Petiote — Benoît Philippon

C’est drôle, c’est noir, touchant aussi, bourré d’humanité. Petiote de Benoît Philippon, encore un livre que j’ai regretté d’avoir fini, mais après avoir lu Mamie Luger, il me reste Cabossé à lire du même auteur.

A l'arrière-plan, un homme masqué, au premier plan la couverture du livre de Benoit Philippon, Petiote
« Gus se tient sur le rebord du toit »

L’intrigue

Gus est un loser, pas un raté — vous le vexeriez — un loser qui a tout raté, couple, paternité, vie professionnelle, mais loser ça sonne mieux, il en est presque fier. Sauf que là, la Juge aux Affaires Familiales lui a retiré son droit de visite pour Emilie, sa fille adorée. Aux situations désespérées, mesures désespérées. Gus prend en otage les occupants du Love Hôtel de Chalon. Si l’hôtel n’avait que de pittoresques personnages (Cerise, la prostituée) ou des ratés (Boudu, le SDF), mais non, c’est à un membre d’une mafia serbe, Sergueï, que Gus achète une arme, sans écouter les avertissements de ce dernier, clairement menaçants, pourtant.
Présence obligatoire d’Emilie, c’est avec elle que Gus veut fuir au Venezuela. Sa propre fille au milieu d’une prise d’otages ? Une ado rebelle ? Gus est au courant, mais le moyen de faire autrement ?

Un imbécile armé jusqu’aux dents, hémoglobine garantie ! Benoît Philippon réussit néanmoins à nous faire rire et à nous toucher.
Seul bémol : le premier chapitre ne sert à rien. Je l’ai oublié dès le deuxième, parce que je n’y ai pas compris grand-chose. Pas grave, il n’y a pas de livres parfaits.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

L’univers narratif

L’histoire se déroule dans un hôtel miteux où l’on trouve à peu près tout et surtout ce qu’on ne devrait pas.

Les personnages

Les seconds rôles sont plus intéressants que le protagoniste. Brossés à grands traits et pourtant tellement humains !

#Gus
Plus bête que méchant. Très très bête et pas méchant pour un sou, en réalité. Alors, jouer les preneurs d’otages tout en voulant ne pas leur faire du mal, pas simple !

#Cerise
Elle a tout de suite compris que Gus n’allait pas faire dans la dentelle. Sa vie est tellement pourrie qu’elle y voit une occasion de l’améliorer, elle s’impose comme complice du preneur d’otages.
Coupée de ses émotions, qualifiée de psychopathe par l’auteur, elle joue plutôt la pute au grand cœur, même s’il est enfoui au plus profond d’une série de drames.

#Georges
Le gentil de l’histoire, mais il n’est pas bête. S’il ne peut pas raisonner Gus, il peut au moins agir pour limiter les dégâts, quitte à frôler la complicité. Émouvant du début à la fin.

#Mia
La négociatrice, elle est vite déroutée par l’improbable preneur d’otages et je ne parle pas de Cerise, la complice. Elle fait ce qu’elle peut, mais force est de constater que sa marge de manœuvre est très limitée.

Et puis :

  • Gwen et Dany, un couple illégitime qui a de bonnes raisons de rester anonyme.
  • Boudu (un peu porté sur la bouteille) qui serait mort depuis longtemps si Georges ne l’avait pas recueilli.
  • Hubert, le livreur d’Uber Eats, trop stone pour se rendre compte de quoi que ce soit.
  • Une bande de mafieux serbe, ils ne sont pas là pour rigoler (il est vrai que côté rigolade, à part le lecteur…) et ils font peur.
  • Un journaliste sans scrupule

Le style

Ah le style ! Même si j’avais envie de savoir ce qui allait arriver à notre bande de bras cassés, pas question de lire vite parce qu’il faut savourer les trouvailles de Benoît Philippon.

Incipit :

« Il faut que je me jette ».
Gus se tient sur le rebord du toit. Il observe le monde qui s’agite sous ses pieds. Les lumières rouges et or rebondissent contre les tôles de voitures, sur le bitume mouillé, le long des vitrines illuminées, bien que les boutiques soient fermées et que les lanceurs d’alerte serinent le peuple avec la nécessité vitale des économies d’énergie. »

Citation :

« Balcerzak est une négociatrice au pedigree exceptionnel, saluée pour sa force de persuasion, son tempérament fonceur et son caractère martial, respectée pour son esprit d’analyse et de réactivité en situation extrême. Ce qui ne la préserve pas d’une propension à l’agacement qui lui a valu une réputation de femme à ne pas trop chahuter. Quand elle rue, c’est l’autre qui se retrouve sur un brancard. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le style
  • L’humour
  • Les personnages

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

Un des meilleurs livres du moment (2022). Une des meilleures éditions de poche (2023).

Des romans policiers drôles ou étonnants

Bain de minuit à Buckingham
S. J. Bennett

A l'arrière-plan, un garde devant Buckingham, au premier plan, couverture du livre de S.J. Bennett, Bain de minuit à Buckingham
Elizabeth II mène l’enquête

Le cinquième cœur
Dan Simmons

Couverture du livre de Dan Simmons, Le cinquième coeur, dessin de Henry James, dessin de Sherlock Holmes et photo de la Maison Blanche
Quand Henry James rencontre Sherlock Holmes

Envoyée spéciale
Jean Echenoz

Livre de poche "Envoyée spéciale" de Jean Echenoz à côté d'une bugne et d'une orange
Parodie de roman d’espionnage

Info-livre : Petiote par Benoît Philippon

Couverture du livre de Benoit Philippon, Petiote

Editeur : Arènes (Editions Les)
ISBN : 979-10-375-0592-7
Pages : 375
Date de parution : 12/05/2022

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez-le !
[Total: 0 Moyenne : 0]
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 582

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.