Sous le voile — Hélène Lenoir

La vie religieuse dans des couvents — dont les buts ont été heureusement modifiés — au milieu du XXe siècle est un sujet attractif. Mais n’est pas Denis Diderot qui veut, je n’ai pas compris grand-chose à l’histoire racontée dans Sous le voile.

En arrière-plan deux religieuses, au premier plan, la couverture du livre d'Hélène Lenoir, Sous le voile
Une vieille femme se souvient de son noviciat à la congrégation de Notre-Dame de Sion …

Service Presse

Intrigue

Une vieille femme se souvient de son noviciat à la congrégation de Notre-Dame de Sion et d’une expérience marquante au bord d’un ruisseau. Décidément pas faite pour le couvent, elle doit changer de vie après neuf ans de noviciat.
La scène au bord du ruisseau reste mystérieuse. Était-ce une scène mystique qui lui fait prendre conscience de la différence entre ses aspirations et la réalité ou tout simplement un appel de l’extérieur ?
La réaction de la mère de la novice, en revanche, composée de déni, de rigidité et de manque d’empathie est très imaginable.
La fin du livre Sous le voile est ouverte et on ignore ce qu’il est advenu dans la vie de la vieille femme, entre le moment où elle se réfugie chez sa sœur et le moment où elle raconte son histoire.

L’univers narratif

Sous le voile se déroule au sein de la congrégation de Notre-Dame de Sion a été créée en 1843 par Théodore et Alphonse Ratisbonne dans le but de convertir les juifs. L’histoire se déroule avant le concile Vatican II, à partir duquel la communauté deviendra un acteur du dialogue avec le judaïsme sans volonté de conversion.
J’aurais aimé en savoir plus sur les règles du couvent pour mieux comprendre l’état d’esprit de Sœur Jeanne-Marie.

Les personnages

#Les Sœurs et les Mères
Difficile de se retrouver entre les Sœurs et les Mères, très nombreuses, tantôt compréhensives, tantôt indifférentes, tantôt rigides jusqu’à la maltraitance.

#Jeanne et sa famille
Le portrait de Jeanne est à peine esquissé ; de ses parents on ne connaîtra que le rejet total de leur fille, une fois qu’elle a quitté le couvent. Seule, Christiane, la sœur aînée de Jeanne se montre pleine de compassion et de bonté.

#Le couple van Luyden
Un couple difficile à appréhender. Ont-ils réellement aidé Jeanne ? Madame van Luyden, fille d’un richissime armateur, a épousé un psychiatre connu. Des doutes planent sur les sentiments de l’un envers l’autre. Ce qui est certain, c’est que Miette (Marie-Henriette van Luyden) est utilisé par son mari, qui, lui, a des sentiments ambigus envers Jeanne. Bref, des personnages aux comportements pas toujours compréhensibles.

Le style

Pour l’écrivain, il est certainement amusant de reproduire la conversation décousue d’une vieille femme, pour le lecteur, c’est une épreuve. Encore une fois, compliqué de s’y repérer. Dès la deuxième partie, on retrouve le point de vue d’un narrateur omniscient.

Incipit :

« Et alors, je vois tout ce qui n’est pas, n’a pas pu être, mais c’est plus que voir, je sens ou plutôt ça me traverse comme un torrent, l’eau vive qui dévale le lit de cailloux et je me penche, j’y mets la main, ça m’éclabousse, je m’écarte, toute mouillée de ça, ce savoir désormais : quand et à quel endroit du parcours j’ai dévalé dans ce lit asséché ou débordant au contraire jusque sur l’herbe des prés. »

Citation :

« Maintenant, c’est drôle comme ça m’émeut d’en parler — je revois le visage de certaines… oui… et je pense… je pense à l’Ange au sourire de Reims… Ah…
C’est, j’avais, je, je voulais dire… Je ne sais plus. La petite Sœur Nicole, peut-être, quand je l’ai regardée accrocher le linge au fond du potager, un matin où on m’avait désignée pour la cueillette des haricots verts ? Et je dis petite, je ne sais pas pourquoi, elle devait bien avoir mon âge… C’était l’été, oui, l’été 49 à Saint-Omer, pas d’enfants, le calme, plusieurs sœurs étaient parties — ah, voilà, c’était ça, la récréation de la mi-juillet où j’ai soudain entendu notre Supérieure prononcer deux fois le nom de Grenoble et juste après celui de Grandbourg. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une plongée dans une communauté religieuse peu connue.

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une histoire confuse avec des personnages peu caractérisés
  • Le style de la première partie

Mes notes

Univers narratif3,0/5
Personnages2,0/5
Intrigue2,0/5
Style2,5/5
Moyenne2,4/5

Autres livres sur le thème femmes et religions

La petite dernière
Fatima Daas

Musulmane, d’origine algérienne, mais née en France et lesbienne…

Bénie soit Sixtine
Maylis Adhémar

Sixtine ne pense pas, ne se pose pas de questions, elle accepte son sort…

Info-livre : Sous le voile par Hélène Lenoir

Couverture du livre d'Hélène Lenoir, Sous le voile

Editeur : Grasset
ISBN : 978-2-246-82091-8
Pages : 224
Date de parution : 12/01/2022

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 339

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.