Dans le murmure des feuilles qui dansent – Agnès Ledig

Je ne vais pas vous mentir.
Dans le murmure des feuilles qui dansent ne m’a pas laissé un souvenir impérissable
Mais vos goûts ne sont pas les miens

Des feuilles vertes, sombres et claires
Photo by Rémi Walle on Unsplash

Peut-être serez-vous plus sensible que moi aux qualités de ce livre et moins agacé par les défauts.

Un univers narratif inexistant

L’univers narratif est à peine esquissé. De nos jours. A la campagne.

Des personnages attachants, d’autres caricaturaux

Meurtrie par la vie, Anaëlle a été victime d’un grave accident, dont on apprend peu à peu les conséquences. Elle se reconstruit comme elle peut, travaille sur un livre dont on ne saura rien. Elle achète une petite maison qui a besoin de travaux et demande à Thomas de lui faire un devis.

Meurtri par la leucémie qui ronge son petit frère. Thomas se rend chaque jour à l’hôpital pour lui parler de la forêt et pour le faire sourire. L’amour de la forêt, c’est ce qui les unit.

“Thomas a toujours considéré que la pluie, la neige ou le vent ne doivent pas être un frein mais au contraire une invitation à découvrir la forêt avec un autre regard.”

Ils sont les personnages attachants. J’aurais aimé en savoir plus sur eux.

Hervé, ancien professeur d’Anaëlle, est un Procureur de la République atypique. Du moins, ça lui plaît de le croire et de le faire croire à Anaëlle qui lui écrit pour avoir des informations nécessaires à son livre. Comblée par la vie, il s’ennuie et accueille avec joie la correspondance de la jeune fille.

Vous y croyez, vous, à cette correspondance tendre entre ce Procureur de la République et Anaëlle ?
Joséphine, secrétaire psychorigide d’Hervé s’alarme de la correspondance de son patron. D’accord, sa vie est pathétique, mais ça ne la rend pas sympathique pour autant, ni crédible d’ailleurs. D’autant qu’elle ne va pas bouger au cours de l’histoire, ne rien voir, ne rien réaliser, ne rien comprendre.

Ils sont les personnages caricaturaux. Ils m’ont agacée.

L’intrigue ressemble à la vie

Dans la vie, les choses n’ont pas forcément de sens, elles arrivent, c’est tout. Il y a des coups durs, des déceptions, et aussi des rayons de soleil. Un auteur qui raconte la vie comme elle est, c’est un des points forts du livre.

Deux histoires se déroulent en parallèle :

  • Anaëlle qui lutte pour retrouver une vie (casse-cou Anaëlle, ta correspondance avec Hervé
  • Thomas qui espère qu’une greffe de moelle sauvera son petit frère. Intrigue traitée avec finesse, sensibilité et beaucoup de poésie, comme pour masquer la tragédie que vit la famille du petit garçon.

“Toi et moi, on est ce dessin. La tempête nous bouscule avec ta maladie, mais on a une branche solide qui nous relie tous les deux, et on dessine un A, comme Amour. Un amour qui résiste à tout, quoi qu’il arrive. Je serai toujours ton arbre d’à côté, et je te tiendrai toujours par la branche. Tu ne pourras pas tomber, Simon, je te le promets.”

L’écriture est poétique et imagée

C’est l’autre point fort du livre.

“Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a des mots doux, des papillons, des yeux émerveillés, de la force, du courage, de la joie, beaucoup de joie. Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a surtout les petits bouts d’âme de ceux qu’on aime mais qu’on ne peut plus prendre dans nos bras.”

La description de Joséphine :

“Ses cheveux tombent maintenant sur ses épaules. Ni lisses, ni bouclés. Un mi-chemin difficile à coiffer. Elle a toujours été à mi-chemin dans tout, Jocelyne. Dans son physique et dans son caractère. Un mi-chemin qui vous condamne à l’errance, d’avoir pris un départ sans l’idée de l’arrivée.”

Mais parfois un peu convenu ou un peu mièvre

“Toi et moi, on est ce dessin. La tempête nous bouscule avec ta maladie, mais on a une branche solide qui nous relie tous les deux, et on dessine un A, comme Amour. Un amour qui résiste à tout, quoi qu’il arrive. Je serai toujours ton arbre d’à côté, et je te tiendrai toujours par la branche. Tu ne pourras pas tomber, Simon, je te le promets.”

Mon avis en résumé

Ce que vous pouvez aimer :

  • la belle histoire d’amour fraternelle
  • le message plein d’optimisme
  •  l’écriture poétique et imagée
  • la nature omniprésente

Ce qui peut vous agacer :

  • L’histoire d’Anaëlle et d’Hervé, trop prévisible
  • L’écriture un peu mièvre ou cliché
  • Les personnages insuffisamment caractérisés

Mes notes

Univers narratif1,0/5
Personnages2,0/5
Intrigue2,5/5
Style4,5/5
Moyenne2,5/5

Existe en Edition de poche.

Si vous l’avez lu et aimé, peut-être aimerez-vous :

La tresse – Laetitia Colombani

Il est grand temps de rallumer les étoiles – Virginie Grimaldi

Donnez votre avis en commentaire.

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 198

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.