Bussi

En arrière-plan, une silhouette en train de se faire téléporter et au premier plan, la couverture du livre de Michel Bussi, Nouvelle Babel
À la fin du XXIe siècle, les hommes ont inventé la téléportation

Bullet train
Kôtarô Isaka

A l'arrière plan, le Shinkansen, au premier plan, la couverture du livre de Kotaro Isaka, Bullet Train
A l’arrière plan, le Shinkansen, aussi appelé Bullet Train

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Publications: 561

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.