La passagère — Amélie Fonlupt

La passagère est un livre émouvant, dommage que la première partie soit un peu ennuyeuse, mais dans la deuxième partie, Léna saura vous séduire en vous parlant de sa mère et de sa grand-mère, venues du Cap Vert.

En arrière-plan, une femme vendant des bananes à Boa Vista, capitale du Cap Vert et au premier plan, la couverture du livre d'Amélie Fonlupt, La passagère.
En arrière-plan, une femme vendant des bananes à Boa Vista, capitale du Cap Vert.

Arrière plan de l’image : Nick Fewings sur Unsplash

Masse critique Babelio

Que se passe-t-il ?

Après une vie triste et misérable, Mamé quitte le Cap Vert avec sa fille Reine pour gagner le Portugal où elles restent quelques mois, puis la France. Mamé travaille comme femme de ménage, espérant que Reine fera des études. Ce ne sera pas possible, Reine est engagée chez Madame et Monsieur, elle y restera jusqu’à sa mort.

La passagère est un roman en deux parties, la première partie expédie en quelques pages la vie de Mamé et la jeunesse de Reine, la lecture promettait d’être longue, seulement des faits. Mais lorsque Léna, la narratrice commence à écrire sur sa mère (Reine) et sur ses années d’enfance, le livre prend une autre dimension. Léna est attachante, elle décrit son amour pour sa mère avec qui elle n’a pas su communiquer, son amour pour son père, même s’il n’a rien du père idéal et l’histoire de cette famille devient émouvante.

Où et quand ?

Un peu au Cap Vert et en France à partir des années 1960.

Qui sont les personnages

J’ai apprécié qu’il n’y ait pas de gentils et de méchants, seulement des gens qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont, même si, il faut bien le reconnaître, certains en font plus que d’autres.

#Reine
Elle a peur, toute sa vie, elle a peur sans que l’on sache vraiment d’où vient cette peur. Mais, comment Léna pourrait-elle le comprendre ? Même si elle est assez futée pour réaliser que la vie n’a pas fait de cadeaux à Reine.

#Max
Plus jeune, le frère de Léna est davantage protégé.

#Madame Patrick
Voisine haute en couleur, elle accueille Léna chez elle, d’abord parce que Reine lui confie sa fille, ensuite parce que Léna y trouve refuge.

#Léna
Elle tombe amoureuse du piano. Par chance, son professeur de musique lui offre les leçons dont elle rêve, ce qui lui permet de créer sa propre identité et peut-être même d’avoir un peu de recul sur sa vie sans rien de glamour.

Comment est l’écriture ?

Très journalistique (parfois un peu ennuyeuse) dans la première partie, elle devient beaucoup plus vivante dans la deuxième.

Incipit :

« Là-bas. Je venais de là-bas. Mes origines provenaient d’un endroit, au loin, désigné par un terme vague. Elle m’avait dit là-bas pour en parler sans le nommer, sans dévoiler ce que son souvenir contenait. »

Citation :

« À dix-neuf ans, elle avait épousé à la va-vite un voisin de ses parents, celui qu’on lui avait présenté, le seul qu’elle connut. Des femmes, lui en avait eu plusieurs et ne s’était pas gêné pour le lui faire savoir. Avant leur relation, pendant aussi. Passagères de sa vie ou de sa voiture, lorsqu’il mourut six années plus tard dans un accident. Dès lors, à tout juste vingt-cinq ans, Mme Patrick, jeune, mais veuve, refusa toutes les avances ou nouveaux arrangements qu’on lui fit et clôtura ainsi le court chapitre de sa vie sentimentale. Sachant cela, il me semble que vous pouvez maintenant accueillir son discours avec plus d’indulgence. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une histoire émouvante
  • Des personnages attachants
  • Un joli style

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Un début un peu ennuyeux.

Mes notes

Univers narratif3,0/5
Intrigue4,0/5
Personnages5,0/5
Écriture 3,5/5
Moyenne3,9/5

Info-livre : La passagère par Amélie Fonlupt

Couverture du livre d'Amélie Fonlupt, La passagère.

Editeur : Rivages
ISBN : 978-2-7436-5716-1
Pages : 208
Date de parution : 17/08/2022

Vivre en France quand on vient de loin

Stardust
Léonora Miano

En arrière-plan, une femme qui embrasse sont bébé, au premier plan, la couverture du livre de Léonora Miano, Stardust
Un monde qu’on ne voit pas…

Là où les chiens aboient par la queue
Estelle-Sarah Bulle

Feuilles de palmier en arrière-plan, au premier plan, la couverture d'Estelle-Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue.
L’histoire commence à la fin des années 1940 en Guadeloupe, puis se poursuit à Paris.
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 393

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.