Un jour ce sera vide — Hugo Lindenberg

Un jour ce sera vide a été un coup de cœur pour beaucoup. Ce n’est pas mon cas pour ce livre pourtant bien écrit, mais si vous me connaissez un peu, vous savez que j’ai besoin qu’on me mette les points sur les i, alors les livres tout en non-dits…

A l'arrière-plan, des cabines de bain ; au premier plan la couverture du livre de Hugo Lindenberg, Un jour ce sera vide.
À la plage, le passe-temps préféré du narrateur est de regarder les familles…

L’intrigue

Un petit garçon dont on ne connaît pas le prénom (il emprunte celui d’Alphonse vers la fin du livre) est élevé par sa grand-mère. Il l’adore, mais il en a aussi honte. À la plage, son passe-temps préféré est de regarder les familles normales, celles où le papa et la maman s’occupent des enfants. Un jour, il rencontre Baptiste, l’occasion de voir une de ces familles de plus près.
C’est une histoire cruelle et le début donne le ton : les deux amis s’amusent à massacrer des méduses. Je ne suis pas certaine d’avoir compris la fin.

L’univers narratif

Sans doute en Normandie puisqu’il y a des cabines de plages. Mais ce ne sont pas des vacances d’enfants joyeux.

Les personnages

#Le narrateur
Élevé par sa grand-mère, il a sans doute perdu sa mère, son père est peu présent. Il ne manque pas d’amour malgré la présence de sa tante, obèse et malade mentale, qu’il déteste.

#Baptiste
Un petit garçon heureux qui ne juge pas la famille de son ami. Et c’est peut-être à cause de cette bienveillance de Baptiste que l’histoire m’a paru cruelle.

Le style

Le style est magnifique et déroutant : l’histoire se déroule au présent et pourtant l’enfant s’exprime comme un adulte doué en écriture.

Incipit :

« L’enfant est à contre-jour. On distingue à peine son visage encadré par une chevelure lisse de vrai garçon. D’abord, il n’est que la cordelette de son slip, rouge ou bleu, qui s’approche, jambes graciles, pour observer le spectacle immobile dont je jouissais pour moi seul. »

Citation :

« Mais ça faisait partie de ces trucs auxquels je ne pensais jamais en compagnie de Baptiste. Sa présence avait pour effet de rendre très flou un tas de choses qui me préoccupaient en son absence. Elles étaient toujours vraies, mais qu’est-ce qu’une vérité quand elle est si loin qu’on la distingue à peine. Qu’est-ce qui la différencie d’un songe ? »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le style magnifique de l’auteur

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une histoire glauque

Et vous, avez-vous été sensible à autre chose ? Dites-le en commentaires.

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages3,0/5
Intrigue3,0/5
Style4,0/5
Moyenne3,5/5

Autres tristes histoires d’amitié enfantine

Les douces
Judith Da Costa Rosa

En arrière-plan, trois adolescentes. Au premier plan, la couverture du livre de Judith Da Costa Rosa, Les douces
Quatre amis, trois filles et un garçon. Le garçon disparaît…

Nickel Boys
Colson Whitehead

En arrière plan, une carte postale représentant la Dozier School, au premier plan, la couverture du livre de Colson Whitehead, Nickel Boys
En arrière-plan, la Dozier School for boys (carte postale)

Info-livre : Un jour ce sera vide par Hugo Lindenberg

Couverture du livre de Hugo Lindenberg, Un jour ce sera vide

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-93516-2
Pages : 224
Date de parution : 26/01/2022

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.