Astérix — L’iris blanc — R. Goscinny — A. Uderzo — Fabcaro — D. Conrad

En arrière plan, Jules César et au premier plan, la couverture du livre, Astérix, L'iris blanc
Encore et toujours Jules César

Une nouvelle parution d’Astérix est toujours un évènement, et comme j’ai grandi avec lui, difficile de ne pas lire L’iris blanc. Cette fois-ci, c’est Fabcaro qui est aux commandes du texte, et franchement, j’en attendais plus. J’ai nettement préféré les deux derniers albums.

Que se passe-t-il ?

Le moral des armées de César est au plus bas. Vicévertus, médecin-chef des armées a une idée lumineuse : la pensée positive. Et le voilà parti convaincre non seulement les soldats romains, mais aussi les membres d’un petit village que nous connaissons bien. Une proposition plutôt bonne, mais l’intrigue manque d’originalité, et nos amis les Gaulois qui deviennent positifs, c’est moins drôle. Si les répliques des soldats en pleine bagarre m’ont fait sourire :

« Nous avons croisé deux Gaulois forts sympathiques. Tu aurais dû voir avec quel entrain ils nous cognaient le nez ! Et quelle générosité dans l’impact de leurs points sur nos mentons ! C’était une défaite de toute beauté. »

Ça n’a pas été le cas de celles des Gaulois :

« Je vais entretenir mon corps lascif taillé dans le marbre qui n’a d’égal que ma sagesse affirmée et je reviens. »

Les jeux de mots

J’ai éclaté de rire à certains jeux de mots, mais n’ai pas été enthousiasmée par d’autres.

La critique de notre société

Quelques cases amusantes dans L’iris blanc, mais il s’agit d’une caricature facile.

Les dessins

Ils sont parfaits, et il faudrait être bien difficiles pour ne pas retrouver les mêmes personnages.

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Retrouver la bande dessinée culte
  • La fidélité des dessins

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Une intrigue mollassonne
  • Un humour trop rare

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages1,0/5
Intrigue4,5/5
Humour3,0/5
Moyenne3,4/5
Plus de détails sur le système de notation

Des livres pour sourire

Le discours
Fabrice Caro

A l'arrière-plan, un homme qui lève les bras, au premier plan, couverture du livre de Fabrice Caro, Le discours
« Rien de très élaboré, hein, quelques mots… »

L’éclatante revanche de Suzan Boyer

A l'arrière-plan, le château d'If, au premier plan, la couverture du livre de Sophie Endelys, L'éclatante revanche de Suzan Boyer
A l’arrière-plan, le château d’If où Alexandre Dumas a fait séjourner Edmond Dantès

Envoyée spéciale
Jean Echenoz

Livre de poche "Envoyée spéciale" de Jean Echenoz à côté d'une bugne et d'une orange
Parodie de roman d’espionnage

Info-livre : Astérix — L’iris blanc par R. Goscinny, A. Uderzo, Fabcaro, D. Conrad

Couverture du livre Astérix - L'Iris blanc

Editeur : Hachette
ISBN : 978-2-01-400133-4
Pages : 48
Date de parution : 26/10/2023

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 602
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
janik

Entièrement d’accord avec toi sur ” L’iris blanc “. Je n’ai pas du tout adhéré à l’humour plat de Fabcaro. J’aurais même noté 3/5 pour les dessins. Le retoutr de Lagaffe est tellemet réussi, j’ai eu l’impression d’avoir retrouvé le Lagaffe d’il y a quelques années.