Le Grand Monde — Pierre Lemaitre

Un livre que vous dévorerez tout en regrettant de le finir trop vite. Difficile de s’arracher à ce livre, Le Grand Monde pour en attaquer un autre. Vivement le tome II de la trilogie Les années glorieuses.

A l'arrière-plan, l'hôtel Majestic à Saïgon dans les années 1940, couverture du livre de Pierre Lemaitre, Le Grand Monde
Hôtel Majestic à Saïgon dans les années 1940

L’intrigue

À l’occasion de l’anniversaire de la savonnerie Pelletier, Louis Pelletier a payé le voyage à deux de ses enfants de Paris à Beyrouth pour qu’ils y assistent. Sa femme, Angèle, traîne les pieds et leur progéniture, trois garçons et une fille, soupire d’ennui. Très vite arrivent des phrases, posées comme ça, l’air de rien, qui indiquent que cette famille n’est peut-être pas si paisible que ça.
Louis a donné des noms de prostituées à ses chaudrons. Quand sa femme l’interroge :

« Ce sont des courtisanes, Angèle. Je les ai appelées comme ça parce que ce sont mes petites chéries, voilà tout… » (page 16)

Pire :

« Pour être tout à fait complet, Bouboule avait une autre raison de quitter le pays : il avait tué une jeune fille de dix-neuf ans deux semaines plus tôt à coups de manche de pioche et il craignait que la police ne parvienne jusqu’à lui. » (page 32)

Après le départ à Paris de Jean (Bouboule) et de François, c’est au tour d’Étienne de déserter le nid. Il quitte Beyrouth pour rejoindre son amoureux, un légionnaire, à Saïgon.
Quant à l’unique fille du couple, Hélène, il ne lui reste qu’à se morfondre à Beyrouth avec ses parents, rassurez-vous, pas très longtemps.

L’univers narratif

L’histoire se déroule en 1946.
À Beyrouth, tout est calme et la famille Pelletier prospère.
À Paris, bien que la Deuxième Guerre mondiale soit terminée, la vie est difficile, les tickets de rationnement sont encore en vigueur.
À Saïgon, c’est le début de la guerre d’Indochine (« pacification » rectifie un des personnages) sous forme de guérilla cruelle que l’auteur ne manque pas de retracer. Ne comptez pas sur lui pour s’étendre plus que nécessaire sur les exactions des uns et des autres, ce n’est pas son propos, Pierre Lemaitre raconte une histoire qui passe par des moments pénibles, il sait le lecteur suffisamment intelligent pour comprendre, il n’a pas besoin d’en faire des tonnes.

Vous prendrez connaissance d’un scandale oublié (revisité, bien sûr) : le scandale des piastres.

Les personnages

Les parents

#Louis et Angèle Pelletier
Ils paraissent un peu ridicules au début… quoi que !
Louis est tellement fier de sa savonnerie et de ses chaudrons.
Angèle est désespérée de voir partir ses enfants, mais elle réserve tout de même quelques surprises aux lecteurs.

Les enfants

L’histoire de chaque enfant est racontée pendant cette période, mais c’est surtout Étienne qui va retenir l’attention.

#Étienne
Parti vivre avec son amoureux à Saïgon, Étienne le cherche pendant longtemps. Il a trouvé un emploi à l’Agence indochinoise des monnaies à Saïgon. Il y rencontre des personnages curieux. Jeantet, le directeur de l’agence est à moitié fou, mais il lui a fait connaître Diêm, un personnage obséquieux, toujours disponible pour rendre service. Étienne ne le prend pas vraiment au sérieux. A-t-il raison ?

#Les autres enfants
Jean (dit Bouboule) a épousé l’odieuse Geneviève, mais le couple n’est pas si mal assorti que ça (je n’ai pas dit agréable ni sympathique)
François, sous couvert de suivre des études à Paris, ne rêve que de journalisme.
Hélène finit par s’enfuir pour aller vivre à Paris même si elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut.

Le style

Incipit :

« Au fil des années, la procession familiale qui empruntait l’avenue des Français avait connu bien des variantes, mais jamais encore elle n’avait pris l’allure d’un cortège funèbre. Au détail près qu’elle était bien vivante, il semblait, cette année, qu’on emmenait Mme Pelletier à sa dernière demeure. »

Le Grand Monde : de littérature générale ?

Oui à cause du style de Pierre Lemaitre. C’est merveilleusement écrit avec des pointes d’ironie comme il nous y avait habitués dans ses précédents ouvrages.
Non, parce que l’auteur de roman noir ne s’est pas tout à fait effacé : meurtres et serial killer sont au programme.

Le Grand Monde est à la fois une littérature exigeante et populaire qui devrait démentir le fait que plus personne ne lit. Faux ! Quand les livres sont excellents, ils trouvent des lecteurs.

Et le lien avec la précédente trilogie, Les enfants du désastre ?

Au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture, je m’inquiétais de ne pas le voir, ce lien. Aurais-je dû relire la trilogie ? Avais-je manqué un personnage secondaire ?
Inutile de vous plonger dans Au revoir là-haut ou les suivants, sauf si vous avez tout — mais vraiment tout — oublié. La surprise est savoureuse.

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une histoire ancrée dans une guerre presque oubliée, mais qui a fait des centaines de milliers de morts.
  • Un scandale bien réel dont j’ignorais l’existence
  • Des personnages fabuleux

Bref, Le Grand Monde est un coup de cœur, sans aucune réserve.

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

Info-livre : Le Grand Monde par Pierre Lemaitre

Couverture du livre de Pierre Lemaitre, Le Grand Monde

Editeur : Calmann-Lévy
ISBN : 978-2-7021-8081-5
Pages : 592
Date de parution : 25/01/2022

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.