Les armes de la lumière — Ken Follett

Un nouveau roman historique de Ken Follett, ça ne se rate pas, surtout quand il se déroule à Kingsbridge. C’est l’assurance d’un bon moment de lecture, même si aucun n’a jamais été à la hauteur des Piliers de la terre. Les armes de la lumière ne fait pas exception.

En arrière-plan, un métier à tisser et au premier plan, la couverture du livre de ken Follett, Les armes de la lumière.
À Kingsbridge, c’est le début de la révolution industrielle, de nouvelles machines à tisser sont introduites dans les manufactures

Que se passe-t-il ?

Sal Clitheroe est mariée à Harry. Ils ont un petit garçon Kit. Ils sont pauvres, mais heureux jusqu’à ce qu’Harry meurt, écrasé par un tombereau de navets. Sal manque d’argent et demande de l’aide au châtelain. Après tout, c’est la faute de son fils Will si elle a des difficultés à vivre. L’aide arrive, mais sous une forme inattendue : le châtelain embauche Kit (même pas sept ans) comme cireur de chaussures.

Dès les premières pages, sont posés les personnages que nous allons suivre sur plus de deux décennies.

L’intrigue est un peu linéaire, un méchant fait des coups en douce ; Sal, sa famille, ses amis perdent, souvent, ou quand ils gagnent, ce n’est jamais pour longtemps. Ce n’est pas ce que j’ai préféré du livre, même si c’est une lecture distrayante et agréable.

J’ai aimé la description de la bataille de Waterloo, vu par des Anglais, hommes de troupe, officiers, et même le duc de Wellington. Un moment fort du roman.

Quel est le thème ?

  • Début de la révolution industrielle en Angleterre

Où et quand ?

En Angleterre, dans la ville imaginaire de Kingsbridge, de 1792 à 1824. Le livre fait quelques allusions à Philip (Les piliers de la terre), à Caris (Un monde sans fin) ou à Ned (Une colonne de feu). Les allusions feront plaisir aux fans de la série, mais l’ouvrage peut se lire de façon totalement indépendante.

En France, c’est la Révolution et elle effraie l’aristocratie anglaise. Plus tard, Bonaparte prend le pouvoir, il est combattu par l’Angleterre.

Dans le même temps, à Kingsbridge, c’est le début de la révolution industrielle, de nouvelles machines à tisser sont introduites dans les manufactures.

Machine à tisser

Les armes de la lumière se concentrent davantage sur les vies de chacun des personnages sur fond historique que sur les conséquences de ces révolutions. Très bien documentées, des lois apparaissent tout au long du livre, elles sont le fait d’aristocrates ou de riches marchands effrayés par la moindre revendication des ouvriers.

Les personnages

Les personnages évoluent peu, et quand ils le font, c’est brutalement et sans explications.

Sal
Elle est une femme forte, et il va lui en falloir de la force pour faire face à ce que lui réserve la vie de cette époque et de ce milieu. Elle est le fil conducteur du livre.

Kit
Grâce à son travail avec sa mère dans une manufacture de tissu, il apprend à connaître les machines mieux que personne. Puis, il grandit.

Les patrons méthodistes
Amos et Spade sont méthodistes, ils sont appréciés de leurs ouvriers (qui travaillent douze heures par jour, ce qui est normal pour l’époque). Ils aimeraient bien que la justice soit moins dure pour les pauvres gens.

Le patron « méchant »
Hornbeam n’est pas seulement malhonnête et sans scrupule, mais dans sa position de juge, il adopte une interprétation de la loi si stricte qu’elle fait frémir et donne une scène particulièrement difficile à lire.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Jusqu’à ce jour, Sal Clitheroe n’avait jamais entendu son mari pousser un tel cri. Après ce jour, elle ne l’entendit plus qu’en rêve. »

Citation :

« Cinquante coups de fouet ne relevaient pas de la punition, mais de la torture. Hornbeam cherchait à terroriser les gens. Il était farouchement déterminé à empêcher les travailleurs de Kingsbridge de s’instruire. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé

  • Un livre distrayant
  • Un environnement historique bien dépeint

Ce que j’ai regretté

  • Des personnages un peu caricaturaux.

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages3,5/5
Intrigue4,0/5
Écriture4,0/5
Moyenne4,1/5
Plus de détails sur le système de notation

Lecture assez facile

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Acheter neuf

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

D’autres romans au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle

L’Assassin de la rue Voltaire
Henri Loevenbruck

A l'arrière-plan, le couvent des Cordeliers en 1793, au premier plan, la couverture du livre d'Henri Loevenbruck, L'assassin de la rue Voltaire
A l’arrière-plan, le couvent des Cordeliers en 1793

Never Mind
Gwenaële Robert

Couverture du livre de Gwenaëlle Robert, Never Mind avec les portraits de Napoléon Bonaparte, Joseph Picot de Limoëlan et Georges Cadoudal.
Portraits de Napoléon Bonaparte, Joseph Picot de Limoëlan et Georges Cadoudal

Info-livre : Les armes de la lumière par Ken Follett

Couverture du livre de Ken Follett, Les armes de la lumière

Editeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2-221-15771-8
Pages : 800
Date de parution : 05/10/2023

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 605
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires