Le testament français — Andreï Makine

Il y a quelque chose de Romain Gary chez Andreï Makine, peut-être parce que l’aube de la vie détermine la suite, peut-être parce que l’amour de la France et de sa langue est là, et sans doute aussi peut-être parce que la beauté de l’écriture entraîne le lecteur.

A l'arrière plan, Moscou et au premier plan, la couverture du livre d'Andreï Makine, Le testament français
L’évocation d’une enfance peu ordinaire

Quoi qu’il en soit, Le testament français nous raconte une histoire différente.

L’univers narratif

En Union soviétique, au milieu des steppes et plus précisément à Saranza où vit la grand-mère du narrateur. L’auteur évoque peu cette période, même si l’on apprend ici et là que des arrestations ont eu lieu et des exactions ont été commises.

Les personnages

#Le narrateur
Il a dix ans au début de l’histoire, passe ses vacances avec sa sœur chez sa grand-mère d’origine française. Chaque soir, il écoute les souvenirs de la vieille dame. Son imagination lui fait voir un village russe en Neuilly-sur-Seine, ne donne aucune réalité au prie-Dieu sur lequel l’Impératrice Alexandra s’est agenouillée lors de sa visite en France. Plus tard, cette culture française lui vaudra de se sentir différent.

#Charlotte Lemonnier
Un personnage mystérieux qui a rejoint sa mère après la Première Guerre mondiale en URSS. Elle y est restée, a épousé un Russe qui revient brisé de la Seconde Guerre mondiale. Ils ont deux enfants, dont la mère du narrateur. Charlotte porte aussi plusieurs secrets qui seront dévoilés peu à peu.

#Les autres personnages
Les parents du narrateur sont à peine évoqués, il est vrai qu’ils sont morts quand il était très jeune. Quelques camarades d’école, Pachka, un doux géant, le grand-père sont d’autres personnages.

L’histoire

Histoire parce qu’il n’y a pas d’intrigue, le narrateur égrène ses souvenirs dans l’ordre où ils lui viennent et même si c’est parfois un peu confus, je me suis laissée prendre au jeu des évocations, sachant qu’il s’agit d’un roman autobiographique. L’auteur ne cherche jamais à émouvoir le lecteur, il raconte des faits tels que le narrateur les a vécus, bien plus préoccupé de l’impact de sa culture française sur sa vie que de l’histoire soviétique.

Le style

Je l’ai déjà dit, l’écriture est magnifique, elle sublime les souvenirs

Incipit :

« Encore enfant, je devinais que ce sourire très singulier représentait pour chaque femme une étrange petite victoire. Oui, une éphémère revanche sur les espoirs déçus, sur la grossièreté des hommes, sur la rareté des choses belles et vraies dans ce monde. Si j’avais su le dire à l’époque, j’aurais appelé cette façon de sourire “féminité…” »

Citation :


« J’avais quatorze ans cet été. Le temps des contes, je le comprenais bien, ne recommencerait pas. J’avais trop appris pour me laisser griser par leur sarabande colorée. Étrangement, au lieu de me réjouir de ce signe évident de mon mûrissement, ce soir-là, je regrettais beaucoup ma confiance naïve d’autrefois. Car mes nouvelles connaissances, contrairement à mon attente, semblaient obscurcir mon imagerie française. À peine, voulais-je revenir dans l’Atlantide de notre enfance qu’une voix docte intervenait : je voyais les pages des livres, les dates en caractère gras. Et la voix se mettait à commenter, à comparer, à citer. Je me sentais atteint d’une étrange cécité. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’évocation d’une enfance peu ordinaire
  • Un roman autobiographique
  • Le style

Mes notes

Roman5,0/5
Univers narratif5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

Info-livre : Le testament français par Andreï Makine

Couverture du livre d'Andreï Makine, Le testament français

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-040187-1
Pages : 343
Date de parution : 13/06/2007
(Initialement paru aux éditions Mercure de France en 1995)

Autres romans sur une enfance passée ailleurs

Si vous avez aimé Le testament français, vous aimerez peut-être :

Âme brisée
Akira Mizubayashi

Couverture du livre d' Akira Mizubayashi et un violon
L’âme est une petite pièce de bois que l’on trouve dans tous les violons

La promesse de l’aube
Romain Gary

Rêver de la France

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.