Impossible — Erri de Luca

Ma chronique détonne parmi les concerts de louanges qui ont accompagné ce livre, mais je suis passée à côté d’Impossible, ne comprenant vraiment aucun des protagonistes de cette histoire. Une confrontation, certes, mais qui me rend perplexe.

En arrière plan, les Alpes, au premier plan la couverture du livre d'Erri de Luca, Impossible
« Reprenons du début de votre journée. »

L’univers narratif

Dans le bureau d’un juge et dans une cellule de prison. Des décennies après ce qu’on a appelé en Italie, « les années de plomb ».

Les personnages

Ils ne sont pas désignés. Simplement Q. pour question et R. Pour réponse. Et A.D. pour avocat de la défense.
Le juge pose les questions, le prévenu répond, rarement ce que le juge attendait.

#Le prévenu
Il est soupçonné d’avoir assassiné un ancien compagnon de lutte révolutionnaire qui a trahi leur groupe.

#Le juge
Il ne croit pas aux coïncidences. Le prévenu suivait la victime en montagne et ce serait un accident ? Un malheureux hasard ? Allons donc ! Impossible.

#L’avocat de la défense
Le prévenu n’en veut pas, mais la présence d’un avocat est obligatoire. L’avocat s’assoit donc derrière le suspect afin que ce dernier ne soit pas dérangé par sa présence. L’avocat fait de la figuration.

#L’intrigue

Le juge cherche à faire avouer le prévenu qui se défend, avec beaucoup de prudence ; ce que l’on peut comprendre : innocent ou coupable, il est dans de sales draps. Il est malheureusement difficile à suivre, à appréhender.

Le magistrat est plus facile à suivre, il pose toutes les questions possibles, digresse, ruse, sans jamais ébranler son interlocuteur. Le statut de chacun a été posé dès le début, un représentant de l’État se confronte à un prévenu qui pense, ou qui a pensé pendant de nombreuses années que l’État était l’ennemi. Le juge semble pourtant respecter le suspect, et de plus en plus au fur et à mesure que les interrogatoires se suivent. Mais pourquoi donc ? Il regrette de ne pas avoir connu cette époque ? Il est un incorrigible romantique qui idéalise cette période ? Il a conscience que l’État a commis des injustices ?

Les comptes-rendus sont imprimés dans une police d’écriture qui fait penser à l’administration judiciaire. Entre ces documents, des lettres écrites — imprimés en italique — par le prévenu à la femme qu’il aime. De belles lettres, mais qui n’aident pas à comprendre le personnage pour autant.

Le style

Incipit :

« Question : Reprenons du début de votre journée. Vous ne reconnaissez pas la personne de la photo que je vous ai montrée.
Réponse : Je ne la reconnais pas, j’oublie les visages, à plus forte raison, des années plus tard. Je ne pourrais que répéter ce que j’ai déjà dit. »

Citation :

« Je ne sais pas ce que je fais ici, à quel point du Code on m’associe. J’ai droit à un avocat, mais je n’en veux pas et n’en ai pas besoin. On m’en donnera forcément un, un malheureux qui ne pourra pas refuser. Avec moi, il devra en faire le moins possible, je me chargerai moi-même de ma défense. J’ai tort de parler de défense : je me chargerai de mon extranéité. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • La confrontation entre le juge et le prévenu
  • Le style de l’auteur
  • Connaître la réponse à la question : le prévenu a-t-il tué ?

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Rester sur votre faim sur la relation entre les deux hommes

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages3,0/5
Intrigue3,0/5
Style5,0/5
Moyenne3,8/5

Info-livre : Impossible par Erri De Luca

Couverture du livre d'Erri De Luca, Impossible

Editeur : Gallimard
ISBN : 978-2-07-286082-9
Pages : 171
Date de parution : 20/08/2020

D’autres confrontations entre deux hommes

Sept jours au Mazet-Saint-Voy
Yves Montmartin

A gauche, couverture du livre de Yves Montmartin, Sept jours au Mazet-Saint Voy, à droite des photos du Mazet
Photos : Eglise de Saint-Voy, jardin botanique et le Lizieux, suc qui domine le Mazet.

Le collier rouge
Jean-Christophe Rufin

Livre de Jean-Christophe Rufin, Le collier rouge
Dans la petite prison, il n’y a qu’un détenu
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Je rejoins votre manque d’enthousiasme, malgré l’élégance du style, en effet impeccable. J’ai trouvé les thématiques abordées très intéressantes, mais complètement survolées, et j’en garde la sensation d’un roman complètement creux…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.