Faut-il lire Le quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell ?

J’avoue m’être plutôt ennuyée à lire Justine, peut-être parce que mon exigence de lectrice du XXIe siècle est de vouloir les réponses tout de suite. Peut-être aussi suis-je insensible aux exploits purement littéraires parce qu’ils semblent plus faire plaisir à l’auteur qu’à moi.

A l'arrière-plan, un bateau dans le port d'Alexandrie, au premier plan, la couverture du livre de Lawrence Durrell, Justine
Le sujet du livre est peut-être la ville Alexandrie

Justine Tome I

L’intrigue

Réfugié dans une île grecque avec la fille de Mélissa, le narrateur se souvient de ses amours à Alexandrie quand Melissa l’aimait et qu’il aimait Justine, la séduisante et fantasque épouse de Nessim. Le lecteur suit leur histoire au gré de la mémoire du narrateur, une mémoire qui n’a rien de linéaire. D’autres personnages vont et viennent, se font oublier et reviennent un peu plus tard sans que le sujet de l’ouvrage ait été clair pour moi.

Quant à la fin, elle est surprenante, mais pose plus de questions qu’elle n’en résout, comme certaines scènes du livre d’ailleurs.

Le sujet du livre est peut-être la ville Alexandrie

Mais une ville où ne vivraient presque que des expatriés, isolée de son histoire.
Dans les années 1930.

Le sujet est peut-être l’histoire d’amour

Je n’y ai rien compris à cette histoire. Comment les personnages sont-ils arrivés à Alexandrie ? Pourquoi ont-ils décidé de vivre dans ce lieu ? Est-ce qu’ils l’ont même décidé ? Vous n’en saurez rien, du moins dans ce premier volume.

Quant aux personnages, ils sont incompréhensibles

#Le narrateur
Qu’est-ce qu’il attend de sa vie à Alexandrie ? Il semble ballotté au gré des circonstances, au gré de la volonté de ses amis ou de ses amours. Sur son île, il ressasse tout ça.

« Ces scènes étaient-elles fréquentes ou est-ce ma mémoire qui les a multipliées ? Peut-être cela ne s’est-il produit qu’une fois, et suis abusé par les échos qui s’en sont répercutés en moi ? »

Il se pose des questions, il n’a pas les réponses, et nous, encore moins.

#Justine

« Mais qui, connaissant Justine, ne serait ému à la lecture de ces scènes ? » p 125

Le narrateur parle d’un livre écrit par le premier mari de Justine pour essayer de la comprendre. Mais si je comprends bien que les hommes (et une femme) soient fascinés par Justine, j’ai beaucoup plus de mal à la trouver intéressante.

« C’est notre maladie, disait-elle, de vouloir tout faire tenir dans le cadre d’une psychologie ou d’une philosophie. Après tout, Justine n’a pas à être justifiée ou excusée. Elle est, simplement et magnifiquement ; nous devons la prendre telle qu’elle est, comme le péché originel. »

C’est sans doute mon problème, je n’arrive pas à imaginer Justine autrement qu’un fantasme ; tout le monde s’interroge, signe peut-être que personne n’accepte ce qu’elle est.

Et les différentes histoires du livre sont similaires, par exemple, quel plaisir le narrateur peut-il trouver à faire des perquisitions chez ses amis, leur causant ainsi des désagréments ?

Lirai-je la suite ?

Je suis partagée : il semble que les volumes ultérieurs apportent les réponses qui manquent à ce volume (projet de l’auteur) et ma curiosité est titillée, mais d’un autre côté, je me suis pas mal ennuyée à lire ce livre. Et il y a tant de livres qui me font envie avant le tome 2 : Balthazar.

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le style
  • La construction des livres, voulue par l’auteur

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Difficile à comprendre
  • Passages ennuyeux

Mes notes ?

Je ne suis pas certaine qu’il faut juger ce livre sans avoir lu les autres tomes. Je ne suis pas certaine également qu’il faut le juger en fonction de nos critères contemporains. Ai-je envie de lire les autres ? Je ne sais pas. Cet ouvrage restera sans doute dans ma mémoire à cause de toutes les interrogations sans réponses qu’il a suscitées.

Info-livre : Justine par Lawrence Durrell

Couverture du livre de Lawrence Durrell, Justine

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 2-253-93328-7
Pages : 311
Date de parution : 10/05/2000
(Publié en 1957 par Buchet Chastel)

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 394

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.