Connemara — Nicolas Mathieu

Bien que les livres pessimistes ne soient pas ma tasse de thé, j’ai beaucoup aimé Connemara de Nicolas Mathieu pour sa capacité à décrire le monde d’aujourd’hui, pour ses personnages profonds et son écriture si fluide.

En arrière-plan, le quai Aubert à Epinal, au premier plan, la couverture du livre de Nicolas Mathieu, Connemara
L’histoire se déroule en Lorraine

L’intrigue

Pas vraiment de rebondissements dans Connemara, plutôt le déroulement de la vie pas tout à fait quotidienne de plusieurs personnes à des moments charnière de leur existence, et des biographies détaillées. Tout est dans les personnages, les lieux et l’écriture.
Nicolas Mathieu n’est pas un grand optimiste, un reproche déjà encouru pour Leurs enfants après eux où j’avais vu un peu trop de clichés. Le manque de petits éclats de joie, tendresse, couleurs peut donner cette impression. Stagiaire n’est pas une profession. La scène du mariage est emblématique d’une vision tellement noire qu’elle en devient cliché.

L’univers narratif

En Lorraine, région que je ne connais pas du tout, mais dont la description me rappelle par certains aspects le Nord de la France. Et j’imagine que même en Lorraine, comme dans le Nord, il y a des gens attachants et des merveilles culturelles. Ce qu’en montre Nicolas Mathieu ne donne pas vraiment envie de visiter la région.
L’univers d’un cabinet de conseil est parfaitement dépeint (ça, je connais, même si j’étais plus du côté des conseillés que celui des conseilleurs). Eh bien sûr, il n’y a rien de positif dans la vision de l’auteur (bon, peut-être que là, il n’y en a pas beaucoup non plus).

Les personnages

#Hélène
Jolie femme d’une quarantaine d’années, elle est prisonnière d’une situation qu’elle a pourtant voulue ; elle a fait des études prestigieuses (mais pas autant que certains collègues) ; elle a épousé un mari aimant qui a renoncé à une brillante carrière pour la suivre à Épinal après qu’elle a été victime d’un burn-out.
Oui, mais voilà, elle a toujours l’impression que le travail de monsieur passe avant le sien (probablement vrai). S’il m’a été facile de m’identifier à la situation d’Hélène, cadre supérieur qui doit jongler avec une multitude d’impératifs, j’ai, en revanche, eu plus de mal à m’attacher à elle à cause de son comportement très égocentré (on en parle quand de ses deux enfants ?).

#Christophe
Ex-beau gosse, ex-vedette locale, il est particulièrement difficile à appréhender ou plutôt il est compliqué de faire le lien entre son passé — où il apparaît peu sympathique — et son présent de papa déchiré par le déménagement de son fils, emmené par son ex-femme. Là aussi, une once de succès ou de joie serait parfois la bienvenue.

Le style

Encore une fois, je me suis laissée happer par l’écriture de Nicolas Mathieu. Elle est fluide. L’auteur raconte comme personne les choses de la vie. Exceptionnel.

Incipit :

« La colère venait dès le réveil. Il lui suffisait pour se mettre en rogne de penser à ce qui l’attendait, toutes ces tâches à accomplir, tout ce temps qui lui ferait défaut. »

Citation :

« Ainsi, selon les saisons, on se convertissait au lean management ou on s’attachait à dissocier les fonctions support, avant de les réintégrer, pour privilégier les organisations organiques ou en silos, décloisonner ou refondre, horizontaliser les verticales ou faire du rond avec des carrés, inverser les pyramides ou rehiérarchiser sur les cœurs de métier, déconcentrer, réarticuler, incrémenter, privilégier l’opérationnel ou la création de valeur, calquer le fonctionnement des entités sur la démarche qualité, intensifier le reporting ou instaurer un leadership collégial. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Un milieu rarement décrit dans la littérature
  • Les personnages parfaitement caractérisés
  • Le style

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Un roman pessimiste

Mes notes

Univers narratif4,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue4,0/5
Écriture5,0/5
Moyenne4,5/5

Autres histoires d’entreprise

Les rêveurs définitifs
Camille de Peretti

En arrière plan, un jeune homme et un ordinateur, au premier plan, la couverture du livre de Camille de Peretti, Les rêveurs définitifs
Rêverie et de réalité

Six mois, six jours
Karine Tuil

Info-livre : Connemara par Nicolas Mathieu

Couverture du livre de Nicolas Mathieu, Connemara

Editeur : Actes Sud
ISBN : 978-2-330-15970-2
Pages : 395
Date de parution : 02/02/2022

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 323

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.