Une sortie honorable — Éric Vuillard

Un livre que je recommande pour tout ce qu’on apprend sur les personnages de cette période même si Une sortie honorable oscille entre récit et roman.

En arrière-plan, Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh et la couverture du livre d'Eric Vuillard, Une sortie honorable
Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh

Le thème

À la fin de la guerre d’Indochine, les politiques cherchent une sortie honorable. À partir de documents d’époque, Éric Vuillard imagine les scènes et les écrit. Il fait des liens et crée des conversations dont il ne reste aucune trace, pas plus, bien évidemment que celles des pensées.
Les premières pages s’ouvrent sur une inspection de Delamarre dans une plantation d’hévéa exploitée par Michelin. Ce qu’il trouve fait froid dans le dos. L’inspecteur fera un rapport qui ne change rien et Michelin cette année-là fera un profit exceptionnel.

Le récit continue sur la bataille de Cao Bang. Une rapide recherche montre que les militaires de l’époque n’avaient pas inventé le lance-pierre (et ça semble ne pas s’être arrangé par la suite). Ce fut la première victoire décisive du Việt Minh.

Deux jours plus tard, le lecteur assiste à un débat à l’Assemblée générale.

Le genre de l’ouvrage

Une sortie honorable est qualifié de récit :

« Un récit (ou intrigue) est une forme littéraire consistant en la mise dans un ordre arbitraire et spécifique des faits d’une histoire. »

Source : Wikipédia

Me voilà pas plus avancé et je laisse le reste de l’article aux spécialistes.

Mais pourquoi est-ce que je parle du genre de l’ouvrage ?

Parce que l’inspecteur Delamarre a vraiment existé, il a écrit un livre difficile à trouver : L’Émigration et l’immigration ouvrière en Indochine. Les autres personnages aussi sont réels. Si certains noms m’étaient familiers, d’autres en revanche m’étaient inconnus. J’ai pris conscience à quel point cette guerre était oubliée. C’est le côté positif de la lecture.
Côté problématique, l’auteur entre dans la tête du général Henri Navarre commandant en chef des forces françaises en Indochine ou d’Émile Minost, président de la Banque d’Indochine, ce qui est le privilège du romancier.

Non pas qu’Éric Vuillard narre des choses surprenantes, il est convaincant ; les profiteurs de guerre ont existé de tout temps. Mais son livre qui est une vision de cette période — vision à laquelle j’adhère — aurait plus honnêtement été appelé roman.

Ou alors, si récit il y a, j’aurais aimé qu’il cite ses sources.

Le style

Citation :

« Cela peut paraître curieux, mais il n’y avait et il n’y a jamais eu, aucun colon français établi à Cao Bang, nul quartier, nulle vie sociale européenne, pas un commerçant entreprenant, pas un hôtelier aventureux, pas un seul premier de cordée, personne. Et il faut ajouter qu’il n’y avait, et qu’il n’y a jamais eu non plus aucune européen à Dông Khê, aucun à Langson, aucun à Mao Khê, aucun à Lung Phaï. La société des Mines d’étain de Cao Bang avait vu le jour en 1905 ; et pour fonctionner, elle n’avait besoin que de quelques ingénieurs, de contremaîtres européens, c’est tout, et pour se protéger, il lui fallait un poste militaire…
… et l’on devrait par souci de précision, rebaptiser la bataille de Cao Bang à propos de laquelle s’écharpe le parlement : bataille pour la société anonyme des Mines d’étain de Cao Bang ; cela lui conférerait sa véritable importance. »

Excipit :

« Dans l’espérance dérisoire d’une sortie honorable, il aura fallu trente ans et des millions de morts, et voici comment cela se termine ! Trente ans pour une telle sortie de scène. Le déshonneur eut peut-être mieux valu. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • En apprendre plus sur la guerre d’Indochine et les acteurs de l’époque.

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Que l’auteur ne cite pas ses sources ou qu’il n’ait pas intitulé son livre roman.

Mes notes

Note globale : 4/5

Des romans qui se passent en Indochine

Le Grand Monde
Pierre Lemaitre

A l'arrière-plan, l'hôtel Majestic à Saïgon dans les années 1940, couverture du livre de Pierre Lemaitre, Le Grand Monde
Hôtel Majestic à Saïgon dans les années 1940

L’amant
Marguerite Duras

A l'arrière-plan, le Mékong, au premier plan, la couverture du livre de Marguerite Duras, L'amant
Bientôt, j’aurai un diamant au doigt des fiançailles.

Info-livre : Une sortie honorable par Éric Vuillard

Couverture du livre d'Eric Vuillard, Une sortie honorable

Editeur : Actes Sud
ISBN : 978-2-330-15966-5
Pages : 208
Date de parution : 05/01/2022

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 323

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.