Beyrouth-sur-Seine — Sabyl Ghoussoub

Les lycéens ont souvent bon goût et j’aime les suivre dans leurs choix de prix Goncourt, mais depuis deux ans, je suis déçue, encore plus par Beyrouth-sur-Seine. Ceci étant dit, la liste de cette année semble moins intéressante que celle de 2021, si on pense au prix lui-même (La plus secrète mémoire des hommes) ou d’autres livres sélectionnés tels que La carte postale, Au printemps des monstres pour ceux que j’ai appréciés.

Beyrouth en arrière-plan, Couverture du livre de Sabyl Ghossoub, Beyrouth-sur-seine.
« “Tu veux que je te raconte ma vie en arabe ou en français ?” m’a demandé mon père… »

Que se passe-t-il ?

Sabyl Ghoussoub a décidé de filmer et d’interroger ses parents, venus du Liban et réfugiés en France en 1975. C’est à travers leurs réponses, plus ou moins contraintes qu’il raconte la guerre du Liban. Le narrateur raconte donc ce que ses parents lui ont raconté alors qu’ils étaient en France. Moui… Et le recours à Wikipédia n’est pas d’une grande aide, tant les rebondissements, retournements des uns et des autres, sans oublier les assassinats n’ont cessé de rebattre les cartes.
Beyrouth-sur-Seine donne l’impression d’être un livre écrit pour l’auteur et non pour ses lecteurs :

« J’ai besoin de l’écrire cette guerre, de la raconter, de comprendre ce que mes parents ont ressenti et vécu. »

Il n’y a aucun mal à ça, dommage néanmoins d’oublier le lecteur qui a les mêmes attentes. Nous aussi, nous aurions besoin de comprendre, et un peu plus, mais ce livre est absent d’émotion. C’est pourtant un hommage vibrant d’amour à ses parents.
Sabyl Ghoussoub explique qu’il a lui-même vécu au Liban, mais il n’en parle pas si ce n’est pour écrire qu’il n’a pas envie d’y retourner.

« Maintenant que je redécouvre, petit à petit, les horreurs de cette guerre, le village de ma mère, Kfarabida, je ne le vois plus d’un même œil. Ce lieu que je considérais comme un paradis perdu est finalement un nid de sanguinaires et le souvenir de la beauté de la mer et de ses plages sauvages ne parvient plus à modifier ma nouvelle perception des choses. »

Quels sont les thèmes ?

  • Liban
  • Guerre
  • Immigration

Où et quand ?

À Paris, de 1975 à nos jours et au Liban.

Qui sont les personnages ?

Le narrateur
On l’a compris, il veut se rapprocher de la vie de ses parents qu’il adore.

Kaïssar, son père
Personnage difficile à cerner, un intellectuel, certainement, mais je ne suis même pas arrivée à comprendre comment il avait vécu cette guerre.

Hanane, sa mère
La famille est tout pour la mère du narrateur. Les membres de sa famille peuvent tuer des innocents, il reste des membres de la famille. Mais l’analyse ne va pas au-delà de cette constatation et c’est dommage.

Comment est-ce écrit ?

L’auteur ne suit pas l’ordre chronologique (ce que je déteste) et compte tenu de la complexité de cette guerre (lui-même a du mal à s’y retrouver quand il se renseigne), cela n’aide pas le lecteur.

Incipit :

« “Tu veux que je te raconte ma vie en arabe ou en français ?” m’a demandé mon père et il a ajouté “Tu comprends l’arabe ?” alors qu’il a été mon professeur d’arabe pendant trois longues années où je vivais chacune de ses leçons comme un calvaire sans fin. »

Mon avis en résumé

Je n’ai pas compris. Je n’ai pas compris qui était son père (un peu mieux qui était sa mère) et encore moins pourquoi le narrateur rêve de vivre en Israël.

Ma note : 2,5/5

Lecture un peu exigeante

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Acheter d’occasion

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Des fils et des guerres

Enfant de salaud
Sorj Chalandon

A l'arrière-plan, le palais de justice de Lyon, où se déroula le procès de Kaus Barbie en 1987, au premier plan, couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.
Couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.

L’art de perdre
Alice Zeniter

Une photo d'Algérie et la couverture du livre d'Alice Zeniter, L'art de perdre
Un livre marquant

Info-livre : Beyrouth-sur-Seine par Sabyl Ghoussoub

Couverture du livre de Sabyl Ghossoub, Beyrouth-sur-seine.

Editeur : Stock
ISBN : 978-2-234-09257-0
Pages : 308
Date de parution : 24/08/2022

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisation des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 609
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires