La saga des Cazalet — Elizabeth Jane Howard

La saga des Cazalet est une saga familiale composée de 5 tomes. Le premier, Étés anglais, a un rythme lent, sans doute nécessaire pour comprendre toute la subtilité des personnages. Le lecteur plonge à l’époque d’avant-guerre en Angleterre, où même leur position d’insulaire ne semble pas pouvoir les protéger de l’invasion des troupes allemandes. Quant aux femmes, qui pouvait s’intéresser à ce qu’elles pensaient ?

En arrière-plan, un manoir anglais et au premier plan, la couverture du livre d'Elizabeth Jane Howard, Étés anglais
« La journée commença à sept heures moins cinq… »

Tome 1 : Étés anglais Tome I de La saga des Cazalet

L’intrigue

Pendant deux étés, une famille au grand complet passe ses vacances dans le domaine du Patriarche. Le premier été, 1937, décrit chaque membre de la famille, leurs problèmes, leurs histoires. Le lecteur retrouve les mêmes personnages en 1938, sous la menace de la guerre que Chamberlain essaie d’éloigner en signant les accords de Munich. Avec la réussite qu’on connaît.

J’ai beaucoup aimé la description de l’infériorisation des femmes qui étaient alors très loin de se révolter, un récit réaliste à une époque où les féministes ne couraient pas les rues. L’auteur dépeint des femmes qui respectent leur mise à l’écart. Les conséquences sur leur santé mentale sont expliquées avec précision. Une toute jeune fille subit le pire ; bien sûr, elle ne peut en parler avec personne. C’est posé là, presque en passant, et donne envie de plonger dans les autres tomes de La saga des Cazalet.

En revanche, il est difficile d’entrer dans le premier tome de la saga, malgré un arbre généalogique en début d’ouvrage, l’auteur ayant dû considérer que le lecteur l’avait appris par cœur. La lenteur du rythme d’Étés anglais est parfois ennuyeuse, mais sans doute nécessaire pour saisir toute la subtilité des personnages.

L’univers narratif

La campagne anglaise telle qu’on l’imagine, la vie pendant l’été aussi : les jeux des enfants, les pères qui ne sont pas toujours là — il faut bien qu’ils travaillent — et les femmes qui assument le quotidien. Elles ont peur de la guerre, mais ne sont pas admises à en discuter parce qu’elles sont trop quelque chose ou pas assez autre chose, bref elles appartiennent à un sexe inférieur.

Les personnages

#Les hommes

  • À première vue, Edward est un homme de son époque, qui s’occupe de sa famille, mais au fur et à mesure qu’on avance dans Étés anglais, on comprend qu’il en est plus le propriétaire que le protecteur. La question qui se pose à la fin de ce premier tome : son statut d’homme lui permettra-t-il d’échapper aux conséquences de ses actes ?
  • Hugh est revenu de la Première Guerre mondiale avec une main en moins et des migraines handicapantes. Doté de bon sens, il s’oppose souvent, mais avec difficulté, à Edward.
  • Rupert a perdu sa femme et s’est remarié avec Zoé, une ravissante jeune femme.

#Les femmes

  • Villy, la femme d’Edward, réussit tout ce qu’elle entreprend, oui, mais…
  • Sybil, la femme de Hugh, cherche toujours à faire plaisir à son mari qui, en retour, fait la même chose. Ils n’ont pas, hélas, l’air de se connaître suffisamment pour que ça marche.
  • Zoé, la femme de Rupert est égoïste, sa beauté lui permettant d’obtenir tout ce qu’elle veut. Mais elle tend à paraître plus attachante à la fin d’Étés anglais.

#Les enfants

Les garçons sont envoyés en pension, très tôt ; les filles sont élevées dans leur famille avec une préceptrice. Les plus petits ont des nounous.

Le style

Incipit :

« La journée commença à sept heures moins cinq, lorsque le réveil, offert à Phyllis par sa mère pour son premier poste de domestique, sonna sans se lasser jusqu’à ce qu’elle l’éteigne. »

Citation :

« C’était une robe pratique, parfaite pour aller au théâtre, et qui lui allait bien ; la berthe autour du décolleté dissimulait ses seins petits et tombants. À force de les bander pour avoir l’allure de garçonne en vogue dans les années vingt, ils avaient perdu leurs muscles. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une saga familiale aux personnages finement décrits
  • Les années 1937 et 1938 en Angleterre

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Le rythme lent
  • La difficulté à entrer dans le livre

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue2,5/5
Écriture3,0/5
Moyenne3,9/5

Info-livre : Étés anglais par Elizabeth Jane Howard

Couverture du livre d'Elizabeth Jane Howard, Étés anglais

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-292181-0
Pages : 608
Date de parution : 14/10/2021
(Initialement paru en 2020 aux Éditions La table ronde. Elizabeth Jane Howard est morte en 2014)

Autres sagas familiales

Jalna
Mazo De la Roche

En arrière plan, une feuille d'érable, au premier plan, couverture du livre de Mazo de la Roche, Jalna
Une grande propriété, Jalna, quelque part autour de Toronto…

Les grandes familles
Maurice Druon

Couverture du livre de Maurice, Druon , Les grandes familles sur un arrière plan.
A l’arrière-plan, le palais Brongniart dans les années 1930.
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 323

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.