Et c’est ainsi que nous vivrons — Douglas Kennedy

Et c’est ainsi que nous vivrons est une dystopie, un genre courant en ce moment, peut-être parce que nous redoutons l’avenir. Mais si j’ai dévoré ce livre, grâce à l’intrigue, j’ai été moins convaincue par le monde tel que Douglas Kennedy le décrit.

En arrière-plan, un homme bloqué par la technologie, au premier plan, la couverture du livre de Douglas Kennedy, Et c'est ainsi que nous vivrons
L’histoire se déroule aux États-Unis en 2045

Service Presse

Que se passe-t-il ?

Samantha Senghel est agent secret. Elle a sacrifié toute perspective de vie de famille pour défendre la République unie, une partie des États-Unis qui protège la liberté au prix d’une surveillance constante, rendu possible grâce à la technologie. Sa prochaine mission est de tuer une cible très dangereuse, également agent secret, mais de l’autre côté du pays, la Confédération unie. Elle n’est pas seulement une cible dangereuse, mais ce qu’apprend Samantha ne l’arrête pourtant pas.

J’ai dévoré ce livre. Un page-turner ! J’ai souvent eu peur pour Sam. J’ai aimé qu’elle ne soit pas dupe de la propagande de son propre pays, pas plus que du pays voisin. Les Américains ayant eu le choix entre la peste et le choléra, la plupart d’entre eux s’en arrangent, mais peuvent-ils faire autrement ? Très peu essaient de changer les choses (c’est peut-être quelque chose qui manque).

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Où et quand ?

L’histoire se déroule aux États-Unis en 2045, principalement à Minneapolis.

Douglas Kennedy explique parfaitement comment le pays s’est trouvé divisé en deux, à la suite d’une nouvelle Guerre de Sécession, comment la pandémie, l’élection de Trump, et plus généralement la situation géopolitique en ont été les prémices.
D’un côté, la Confédération unie est composée d’États où la foi fait la loi ; avortement, homosexualité ou divorce sont interdits.

Minneapolis en 2018
Minneapolis en 2018
Crédit photo BpA9543 CC BY-SA 4.0

Alors qu’en République unie, très attachée aux libertés individuelles, enfin aux libertés individuelles très proches de la conception qu’en ont les GAFAM, tout le monde est surveillé sans arrêt. Et ce n’est pas que pour refourguer de la publicité. Comme Berlin, Minneapolis a été coupé en deux, c’est la Zone neutre, mais pas si neutre que ça.

Le début du roman promet une intrigue qui pourrait être aussi terrifiante que Les sorcières de Salem, mais c’est un secteur plutôt paisible que Sam découvre en se rendant de l’autre côté. Les formalités à la frontière n’auguraient pourtant rien de bon.

Curieusement, j’ai trouvé cet univers beaucoup moins glaçant que certaines scènes du précédent livre de Douglas Kennedy, Les hommes ont peur de la lumière; peut-être parce que ces dernières font appel à des évènements réels.

Les personnages

Samantha
Agent secret d’élite, son degré d’autonomie est proche de zéro. C’est le prix à payer pour préserver les libertés individuelles, une contradiction qui n’a rien d’irréaliste.

Breimer
Le chef de Samantha est lui aussi un agent d’élite, mais son surpoids l’empêche peut-être d’obtenir la promotion qu’il mérite. Vous avez dit liberté individuelle ?

Savage et LaPrelle
Ils sont les deux équipiers de Sam. Elle les a choisis parce qu’ils sont complémentaires et toujours en compétition, un gage d’excellence selon elle.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Nous sommes le 6 août. Dans le grand pays qui faisait autrefois partie du nôtre, ils s’apprêtent à brûler mon amie sur un bûcher. »

Citation :

« À l’image des cellules biologiques qui nous composent, il est dans notre nature de nous diviser. L’histoire de l’humanité, individuelle et collective, n’est qu’une longue succession de schismes et de ruptures. Nous brisons nos familles, nos couples. Nous brisons nos nations. Et nous rejetons la faute les uns sur les autres. C’est un besoin inhérent à la condition humaine : celui de trouver un ennemi proche de nous afin de l’exclure en prétendant ne pas avoir le choix.
Vivre, c’est diviser. »

Mes notes

Univers narratif4,2/5
Personnages4,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture 4,0/5
Moyenne4,3/5

Un des meilleurs livres du moment (2023)

Le détail en plus

Extraits de l’interview de Douglas Kennedy dans Lire Magazine littéraire du juin 2023 :

« Quand j’étais à la fac, ma spécialité, c’était l’histoire américaine. Déjà, à l’époque, un des sujets qui me passionnait, c’était le puritanisme aux États-Unis, un pays qui est en fait né d’une expérience religieuse. Les puritains qui ont fondé les premières colonies étaient des sortes de talibans. »

En fait, la République unie est un système autoritaire light, doté d’un président très malin, qui a décidé qu’il allait séduire des gens comme vous et moi en mettant l’accent sur l’éducation, la culture, le rétablissement de belles architectures. J’ai trouvé ça intéressant. Notamment, parce qu’on peut imaginer les conversations chez ceux qui le subissent : « OK, ce n’est pas idéal, mais c’est toujours mieux qu’en face. »

D’autres dystopies

Le meilleur des mondes
Aldous Huxley

Un arrière-plan, un buste de Shakespeare à moitié effacé et au premier plan, la couverture du livre d'Aldous Huxley, Le meilleur des mondes
« Othello, c’est mieux que les films sentants »

Les furtifs
Alain Damasio

En arrière-plan des traces, et au premier plan, la couverture du livre d'Alain Damasio, Les furtifs

Info-livre : Et c’est ainsi que nous vivrons par Douglas Kennedy

Couverture du livre de Douglas Kennedy, Et c'est ainsi que nous vivrons

Editeur : Belfond
ISBN : 978-2-7144-9323-1
Pages : 336
Date de parution : 01/06/2023

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez-le !
[Total: 0 Moyenne : 0]
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 582

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.