Magnus — Sylvie Germain

Quelle puissance dans ce livre, par l’écriture, l’émotion ou par le thème. Ce pourrait être une quête d’identité, il n’en est rien, c’est sur le refus de cette quête que le personnage principal se construit. Magnus de Sylvie Germain fait partie de la liste des livres incontournables.

En arrière plan, un ours en peluche, au premier plan, la couverture du livre de Sylvie Germain, Magnus
Magnus

L’univers narratif


Un univers vu par un petit garçon. L’univers change au fur et à mesure que l’enfant grandit, mais un univers qui reste toujours étroit, autour de ses proches, ses parents d’abord, avec cette phrase énigmatique (elle ne le restera pas longtemps) :

« Clemens Dunkeltal est médecin, mais il n’a pas de clientèle privée et ne travaille pas dans un hôpital. »

Magnus s’appropriera plus ou moins ensuite l’univers de son oncle, et surtout celui de deux femmes qui le feront s’épanouir.

Les personnages

#Frantz-Georg, Adam, Magnus
Frantz-Georg a été malade et ne se souvient plus de rien. Avec patience, sa mère lui raconte la légende familiale, surtout celle de ses deux frères, oncles de l’enfant. Morts pour le pays, très loin de chez eux, ils sont des héros. Le père du petit garçon reste très distant. Quand il chante, il bouleverse pourtant le petit garçon.
Frantz-Georg comprend que ses parents et leurs amis deviennent soucieux. Effectivement, tout le monde s’enfuit ; le père part en exil, il fera ensuite venir sa famille. Ce ne sera pas le cas, il s’est suicidé quelque part en Amérique du Sud.

#Magnus
Magnus est un ourson en peluche, plus vraiment neuf qui suivra Frantz-Georg partout. Après une découverte majeure, ce dernier prendra son nom, Magnus.

#Lothar
Il est le frère de la mère de Magnus. C’est un homme pieux et bon. Il recueille Frantz-Georg après la mort de son père.

#May
Magnus rencontre May, une femme solaire, aux États-Unis. Ils vont vivre ensemble une douzaine d’années.

#Peggy
Personnage plus sombre que May, elle est un des grands amours de Magnus.

L’intrigue

Frantz-Georg n’a que cinq ans quand il tombe malade. Il ne se souvient de rien. Il se raccroche à ce que sa mère lui raconte, c’est un peu flou pour lui, comme pour le lecteur. Le lecteur comprend avant lui où et quand il est né, ce que ses parents font. Le flou dans lequel se trouve l’enfant ne perd pas le lecteur, bien au contraire, il le harponne.

La structure

La structure est originale et parfaitement maîtrisée. Fragments, notule et palimpsestes. Bien que le récit soit chronologique, la structure ralentit la lecture comme pour permettre au lecteur de se poser, de mieux s’interroger, de mieux comprendre.

Le style

Incipit :

« D’un éclat de météorite, on peut extraire quelques menus secrets concernant l’état originel de l’univers. »

Citation :

« Elle n’a plus hésité à se lancer à son tour dans la lecture du roman, la curiosité aiguisant sa connaissance imparfaite de l’espagnol. Le récit l’a déconcertée, tous les personnages n’étant que des âmes en souffrance ballottées dans le vide, entretissant des lambeaux de dialogues, une farandole échappée d’outre-tombe et errant à la façon de feux follets dans la longue nuit blanche de Comala. Est-ce ainsi que nous parlent les morts ? s’est-elle alors demandé. Terence a répondu obliquement, disant qu’ainsi parle notre mémoire, en un ressassement continu, mais si bas, si confus, comme celui du sang dans nos veines qu’on ne l’entend pas. On l’entend d’autant moins qu’on ne l’écoute pas. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • La structure
  • L’intrigue et les personnages
  • Le style

Mes notes

Univers narratif4,5/5
Personnages4,5/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Structure5,0/5
Moyenne4,8/5

Info-livre : Magnus par Sylvie Germain

Magnus a obtenu le prix Goncourt des lycéens en 2005

Couverture du livre de Sylvie Germain, Magnus

Editeur : Albin Michel
ISBN : 2-226-16734-X
Pages : 274
Date de parution : 24/08/2005
(Paru en livre de poche le 26/06/2015 dans la collection Classiques & contemporains)

D’autres prix Goncourt des lycéens

Le club des Incorrigibles Optimistes
Jean-Michel Guenassia

En arrière plan BISTROT en lettres, au premier plan, couverture du livre de Jean-Michel Guenassia, Le Club des Incorrigibles Optimistes
Dans un bistrot, un club de joueurs d’échecs

Le testament français
Andreï Makine

A l'arrière plan, Moscou et au premier plan, la couverture du livre d'Andreï Makine, Le testament français
L’évocation d’une enfance peu ordinaire

Les choses humaines
Karine Tuil

A l'arrière-plan, une gargouille regarde Paris, au premier plan, la couverture du livre de Karine Tuil, Les choses humaines
Arrogance, sexisme ordinaire et bien pire
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.