Bullet train — Kôtarô Isaka

Vous serez surpris par l’atmosphère que dégage Bullet train : à la fois drôle et glaçant. Bien sûr, c’est de l’humour noir, mais pas seulement. Un livre très divertissant… et instructif.

A l'arrière plan, le Shinkansen, au premier plan, la couverture du livre de Kotaro Isaka, Bullet Train
A l’arrière plan, le Shinkansen, aussi appelé Bullet Train

Service Presse

L’intrigue

Kimura est monté dans le train, armé, avec une seule idée en tête : tuer le collégien qui a poussé son fils du haut du toit d’un immeuble.
Citron et Mandarine sont heureux, ils ont effectué avec succès la mission requise par Minegishi, une redoutable canaille. On dit de lui des choses tellement horribles que tout le monde s’interroge : faits réels ou légendes ? De toute façon, aucun souci à se faire, ils ont libéré Minegishi Junior de ses kidnappeurs et le ramènent, ainsi qu’une mystérieuse valise, à son géniteur. En réalité, les ennuis vont parvenir si vite qu’ils ne vont pas comprendre ce qui leur arrive.
Nanao est un tueur à gages, chargé d’une mission simple, on ne lui demande même pas de tuer qui que ce soit. Une fois celle-ci accomplie, il descend au premier arrêt et basta ! Ben non, en fait.

Le suspense est présent une fois que l’on a saisi dans quelle panade se sont mis les personnages.
J’ai aimé l’épilogue, savoureux dans les deux sens du terme.

L’univers narratif

Tout se passe dans le Shinkansen (train à grande vitesse japonais, Bullet train est aussi un nom qui lui a été donné), ce qui vaut au lecteur quelques scènes astucieuses parce que Kotaro Isaka en a tiré le meilleur parti. Je me suis interrogé : mais où est Untel ? Il est impossible de se cacher dans un train ou de s’enfuir.

Les personnages

Si Bullet train est à la fois une lecture amusante et glaçante (je ne pensais pas que c’était possible d’avoir les deux dans un même livre), c’est grâce aux personnages. Certains font rire (mais vous n’auriez jamais envie de les croiser) et un autre vous fait perdre toute confiance en l’humanité. Même s’ils sont brossés à grands traits, l’auteur a pris soin de doter chacun d’un trait de caractère qui va tour à tour les aider ou les enfoncer.

#Yuichi Kimura
Trait principal de caractère : alcoolique. Il est aussi le père du petit garçon jeté du haut d’un immeuble.

#Citron et Mandarine
Deux terreurs surnommées les jumeaux parce qu’ils travaillent ensemble et qu’ils se ressemblent. Au début du livre, vous apprendrez qu’ils viennent de massacrer un certain nombre de personnes.
Trait principal de caractère de Citron : la série Thomas et ses amis le passionnent, il ne cesse de s’y référer.
Trait principal de caractère de Mandarine : amateur de lecture, il cite ses auteurs préférés juste avant d’exploser (et ce n’est jamais beau à voir).

#Nanao
Trait principal de caractère : la malchance. À se demander pourquoi Maria lui confie encore des missions.

#Le Prince
Trait principal de caractère : psychopathe ou sociopathe ou les deux et peut-être encore d’autres noms qui finissent en pathe. Vous devriez avoir sérieusement envie de lui régler son compte, malgré son jeune âge. Et le suspense vient de lui : ira-t-il jusqu’au bout ? Personne dans le train ne semble de taille à l’arrêter.

Le style

Incipit :

« La gare de Tokyo est pleine à craquer. Yiuchi Kimura n’y a pas mis les pieds depuis un bail et se demande pourquoi ce lieu est toujours si fréquenté. Qu’un évènement exceptionnel s’y prépare ne le surprendrait pas. Les gens vont et viennent, se pressant autour de lui, et cela lui rappelle un documentaire que Wataru et lui ont regardé ensemble à la télé, celui avec tous les manchots serrés les uns contre les autres. Mais les manchots ont une bonne excuse : là où ils vivent, ça pèle. »

Citation :

« Le Prince a vraiment ces gamins sous sa coupe. Ils sont complètement impuissants. Quand un groupe est dirigé par la peur, les soldats perdent progressivement confiance les uns en les autres. La colère et le ressentiment à l’égard du despote se retournent contre ceux qui devraient être leurs alliés, ce qui réduit d’autant la probabilité d’une rébellion. Chacun ne cherche plus qu’à se protéger, et le seul objectif commun devient d’éviter d’être puni. »

Vous percevez le changement de ton ?

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Un livre à la fois amusant et glaçant
  • Un livre qui ne se lâche pas
  • Apprendre sur les comportements humains

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Inclassable

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture 3,0/5
Humour5,0/5
Moyenne4,6/5

Info-livre : Bullet train par Kôtarô Isaka

Couverture du livre de Kotaro Isaka, Bullet Train

Editeur : Presses de la cité
ISBN : 978-2-258-20181-1
Pages : 336
Date de parution : 16/06/2022

Vous avez dit humour noir ?

Petiote
Benoît Philippon

A l'arrière-plan, un homme masqué, au premier plan la couverture du livre de Benoit Philippon, Petiote
« Gus se tient sur le rebord du toit »

La rose des carcasses
Wilhelmina Wilder

En arrière-plan, Big Ben et au premier plan, la couverture du livre de Wilhelmina Wilder, La rose des carcasses
A Londres au XIXe siècle
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 394

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.