Là où les chiens aboient par la queue — Estelle-Sarah Bulle

Là où les chiens aboient par la queue devrait vous séduire plus par le thème que par la façon dont l’histoire vous est racontée. En effet, les raisons qui ont poussé les Guadeloupéens à venir en métropole sont peu traitées dans la littérature française.

Feuilles de palmier en arrière-plan, au premier plan, la couverture d'Estelle-Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue.
L’histoire commence à la fin des années 1940 en Guadeloupe, puis se poursuit à Paris.

Que se passe-t-il ?

Hilaire Ezechiel a épousé une blanche, ce qui isole leur famille qui se débrouille comme elle peut. Cette vie ne fait pas l’affaire de leurs trois enfants qui partiront les uns après les autres, d’abord à Pointe-à-Pitre, ensuite à Paris.

Vous apprécierez certainement le thème du livre : l’exode des Guadeloupéens vers la métropole, encouragé par l’État français qui avaient même crée le Bureau pour le développent des migrations (Bumidom). En revanche, vous trouverez peut-être que l’histoire racontée par une petite-fille d’Hilaire manque de dynamisme. Elle relate les faits au travers des témoignages de son père et de ses tantes, mais j’aurais aimé en savoir plus sur chacun d’eux.

J’ai aussi aimé que ce soit un roman choral : aucun personnage ne se voit de la même façon que sa fratrie.

Où et quand ?

L’histoire commence à la fin des années 1940 en Guadeloupe, puis se poursuit à Paris. Le titre du livre, Là où les chiens aboient par la queue, signifie dans un endroit perdu, au milieu de nulle part, c’est-à-dire là où la famille Ezechiel s’installe.

Qui sont les personnages ?

#Antoine est le personnage principal
Son nom de baptême est Apollone, mais très peu de gens le connaissent. Tout le monde emploie ce nom de savane, et ça, c’est pour embrouiller les esprits. Elle se voit en conquérante alors que son frère et sa sœur la perçoivent plutôt comme étrange (et un brin pénible).

#Petit-frère
Il est le personnage le plus attachant de la famille. Sa mère est morte trop tôt pour qu’il en garde des souvenirs. Il est recueilli par Antoine dont les qualités maternelles laissent à désirer.

#Lucinde
Personnage un peu flou, elle pense être sortie de son milieu alors que sa sœur et son frère la trouvent ridicule.

#Hilaire
Difficile à appréhender, il est plus préoccupé de donner droit aux demandes de ses cousins ou alliés, que d’assurer le quotidien de sa propre famille.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« J’ai quitté Morne-Galant à l’aube parce que c’était la seule façon de ne pas cuire au soleil. Morne-Galant n’est nulle part, autant dire une matrice dont je me suis sortie comme le veau s’extirpe de sa mère : pattes en avant, prêt à mourir pour s’arracher aux flancs qui le retiennent. »

Citation :

« Il y avait une galerie d’art où je m’étais arrêtée par curiosité, et où j’avais vu des peintures de Wilfredo Lam et des sculptures d’un dénommé Jesus Soto ; autant de formes, d’inventions, que je n’aurais jamais cru voir de mes yeux, moi qui ignorais ce qu’était une galerie d’art ou un musée. C’était tout un monde neuf que je découvrais et qui me poussait, non pas à devenir riche ou à m’expatrier, mais simplement à vivre des aventures qui empliraient ma jeunesse d’une flamme dansante. »

Mon avis en résumé

Univers narratif4,0/5
Personnages3,0/5
Histoire 4,0/5
Écriture 3,0/5
Moyenne3,5/4

Info-livre : Là où les chiens aboient par la queue par Estelle-Sarah Bulle

Couverture d'Estelle-Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue.

Editeur : Liana Levi
ISBN : 979-10-349-0531-7
Pages : 305
Date de parution : 03/02/2022

Feuilles de palmier en arrière-plan : Photo by Irina Verdier on Unsplash

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.