La chambre des officiers — Marc Dugain

La chambre des officiers raconte le combat poignant de trois hommes et une femme pour faire face à leurs blessures qui ont fait d’eux des « gueules cassées ». Le roman n’est pourtant pas aussi sombre qu’il y paraît, parce que, finalement, la vie vaincra grâce à leur volonté.

En arrière-plan, un homme avec une partie du visage masquée par un cercle, au premier plan, la couverture du livre de Marc Dugain, La chambre des officiers
J’ai aimé le combat d’Adrien et ses amis

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Au sommaire

Que se passe-t-il ?

Alors qu’Adrien est mobilisé, il retarde son départ au maximum parce qu’il a rencontré une jeune femme avec qui il passe la nuit. Quand il se réveille le matin, prêt à partir, elle dort encore. Il lui laisse un mot lui demandant son adresse.
Adrien ne connaîtra pas les tranchées, il est gravement blessé à la face le premier jour. Sauvé par miracle, il est envoyé à l’hôpital du Val-de-Grâce où des chirurgiens tentent de redonner un visage humain aux « gueules cassées ».
Adrien et ses amis luttent contre les souffrances physiques, mais, dans leur chambre des officiers, ils sont à l’abri des regards. Il leur faudra pourtant en sortir, affronter le monde extérieur. Et leur famille, que dire à leur famille ?

J’ai aimé le combat d’Adrien et ses amis pour braver ce qui leur est arrivé et faire du mieux qu’ils peuvent avec ce que la vie leur a laissé.

Où et quand ?

À l’hôpital du Val-de-Grâce pendant la Première Guerre mondiale.

Qui sont les personnages

Adrien
C’est un jeune homme plein de vie, à aucun moment il ne renonce. Il n’est pourtant pas prêt à annoncer à sa famille qu’il est défiguré.

Weil et Penanster
À l’hôpital du Val-de-Grâce, Adrien rencontre Weil, un aviateur juif gravement brûlé et Penanster, un Breton catholique. Ce qui unit ces trois hommes, c’est la volonté de faire face.

Marguerite, les femmes aussi
Marguerite était infirmière et elle a été défigurée lors d’une explosion. Si le sort des hommes était difficile, que dire de celui d’une femme ? L’histoire de Marguerite est la plus triste.

Clémence
Comme un rappel de la vie sans la guerre, de la vie d’avant, elle symbolise tout ce à quoi Adrien croit devoir renoncer.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« La guerre de 14, je ne l’ai pas connue. Je veux dire, la tranchée boueuse, l’humidité qui transperce les os, les gras rats noirs en pelage d’hiver qui se faufilent entre des détritus informes, les odeurs mélangées de tabac gris et d’excréments mal enterrés, avec, pour couvrir le tout, un ciel métallique uniforme qui se déverse à intervalles réguliers comme si Dieu n’en finissait plus de s’acharner sur le simple soldat. »

Citation :

« Non, ce qui nous avait réunis dès que les premières semaines de guerre, c’était une décision tacite de renoncer à toute introspection, à toute tentation de contempler le désastre de nos existences, de céder à une amertume où le désabusement alternerait avec l’égoïsme du martyr. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Le thème des gueules cassées
  • Le combat de ces soldats
  • Un livre poignant
  • La fin, triste et lumineuse

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages4,0/5
Intrigue4,0/5
Écriture 4,5/5
Moyenne4,4/5

Le détail en plus : la chirurgie réparatrice

La chirurgie maxillo-faciale est née pendant la Première Guerre mondiale parce que près de 15 000 grands blessés de la face avaient besoin d’une reconstruction du visage. Les médecins ont alors dû innover. La chirurgie réparatrice connut alors de fabuleux progrès. Même si tout est loin d’être résolu (Surface d’Olivier Norek).

La chambre des officiers raconte aussi les premières tentatives des médecins pour reconstituer les visages, avec plus ou moins de succès.

Autres livres sur la Première Guerre mondiale ou après

Le feu
Henri Barbusse

A l'arrière-plan, des soldats et un char, au premier plan, la couverture du livre d'Henri Barbusse, Le feu
Ce n’est pas seulement un récit sur la Grande Guerre, mais aussi une œuvre littéraire qui résonne encore aujourd’hui.

Au revoir là-haut
Pierre Lemaître

Les trois couvertures de la trilogie Pierre Lemaitre, Au-revoir là-haut, Couleurs de l'incendie, Miroir de nos peines
Le très attendu troisième tome est paru en janvier 2020.

Le collier rouge
Jean-Christophe Rufin

Livre de Jean-Christophe Rufin, Le collier rouge
Dans la petite prison, il n’y a qu’un détenu

Info-livre : La chambre des officiers par Marc Dugain

Couverture du livre de Marc Dugain, La chambre des officiers

Editeur : Pocket
ISBN : 2-266-09308-8
Pages : 172
Date de parution : 20/09/2001

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Publications: 562

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.