Le portrait de mariage — Maggie O’Farrell

J’ai d’abord été déçue par le début du livre de Maggie O’Farrell, Le portrait de mariage avant de comprendre que cette lente description de l’enfance de Lucrèce de Médicis était nécessaire pour entrer dans cette histoire à qui il ne manque qu’une sorcière pour devenir magique. Rentrée littéraire 2023.

En arrière-plan, le portrait de Lucrèce de Médicis, au premier plan, la couverture du livre de Maggie O'Farrell, Le portrait de mariage
La plume de Maggie O’Farrell nous entraîne dans un rêve angoissant.

Service Presse

Que se passe-t-il ?

Portrait de Lucrèce de Médicis
Portrait de Lucrèce de Médicis

Lucrèce de Médicis grandit dans le palais de ses parents. Elle est élevée comme une fille, mais grâce à ses dons pour le dessin, elle reçoit l’autorisation de suivre des cours. Elle n’aime d’ailleurs que ça, a toujours la tête dans ce qu’elle peint. L’enfance de Lucrèce ne m’a pas passionnée, c’est pourtant une mise en place nécessaire à la suite.

Tout bascule (l’intérêt du lecteur aussi) quand Lucrèce épouse à quinze ans, Alfonso, duc de Ferrare, et que se profile le destin de la jeune femme, annoncé dès le premier chapitre.

Lucrèce sait qu’elle doit obéissance en tout à son seigneur et maître, mais que la vie à Ferrare est différente de celle qu’elle a connue ! Le drame se noue, la tragédie montre le bout de son nez au milieu d’épaisses murailles, d’escaliers lugubres, et de tentures rouge sang. La fin m’a rendue à la fois heureuse et profondément triste.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Où et quand ?

À Florence, dans la deuxième partie du XVIe siècle.

Qui sont les personnages ?

Lucrèce de Médicis
Elle est la fille de Cosme et Éléonore de Médicis. Sa volonté ne lui appartient pas. Fille d’un duc, elle est destinée à quitter ses parents, plus avides de nouer une alliance fructueuse qu’à se préoccuper de son bonheur. Il lui arrive néanmoins, avec la plus grande prudence, de s’aventurer hors de sa chambre.

Cosme et Éléonore de Médicis
Ils ont peut-être fait un mariage d’amour, en tout cas, leur union est réussie. Pas de quoi remettre en cause leur décision de marier Lucrèce au duc de Ferrare.

Alfonso, duc de Ferrare
Il a deux visages. Il peut être attentionné envers sa jeune femme bien qu’il ne supporte pas qu’elle donne son avis et encore moins qu’elle le contredise. Lucrèce est témoin de sa cruauté.

Le duc de Ferrare
Le duc de Ferrare

Comment est-ce écrit ?

La plume de Maggie O’Farrell nous entraîne dans un rêve angoissant.

Incipit :

« Lucrèce s’installe à la longue table de dîner, une table au plateau lisse et miroitant comme de l’eau, recouverte de plats, de coupes retournées, d’une couronne de sapin tressée. Son époux est assis, non à sa place habituelle, à l’extrémité opposée, mais à côté d’elle, assez près pour qu’elle puisse poser la tête sur son épaule si l’envie lui en prenait ; il déplie sa serviette, rajuste la position de son couteau, rapproche d’eux la chandelle quand vient à Lucrèce, avec une évidence soudaine — comme si un fragment de verre coloré, devant ses yeux, avait été placé ou peut-être retiré —, la certitude que son époux veut la tuer. »

Citation :

« Elle n’avait depuis le départ cessé de clamer à quiconque qu’elle ne voulait pas épouser le fils du duc, qu’elle ne remplacerait pas sa sœur, tout en sachant pertinemment que la machine de ses fiançailles était inexorablement lancée. Ses parents ainsi que l’ensemble de leur maison semblaient obéir à un accord tacite consistant à ignorer ses protestations, à poursuivre les préparatifs du mariage, à discuter des plats que l’on servirait aux différents festins, à débattre de la nécessité de couvrir la grande salle de réception de tentures neuves… »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Une atmosphère pesante
  • L’écriture magique de Maggie O’Farrell
  • L’intrigue

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Le début un peu ennuyeux

Un des meilleurs livres du moment (2023)

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages4,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture5,0/5
Moyenne4,5/5
Plus de détails sur le système de notation

Info-livre : Le portrait de mariage par Maggie O’Farrell

Couverture du livre de Maggie O'Farrell, Le portrait de mariage

Editeur : Belfond
ISBN : 978-2-7144-9914-1
Pages : 416
Date de parution : 24/08/2023

Même époque, même famille

Alors que Maggie O’Farrell nous raconte la vie romancée de Lucrèce de Médicis (en réalité morte de la tuberculose), Laurent Binet s’intéresse à sa sœur Maria dans Perspective(s)

En arrière-plan, un peintre de la Renaissance en train de peindre. Au premier plan, la couverture du Livre de Laurent Binet, Perspectives(s)
L’histoire se déroule à Florence en 1557 à la fin de la Renaissance italienne.

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez-le !
[Total: 0 Moyenne : 0]
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 582

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.