Le restaurant de l’amour retrouvé — Ito Ogawa

Le restaurant de l’amour retrouvé est le premier ouvrage d’Ito Ogawa paru en France, peut-être son premier roman publié. Si j’y ai rencontré en germe la délicatesse de l’autrice, on est très loin de mon roman préféré, Le goûter du lion.

En arrière-plan, un cochon et au premier plan, la couverture du livre d'Ito Ogawa, Le restaurant de l'amour retrouvé
La mère de Rinco est une femme fantasque, qui possède un cochon comme animal de compagnie.

Comment débute le livre ?

Un soir, Rinco rentre chez elle et trouve l’appartement vide ; son petit ami indien est parti avec l’argent mis de côté et tous les meubles. Il n’a laissé qu’une seule chose, une précieuse jatte de saumure qui vient de la grand-mère de la jeune fille. Parce qu’elle a peu de moyens, Rinco n’a qu’un unique choix, retourner chez sa mère avec qui elle ne s’entend pas.

Arrivée là, elle décide d’ouvrir un restaurant, l’Escargot.

Qu’en ai-je pensé ?

La nourriture simple et savoureuse joue un rôle, comme dans ses autres livres. Mais cette fois-ci, il ne m’a pas plus enthousiasmée que ça.

Rinco ignore comment elle a été conçue. Alors que j’espérais que le livre prenne enfin son envol, la levée du mystère m’a déçue.

J’ai dû également subir une scène insoutenable dont je n’ai pas vraiment compris le sens, à moins que je ne sois pas d’accord avec la mère et la fille.

Pas un de mes romans préférés de l’autrice donc.

Quels sont les thèmes ?

  • Nourriture et recettes
  • Relations, amour mère fille
  • Résilience

Où et quand ?

Au Japon, sans doute dans les années 1990

Qui sont les personnages ?

Rinco
Elle a un don, sa cuisine rend les gens heureux, ce qui fait venir du monde au restaurant. Ensuite, ils reviennent parce que c’est bon. Elle aimait beaucoup sa grand-mère qui lui a tout appris de ses recettes, mais elle déteste sa mère.

Ruriko
La mère de Rinco est une femme fantasque, qui possède un cochon comme animal de compagnie. Elle s’exhibe avec son amant, Néocon, que la jeune fille déteste. Ruriko tient un bar, l’Amour, objet d’une jolie explication à la fin du livre où j’ai enfin retrouvé la délicatesse qui m’avait tant plu dans Le goûter du lion.

J’ai eu du mal à appréhender cette femme, elle aide Rinco à lancer son restaurant en lui prêtant de l’argent, mais à des taux usuraires. On comprend à la fin pourquoi, mais on comprend aussi pourquoi elle a des difficultés pour s’entendre avec sa fille.

Papy Hibou
Un hibou, qui tous les jours à minuit, hulule douze fois. Un joli personnage et une jolie histoire.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Quand je suis rentrée à la maison après ma journée de travail au restaurant turc où j’ai un petit boulot, l’appartement était vide. Complètement vide. La télévision, la machine à laver et le frigo, jusqu’au néon, aux rideaux et au paillasson, tout avait disparu. »

Citation :

« De la paume de mes mains fraîchement lavées, j’ai délicatement effleuré les aliments. Puis, comme on berce une vie nouvelle à peine éclose, un par un, je les ai pris entre mes mains, les ai portés jusqu’à mon visage et, les yeux clos, j’ai parlé avec eux pendant quelques secondes. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • L’histoire de Papy Hibou
  • L’explication sur le nom du bar, Amour

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Deux scènes que j’ai détestées

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Mes notes

Univers narratif3,0/5
Personnages3,0/5
Intrigue3,0/5
Écriture4,5/5
Moyenne3,4/5
Plus de détails sur le système de notation

Jamais sans mes recettes

Meurtres et Pépites de chocolat
Joanne Fluke

En arrière plan, un fouet de pâtisserie, une grille et des cookies, au premier plan, la couverture du livre de Joanne Flucke, Meurtre et Pépites de chocolat
Un cosy mystery à déguster

La papeterie Tsubaki
Ito OGAWA

En arrière-plan, un temple japonais, au premier plan, la couverture du livre d'Ito Ogawa, La papeterie Tsubaki
méditation sur les petites joies, manger, boire du thé, réussir son travail…

Info-livre : Le restaurant de l’amour retrouvé par Ito Ogawa

Couverture du livre d'Ito Ogawa, Le restaurant de l'amour retrouvé

Editeur : Picquier poche
ISBN : 978-2-8097-1072-4
Pages : 224
Date de parution : 07/01/2015

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x