Sa préférée — Sarah Jollien-Fardel

Sa préférée est un livre brutal sur un sujet violent. Il n’est pas un ouvrage de plus sur la maltraitance familiale, mais l’histoire des conséquences ravageuses sur une vie d’adulte.

Les montagnes valaisannes en arrière-plan, au premier plan, la couverture du livre de Sarah Jollien-Fardel
Montagnes suisses à l’arrière-plan
Photo arrière-plan de Angelo Burgener sur Unsplash

Que se passe-t-il ?

Le père de Jeanne (la narratrice) est d’une violence difficilement imaginable. Jeanne, Emma, ainsi que leur mère sont battues, frappées, humiliées, parfois sans raison. Emma grandit persuadée qu’elle n’a aucune valeur et se donne au premier venu. Un jour, c’est le drame, elle se suicide. Jeanne, elle, a réussi à s’enfuir et c’est son impossible reconstruction que ce livre raconte, malgré ce que la vie mettra de bien sur sa route.

Le récit ne suit pas un ordre chronologique et demande donc un effort au lecteur.

Où et quand ?

De nos jours dans les montagnes valaisannes auxquelles Jeanne reste très attachée. Tout le monde savait pourtant, mais personne n’a dit ou fait quelque chose.

Qui sont les personnages ?

Jeanne
Elle n’a fait son deuil, ni de sa sœur ni de ce qui s’est passé. La brutalité de son père continue de remplir sa vie au point d’occulter tout le reste.
Jeanne n’est pas une victime aimable, elle peut être violente. Les conséquences des actes de son père en sont ressenties de façon d’autant plus inhumaine.

Marine
Elle est à l’opposé de Jeanne, on devine qu’elle a eu ses propres problèmes, mais qu’elle les a surmontés. Elle apporte à Jeanne tout l’amour dont celle-ci a été privée. Est-ce suffisant ?

Paul
Il est à l’opposé du père de Jeanne, mais là aussi, est-ce que ce sera suffisant ?

Comment est-ce écrit ?

L’écriture est puissante, presque violente.

Incipit :

« Tout à coup, il a un fusil dans les mains. La minute d’avant, je le jure, on mangeait des pommes de terre. Presque en silence. Ma sœur jacassait. Comme souvent. Mon père disait “elle ne peut pas la boucler, cette gamine”. Mais elle continuait ses babillages. Elle était naïve, joyeuse, un peu sotte, drôle et gentille. Elle apprenait tout avec lenteur à l’école. Elle ne sentait pas lorsque le souffle de mon père changeait, quand son regard annonçait qu’on allait prendre une bonne volée. »

Citation :

« Je reviens les dimanches. C’est encore les jours de vadrouille de mon père. Je conduis à l’aller, ça calme mon esprit. Au retour, je me cloître dans le silence sur le siège passager, la tête tournée vers la vitre. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez

  • Le thème sur la reconstruction d’une victime
  • La puissance de l’écriture

Ce que vous regretterez (ou pas)

  • Le récit ne suit pas l’ordre chronologique.

Mes notes

Univers narratif3,8/5
Personnages4,0/5
Intrigue2,8/5
Écriture 4,5/5
Moyenne3,8/5

Info-livre : Sa préférée par Sarah Jollien-Fardel

Couverture du livre de Sarah Jollien-Fardel

Editeur : Sabine Wespieser éditeur
ISBN : 978-2-84805-456-8
Pages : 206
Date de parution : 25/08/2022

Des enfants violentés

Nickel Boys
Colson Whitehead

En arrière plan, une carte postale représentant la Dozier School, au premier plan, la couverture du livre de Colson Whitehead, Nickel Boys
En arrière-plan, la Dozier School for boys (carte postale)

My Absolute Darling
Gabriel Tallent

En arrière plan, un couteau planté dans un arbre, au premier plan, la couverture du livre de Gabriel Tallent, My Absolute Darling
Turtle hésite entre l’amour et la haine que son père lui inspire.
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Publications: 562

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.