Enfant de salaud — Sorj Chalandon

À une époque où disparaissent les derniers témoins des atrocités commises par les nazis, des enfants ou petits-enfants interrogent leur filiation. Anne Berest s’interroge sur sa famille, disparue à Auschwitz, Sorj Chalandon sur le rôle d’un père « qui était du mauvais côté » pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui fait du narrateur un enfant de salaud.

A l'arrière-plan, le palais de justice de Lyon, où se déroula le procès de Kaus Barbie en 1987, au premier plan, couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.
A l’arrière-plan, le palais de justice de Lyon, où se déroula le procès de Kaus Barbie en 1987.

Service Presse

L’histoire

Avant le procès de Klaus Barbie, le narrateur visite la maison d’Izieu (aujourd’hui un mémorial), où ont été raflés 44 enfants juifs et 7 adultes le 6 avril 1944. À l’exception de Léa Feldblum, aucun ne reviendra. Le plus jeune des enfants avait quatre ans.

Le narrateur aurait aimé que son père soit là, pour que son père lui explique, pour qu’il l’aide à savoir et à comprendre. Que faisait-il, où était-il ce 6 avril 1944 ?

« Pourquoi es-tu devenu un traître, papa ? »

La confrontation

La description en parallèle du procès, des provocations de l’accusé et de ses défenseurs, des témoignages des survivants et du comportement du père du narrateur tient en haleine.

Le procès Klaus Barbie

Klaus Barbie a été jugé pour crime contre l’humanité en 1987 devant les Assises du Rhône. Procès très médiatisé, à la fois parce qu’il est le premier procès tenu en France pour crime contre l’humanité et à la fois par la personnalité des avocats (Jacques Vergès, avocat de Klaus Barbie et Serge Klarsfeld pour les 113 associations et particuliers s’étant portés partis civils).

Sorj Chalandon, qui a reçu le prix Albert Londres pour la couverture du procès nous fait vivre le silence et l’impuissance de Me Vergès face aux terribles témoignages des rescapés, mais aussi les provocations de l’avocat quand la situation s’y prête et le refus de Klaus Barbie de comparaître à son propre procès.

Le père du narrateur au procès

Il assiste au procès, surveillé par son fils qui le voit bâiller aux témoignages des survivants. Tout le long du livre, le fils essaie de communiquer avec ce père tant aimé, en vain.

« J’avais trop espéré de ce procès. Prêté à mon père une intelligence qu’il n’avait pas. Ni empathie, ni pitié, ni humanité, il n’avait pas même profité de cette tempête pour prendre le temps de réfléchir à son passé. La cohorte des suppliciés défilait lentement devant lui et il lissait son revers de veste. Il arrangeait le pli de son pantalon. Il bâillait. »

Un père mythomane, inconséquent, amoureux de l’aventure, mais incapable d’y faire face. Un homme qui aurait été ridicule si les circonstances n’avaient décuplé sa capacité à faire du mal.

Mensonges et réalité

Il dit avoir été patriote, avoir bien connu Jean Moulin, mais il ne s’est pas étendu sur le sujet. Il prétend ensuite avoir fait partie de la division Charlemagne qui a défendu le bunker d’Hitler jusqu’au 2 mai 1945.

Est-ce vrai ?

À aucun moment, le narrateur ne cesse d’aimer son père, bien au contraire, il lui tend la main, jusqu’à la scène irréelle qui clôt le livre.

Le style

Incipit :

« Dimanche 5 avril 1987
— C’est là.
Je me suis surpris à le murmurer.
Là, au bout de la route.
Une départementale en lacet qui traverse les vignes et les champs paisibles de l’Ain, puis grimpe à l’assaut d’une colline, entre les murets de rocaille et les premiers arbres de la forêt. Lyon est loin, à l’ouest derrière les montagnes. Et Chambéry de l’autre côté. Mais là, il n’y a rien. »

La structure

L’auteur raconte plusieurs histoires en parallèle, histoires qui se répondent, se mettent en exergue les unes les autres. Une structure éclatée qui a du sens.

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • La guerre vue par un « enfant de salaud »
  • Les confrontations
  • Le récit du procès de Klaus Barbie

Ma note

Difficile de juger la qualité d’une histoire qui n’est pas imaginaire, mais inspirée de faits réels, et difficile dès lors de juger le reste. Il m’a peut-être manqué un peu plus d’empathie pour le narrateur, mais c’est peut-être tout simplement parce que son expérience est difficile à partager.

C’est un livre à lire néanmoins : 4,5/5

Autres livres sur les descendants de la Deuxième Guerre mondiale

La carte postale
Anne Berest

En arrière-plan, une boîte aux lettres, au premier plan, la couverture du livre d'Anne Berest, La carte postale
Une carte postale et quatre prénoms

Magnus
Sylvie Germain

En arrière plan, un ours en peluche, au premier plan, la couverture du livre de Sylvie Germain, Magnus
Magnus

Info-livre : Enfant de salaud par Sorj Chalandon

Couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.

Editeur : Grasset
ISBN : 978-2-246-82815-0
Pages : 329
Date de parution : 18/08/2021

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.