Dix âmes, pas plus — Ragnar Jónasson

Un hameau perdu au nord-est de l’Islande, des habitants qui vivent en autarcie, une comptine qui résonne dans la nuit, une mort brutale, voilà ce que vous trouverez dans le roman de Ragnar Jónasson, Dix âmes, pas plus.

En arrière-plan, une montagne et un pont. Au premier plan, la couverture du livre de Ragnar Jónasson, Dix âmes, pas plus
Un hameau perdu au nord-est de l’Islande…

Que se passe-t-il ?

Peu satisfaite de sa vie, Una préfère quitter Reykjavik pour aller enseigner à deux petites filles, au minuscule hameau de Skálar. Elle est accueillie chaleureusement par la mère d’une de ses élèves, Salka. En revanche, il lui est plus difficile d’approcher les autres habitants. La nuit, il lui arrive d’entendre une petite fille chanter. Rêve ou réalité ?
Loin de là, une jeune femme est accusée du meurtre de deux hommes. Enfermée dans l’obscurité, malmenée par les policiers, elle en vient à douter de son innocence.

L’intrigue de Dix âmes, pas plus serait classique si elle ne se déroulait pas dans un lieu étrange. Elle comporte un retour à la normale, une normalité déroutante. Le roman est teinté de fantastique, sans aucun lien avec la trame. Le hameau perdu au nord de l’Islande, les mystérieuses comptines qu’Una entend vous plongeront dans une atmosphère inhabituelle, comme si quelque part, aux confins du monde, des règles différentes s’appliquent.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Où et quand ?

Au milieu des années 1980, dans un minuscule village islandais, Skálar.

Qui sont les personnages ?

Una
Elle a commencé des études de médecine qu’elle a abandonnées pour se tourner vers l’enseignement. Elle est célibataire et n’a qu’une amie, Sara. Elle ne sait pas très bien ce qu’elle espère de l’année qu’elle passera à Skálar. Lorsque la vie lui est trop pénible, elle se réconforte avec du vin rouge ou de l’alcool, chose qui a peu de chances de rester inaperçue dans un aussi petit village.

Salka
Bien que Salka n’ait pas passé toute sa vie à Skálar, elle y a ses racines et une maison héritée de sa grand-mère. Ce qui fait d’Una la seule étrangère au village.

Les autres villageois
Ils restent à distance, à l’exception de Guffi qui ne cache pas son déplaisir d’avoir une étrangère au village.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Una se réveilla en sursaut.
Elle ouvrit les yeux. Plongée dans l’obscurité, elle ne voyait rien. Incapable de se rappeler où elle se trouvait, elle avait la sensation d’être perdue, allongée sur un lit inconnu. »

Citation :

« — Ici, tout tourne plus ou moins autour du poisson. La pêche est plutôt bonne dans le coin, c’est grâce à ça que nous pouvons vivre. S’il n’y avait pas de poisson, je ne serais pas là à écrire des livres, et tu ne serais pas là pour enseigner. C’est le poisson qui régit l’existence. Ça et la météo. Foutue météo. Les marins doivent pouvoir accéder à la zone de pêche, et revenir chez eux. À Skálar, on prie beaucoup pour que la prise soit bonne et le temps clément ; parfois aussi pour des broutilles du quotidien…
Sa voix avait perdu toute trace de légèreté, elle était visiblement très sérieuse. Una se demanda à quoi ressemblerait la météo en plein hiver, au bord de l’océan, à l’extrême nord-est d’un pays au climat déjà difficile.
Un froid glacial et pénétrant, un vent violent et menaçant.
Et les ténèbres. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Un étrange hameau
  • Un soupçon de fantastique
  • Des personnages aux comportements inhabituels

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages 5,0/5
Intrigue 4,0/5
Écriture 5,0/5
Moyenne4,9/5

Le détail en plus

Skálar est un ancien village de pêcheur situé dans le nord-est de l’Islande dans la péninsule de Langagnes. Éloigné de tout, il est aujourd’hui un village fantôme.

Info-livre : Dix âmes, pas plus par Ragnar Jónasson

Couverture du livre de Ragnar Jónasson, Dix âmes pas plus.

Editeur : Points
ISBN : 978-2-7578-9677-8
Pages : 264
Date de parution : 24/08/2022

Isolés du monde

Je ne reverrai plus le monde
Ahmet Altan

A l'arrière-plan, les barreaux d'une prison, au premier plan, la couverture du livre d'Ahmet Altan, je ne reverrai plus le monde
« D’ailleurs, une fois que je suis plongée dans l’écriture, tout ce qui m’entoure disparaît. »

Dans les forêts de Sibérie
Sylvain Tesson

Couverture du livre de Sylvain Tesson avec un arrière plan, le livre ouvert et un stylo
Le soir, la neige toujours. Sylvain Tesson
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x