Et l’évolution créa la femme — Pascal Picq

Une promesse séduisante, Pascal Picq, paléoanthropologue, propose de remonter loin dans le passé, d’étudier la branche des hominidés qui regroupe les orangs-outans, les chimpanzés, les gorilles et les hommes pour mieux si L’évolution créa la femme.

Photos de singes et couverture du livre de Pascal Picq, Et l'évolution créa la femme
Pascal Pick étudie la domination masculine au travers de l’évolution et des hominidés actuels.

Hélas, la conclusion est qu’on ne sait pas vraiment d’où elle vient, que pourtant, il y avait d’autres possibles. D’autres possibles, certes, mais à l’exception des bonobos, les hominidés mâles ont tendance à maltraiter leurs femelles.

Définition de la coercition sexuelle
Comparaison avec nos lointains cousins
Un biais très puissant
Entre généralités et évidences
Le triangle de la domination
Mon avis en résumé
Ma note
Info-livre
Romans sur le même thème

Définition de la coercition sexuelle

« La coercition sexuelle se définit comme l’usage de la menace ou de la force par un mâle dans le but d’accroître ses chances de copuler avec une femelle lorsqu’elle devient fertile et de réduire les chances qu’elle copule avec d’autres mâles, et au risque de la femelle d’en subir un coût. »

Comparaison avec nos lointains cousins

Pascal Picq fait appel à ses connaissances sur les hominidés actuels. À l’exception des bonobos qui vivent dans une société égalitaire, il ne fait pas bon être une femelle. Mais l’homme pire que le singe, comme le décrit Pascal Picq ? Creusons un peu :


Coercition du côté des hominidés autre que l’homme

  • Viols
  • Meurtre des petits non sevrés quand un mâle en évince un autre

Hommes

  • Viols
  • Féminicides
  • Ablations physiques

Peut-on hiérarchiser l’horreur ?

Un biais très puissant

Au XIXe siècle, la société occidentale laissait peu de place aux femmes que le Code Napoléon faisait dépendre de leur père et leur mari. C’est à cette époque, que commence l’étude des peuples anciens, sur laquelle les scientifiques vont projeter l’idéologie de leur siècle. Dans une époque civilisée, monsieur travaille et madame reste à la maison.
Ce passage m’a amenée à poser la question suivante : toutes les blagues qui circulent sur les femmes, sous prétexte d’humour, dans la mesure où elles véhiculent des clichés bien ancrés, ne sont-elles pas plus problématiques qu’on le croit ?

Darwin (1809 – 1882), pourtant, avait commencé à réfléchir au statut des femmes. Même si elles étaient plus sensibles, plus empathiques, plus attentionnées que les hommes, est-ce que ces différences ne viendraient pas, au moins en partie, de la mentalité de la société et de l’éducation des femmes ? Déjà, il citait trois facteurs qui expliquaient le manque d’évolution des femmes :

« Les fiançailles précoces, les infanticides de petites filles, la faible estime accordée aux femmes, utilisées comme esclave domestique… »

Entre généralités et évidences

« L’homme est le pire ennemi de la femme. » Tous les hommes sont les pires ennemis de toutes les femmes ? Est-ce que ça ne manquerait pas un peu de nuances ?

« Le fait que les femmes ne participent pas aux conflits armés ne signifie pas qu’elles n’en sont pas capables. »


De quelles femmes parle-t-on, des Néanderthaliennes dont on ne sait rien ? Pascal Picq nous explique à longueur de pages que nous ne savons rien de la répartition des tâches ni des relations entre les hommes et les femmes de cette espèce. En ce qui concerne les femmes modernes, cela fait un petit moment déjà qu’elles participent à des combats.

« … la quête de statut pour les hommes et le contrôle de la sexualité et de la production d’une ou plusieurs femmes pour les hommes. Là encore, évitons les généralités hâtives : ce genre d’évolution sociale n’est qu’une possibilité parmi d’autres. »

D’accord, évitons les généralités, mais chez les grands singes et chez l’homme, à l’exception des bonobos, c’est ce possible-là qui est arrivé. De plus, il n’existe pas de sociétés dominées par les femmes.

Le triangle de la domination

Force est de constater que toutes les études, éthologiques ou ethnographiques, montrent que le domaine des possibles s’étend uniquement de sociétés égalitaires entre mâles et femelles à des sociétés où règne la domination des mâles.

Mon avis en résumé

Ce que j’ai trouvé intéressant :

  • L’incroyable biais cognitif qui s’applique quand on étudie les femmes
  • Un livre écrit par un homme

Ce que j’ai regretté :

  • La difficulté de lecture, il faut avoir un dictionnaire à portée de main
  • Beaucoup de pages pour pas grand-chose de nouveau
  • Pas vraiment d’argument en faveur du titre : Et l’évolution créa la femme

Ma note

2/5

Info-livre : Et l’évolution créa la femme par Pascal Picq

Couverture du livre de Pascal Picq, Et l'évolution créa la femme.

Editeur : Odile Jacob (Editions)
ISBN : 978-2-7381-5213-8
Pages : 464
Date de parution : 21/10/2020

Romans sur le même thème

En arrière-plan, de l'herbe dans un vase, au premier plan, la couverture du livre de Yves Montmartin, La mauvaise herbe.
La mauvaise herbe
Yves Montmartin
A l'arrière plan, le symbole pour le féminin, au premier plan, la couverture du livre de Camille Laurens, Fille
Fille
Camille Laurens
A l'arrière-plan, une gargouille regarde Paris, au premier plan, la couverture du livre de Karine Tuil, Les choses humaines
Les choses humaines
Karine Tuil

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.