Mamie Luger — Benoît Philippon

Des personnages que vous ne croiserez jamais dans la vie réelle (et heureusement !), que vous aurez du mal à prendre au sérieux — même s’ils sont lourdement armés — parce qu’ils vous amuseront, et dans le cas de Mamie Luger, parce qu’ils vous émouvront aussi, peut-être que ça vous rappelle quelque chose ? Oui ? Non ? En route pour plus de détails sur ce roman policier satirique.

A l'arrière-plan, un pistolet Luger, au premier plan, la couverture du livre de Benoît Philippon
« La guerre était une connerie d’hommes. Il fallait bien l’ingéniosité d’une femme pour la détourner au bénéfice de son émancipation. »

L’intrigue

L’inspecteur André Ventura interroge Berthe, incriminée pour avoir aidé deux malfrats à s’échapper et pour avoir tiré sur son voisin (dans le dos), ainsi que sur les forces de l’ordre. L’inspecteur est dérouté : ce n’est pas tous les jours qu’il interroge une suspecte âgée de cent deux ans, prise sur le fait et qui de surcroît le prend pour un lapin de trois semaines.
Est-ce que les choses sont ce qu’elles paraissent ? Oui et non. Oui, parce que Berthe est experte au tir depuis longtemps, et qu’elle a la gâchette facile. Non, parce Roy et Guillemette ne sont pas les truands attendus.

Le lecteur oscille entre rires, attendrissement, larmes et frissons devant quelques horreurs aussi.

L’univers narratif

L’histoire commence avant la Deuxième Guerre mondiale et se termine de nos jours, elle se déroule dans la campagne française profonde, à une époque où les femmes ne sont pas censées s’émanciper. Qu’elles essaient et il y aura toujours un homme assez viril pour les ramener à leur place à coup de torgnoles !

Les personnages

Aucune chance de rencontrer de tels individus dans la vie réelle, regardez plutôt du côté des Tontons flingueurs (avec le vrai Lino Ventura).

#Berthe Gavignol
Élevée par sa grand-mère, Nana, Berthe (Mamie Luger) a appris assez tôt que ses relations avec les hommes allaient être compliquées. Belle à faire tirer la langue du loup de Tex Avery à tous les hommes qu’elle croise, elle n’a que l’embarras du choix pour se trouver des maris. Des maris et un seul amour.

#André Ventura
Berthe s’obstine à l’appeler Lino, je vous ai dit qu’elle le prend pour une andouille. Et elle ne s’arrête pas là, utilisant son grand âge pour l’attendrir avant de lui raconter sa vie. L’inspecteur, qui va de surprises en cadavres, n’est pas près de rentrer chez lui.

Le style

Très vivant et très drôle.

Incipit :

« Blam ! Blam !
Berthe recharge. Ses membres tremblent. Beaucoup d’émotions pour une vieille de cent deux ans. Elle pense à sa camomille qui prend la poussière sur l’étagère de sa cuisine et se dit qu’elle s’en ferait bien une tasse. Les sirènes qui résonnent au loin ne sonnent peut-être pas encore le glas, mais reculent inéluctablement la perspective du réconfort d’un bon pisse-mémère. »

Citation :

« La guerre était une connerie d’hommes. Il fallait bien l’ingéniosité d’une femme pour la détourner au bénéfice de son émancipation. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Les personnages
  • L’intrigue
  • L’humour

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture5,0/5
Humour5,0/5
Moyenne4,8/5

Meurtres et humour

La rose des carcasses
Wilhelmina Wilder

En arrière-plan, Big Ben et au premier plan, la couverture du livre de Wilhelmina Wilder, La rose des carcasses
A Londres au XIXe siècle

La griffe du chat
Sophie Chabanel

« Je ne le reverrai plus jamais »

Info-livre : Mamie Luger par Benoît Philippon

Couverture du livre de Benoît Philippon, Mamie Luger

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-24148-5
Pages : 379
Date de parution : 27/05/2020
(Initialement paru aux éditions Les Arènes le 09/05/2018)

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 323

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.