Des vents contraires — Olivier Adam

Les personnages d’Olivier Adam évoluent assez peu, c’est aussi le cas dans Des vents contraires. Il peut leur arriver la pire des choses sans qu’ils bougent d’un pouce. Forcément, ce très bon écrivain ne fait pas partie de mes auteurs préférés.

En arrière plan, Saint-Malo et au premier plan, la couverture du livre d'Olivier Adam, Des vents contraires

Qu’est-ce qui m’a alors conduite à me plonger dans ce livre ? La curiosité, je crois, le seul ouvrage de l’auteur que j’ai lu étant Passer l’hiver, un recueil de nouvelles dont j’ai à peu près tout oublié. Il était donc temps de donner à cet écrivain une nouvelle chance, nouvelle chance facilitée par la découverte de ce livre en librairie solidaire.

L’univers narratif

À Saint-Malo où Paul, le narrateur, s’installe avec ses deux enfants. Mais n’attendez pas une description pittoresque de la ville, façon guide touristique. Olivier Adam nous entraîne dans une ville où les habitants travaillent, où les enfants vont à l’école, où les policiers enquêtent.

Les personnages

#Paul, le narrateur
Il fait de son mieux pour s’occuper de ses enfants, pour leur donner tout l’amour du monde.

#Sarah
Sarah, la femme de Paul. Personne ne sait où elle est.

#Alex et Nadine
Alex est le frère de Paul à qui il vient en aide. Lui aussi a des problèmes, il pense que sa femme le trompe.

L’intrigue

Sarah a disparu depuis un an sans laisser un mot, sans laisser de traces. Paul se retrouve père célibataire et coupé de l’amour de sa vie. Ses proches se posent des questions, supposent qu’elle est partie à cause du caractère difficile de Paul.
Que dire aux enfants à qui leur maman manque tellement ?

Paul déménage à Saint-Malo où son frère lui propose de travailler avec lui dans son auto-école.
D’autres disparitions interviennent dans le livre et Paul est presque complice de l’une d’elles. Ce pourrait être un policier, à un moment, on y croit presque, mais non, l’auteur explore le vide laissé par une personne disparue. Disparue, mais pas morte, enfin, c’est ce que tout le monde espère, qu’elle soit toujours en vie et qu’elle revienne.

Impossible de se reconstruire pour Paul, impossible de se construire pour les enfants, Manon et Clément.

Le style

Incipit :

« Les enfants quittaient la classe un à un, abandonnaient leurs coloriages et se levaient de leurs chaises miniatures pour se précipiter dans les bras de leurs parents sous le regard bienveillant de l’institutrice, une fille timide et fluette à qui je n’avais rien eu à reprocher en presque trois mois. »

Citation :

« On s’était saoulé pour oublier toute cette merde, il suffisait de le regarder pour comprendre que ce type avait la poisse et que dans sa vie le malheur faisait comme chez lui depuis toujours. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’auteur explore les impacts de la disparition d’une personne sur sa famille.
  • Une atmosphère empreinte de nostalgie et de tendresse, mais sombre.

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Les actions sont souvent répétitives, ce qui alourdit le livre.
  • Beaucoup de personnages en fuite ou qui disparaissent, qui ne sont jamais bien dans leur vie (voir la citation)

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages2,5/5
Intrigue3,0/5
Style5,0/5
Moyenne3,6/5

Info-livre : Des vents contraires par Olivier Adam

Couverture du livre d'Olivier Adam, Des vents contrairesEditeur : Editions de l’Olivier
ISBN : 978-2-87929-646-3
Pages : 254
Date de parution : 08/01/2009

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.