Hogarth Shakespeare project

Les éditions Hogarth ont demandé à des écrivains de réécrire des pièces de William Shakespeare à l’occasion du 400e anniversaire de sa mort (1617). Ils l’ont appelé Hogarth Shakespeare project.

Cinq couvertures de livres qui font partie du Projet Hogarth, portrait de Shakespeare
Des pièces de Shakespeare réécrites par des auteurs contemporains

.

Réécrire les pièces de Shakespeare.

Pour le public contemporain.

Rien que ça.

Huit auteurs et huit pièces pour le Hogarth Shakespeare project

Livres traduits

Margaret Atwood – Graine de sorcière (La tempête) – 11/04/2019
Edward St Aubyn – Dunbar et ses filles – (Le roi Lear) – 27/ 03 /2019
Jeanette Winterson – La faille du temps (Le Conte d’hiver ) – 07/03/2019
Tracy Chevalier – Le nouveau – (Othello) – 07/02/2019
Jo Nesbo – Macbeth – (Macbeth) – 13/09/2018
Anne Tyler – Vinegar girl – (La mégère apprivoisée) – 24/05/2018

Non traduit (à ma connaissance)

Howard Jacobson – Shylock is my name (Le marchand de Venise)

À venir

Une réécriture de Hamlet par Gillian Flynn

La pièce Roméo et Juliette est (encore ?) absente

Cette histoire universelle a été adaptée maintes et maintes fois. Citons parmi les plus connus, le ballet de Prokofiev (1935), la comédie musicale West Side Story (1957) ou Le Roi Lion 2 de Walt Disney (1998).

3 raisons de s’y intéresser

1. Parce c’est une revisite des pièces de Shakespeare.
2. Parce que si vous n’avez pas vu ou lu les pièces, c’est l’occasion d’en savoir plus.
3. Parce que si vous avez vu ou lu les pièces, vous saurez en quoi elles sont si modernes.

Dunbar et ses filles – Edward St Aubyn

Edward St Aubyn revisite Le Roi Lear.

Transposition de la pièce4,0/5
Intrigue3,5/5
Création d’un univers contemporain3,0/5
Style3,0/5
Moyenne3,4/5

Et nous, nous allons réviser…un peu.

Le roi Lear – Shakespeare

Autant vous le dire tout de suite, c’est une histoire de fous où la profondeur psychologique des personnages est absente.

Le roi Lear, se sentant vieillir ,décide de partager son royaume entre ses trois filles. En échange, il leur demande de lui faire savoir :

“Qui de vous nous aime le plus, afin que notre libéralité s’exerce le plus largement là où le mérite l’aura le mieux provoquée”

Déjà, voilà un roi qui ne sait pas que les paroles ne coûtent rien. Ses deux filles aînées s’exécutent en affirmant qu’elles aiment leur père plus que tout au monde, sympa pour leurs époux.

Goneril et Regan (Le Roi Lear)
Les deux filles aînées; Goneril et Regan

Mais Cordélia, la plus jeune des filles et la préférée du roi refuse et se borne à :

“J’aime votre Majesté comme je le dois, ni plus, ni moins”.

Elle aggrave même son cas :

“Peut-être au jour de mes noces, l’époux dont la main recevra ma foi emportera-t-il avec lui une moitié de mon amour, de ma sollicitude et de mon dévouement.”

Ah quand même !

Mais elle est aussitôt déshéritée et chassée du royaume. Par chance le roi de France accepte de l’épouser sans dot.
Et devant cette réaction excessive, la question se pose : le roi Lear mérite-t-il l’amour de ses filles ? Qui est Cordelia qui continue quand même à aimer ce père indigne ? Une oie blanche ? Une héroïne ?
Un des fidèles du roi Lear – mais comment fait-il pour avoir des fidèles avec un comportement pareil ? –  le comte de Gloucester, a deux fils, un fils légitime Edgar et un fils illégitime Edmond qui, par ruse, va faire en sorte que son père chasse Edgar pour lui prendre sa place, bien sûr. Encore quelqu’un de sympathique :

“Que je doive mon patrimoine à mon esprit, sinon à ma naissance ! Tout moyen m’est bon, qui peut servir mon but.”

C’est une histoire de fous, écrivais-je en préambules. La folie comme l’aboutissement du pire du pouvoir. Un roi qui a cru que l’amour s’achetait. Une pièce de théâtre à la puissance dramatique renforcée par les imprévus et les retournements de situation que je vous laisse découvrir.

Vous pouvez télécharger gratuitement la pièce de théâtre sur le site E-books

La réécriture par Edward St Aubyn, Dunbar et ses filles

Liseuse avec couverture du livre Dunbar et ses filles

Dans quel domaine, pourrait-on trouver de nos jours le pouvoir absolu des rois du passé. Dans les entreprises, bien sûr. Henry Dunbar est à la tête d’un des plus gros trusts de communication.
Lorsque l’histoire commence, il est en maison de retraite, où ses deux filles aînées l’ont relégué en espérant qu’il les laissera à leurs manipulations pour obtenir la totalité de l’entreprise.
Leur plus jeune sœur a déjà été déshéritée, et comme chez Shakespeare, ça ne l’empêche pas d’aimer son vieux père et de tout quitter pour venir à son aide.
En revanche, l’auteur ne semble pas avoir trouvé d’équivalent à la bâtardise d’Edmond. Ce qui est bien dommage
Dunbar s’enfuit, traverse une montagne hostile en ne sachant plus très bien ce qui relève de la réalité ou de sa sénilité. Des personnages apparaissent ou disparaissent après avoir joué leur rôle.
L’intrigue n’a pas tout à fait la complexité de celle de Shakespeare mais c’est peut-être aussi bien, pour atteindre un nouveau public.

En tout cas, ce livre m’a donné envie de m’intéresser aux autres œuvres de la série.

Mon avis en résumé

Ce qui peut vous plaire

  • La transposition dans le monde de la finance
  • La fidélité à l’esprit de la pièce

Ce qui peut vous agacer

  • Le style

Note : j’ai pu lire et chroniquer Dunbar et ses filles grâce au challenge Netgalley

Challenge NetGalley France 2019

Graine de sorcière – Margaret Atwood

Margaret Atwood revisite La tempête.

Transposition de la pièce5,0/5
Intrigue5,0/5
Création d’un univers contemporain4,0/5
Style3,0/5
Moyenne4,3/5

Il est bien dommage que ne soit pas communiqué qu’il s’agit d’une réécriture de La Tempête de Shakespeare; sans cette information, il est facile de passer à côté du livre.
Bien sûr, il y a un résumé de La tempête à la fin de Graine de sorcière mais vous apprécierez davantage le roman de l’auteure canadienne si vous avez votre propre interprétation.

La tempête – Shakespeare

Une pièce légère et joyeuse. Peut-être écrite pour un mariage.

L’univers narratif

Une île où une magicienne, autrefois exilée, a donné naissance à un fils Caliban. C’est sur cette île que Prospero et sa fille ont trouvé refuge.

Les personnages

#Prospero
Alors qu’il était duc de Milan, il a laissé les rênes à son frère pour mieux se consacrer à ses recherches sur la magie.

#Antonio
Frère de Prospero qu’il a trahi. Il a jeté son frère et sa nièce dans un bateau pourri en espérant qu’ils ne survivraient pas. Mais si, ils ont survécu.

#Miranda
Fille de Prospero, trois ans lors de leur exil, jeune fille au début de la pièce, elle ne connaît que son île et ses habitants.

#Alonzo
Roi de Naples, à qui Antonio a prêté allégeance, en échange de sa complicité pour s’emparer du duché de Milan.

#Ferdinand
Fils d’Alonzo.

L’intrigue

Gravure représentant la première scène de La tempête

Ariel, un esprit des éléments, prisonnier de Prospero, fait souffler une tempête sur le bateau du roi Alonzo qui revient du mariage de sa fille, en compagnie d’Antonio. Les occupants du navire sont dispersés sur la plage de l’île de Prospero. Il va vouloir se venger en utilisant ses pouvoirs magiques.

Alors c’est une histoire de vengeance ?

Ça pourrait, une petite vengeance alors. C’est une histoire d’amour, de magie, de pardon. Margaret Atwood y a surtout vu une histoire de prisons.

La réécriture par Margaret Atwood – Graine de sorcière 

Couverture du livre Graine de sorcière

L’univers narratif

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que l’histoire se passe dans une prison où des prisonniers participent à des cours de théâtre. Et qu’ils vont jouer La tempête de Shakespeare.

C’est tout ? Margaret Atwood s’est contentée d’écrire une histoire sur une troupe composée de détenus, qui monte la pièce de Shakespeare ? Bien sûr que non, laissez-moi vous présenter les personnages.

Les protagonistes du livre de Margaret Atwood

#Felix
Metteur en scène aussi connu qu’extravagant, des revers de fortune l’amènent à animer un atelier de théâtre pour détenus.

#Miranda
Le gentil fantôme de la fille de Felix, disparue à trois ans. Son père est le seul à la voir et à l’entendre.

#Tony
L’homme de confiance de Félix qui…

« …avait pris l’habitude de laisser Tony se charger des affaires courantes, parce que Felix était somme toute le directeur artistique, ainsi que Tony ne cessait de le lui répéter, et qu’il était au sommet de son art, comme les critiques ne cessaient de l’écrire. »

Ça vous rappelle quelque chose ?

#Sal O’Nally
En rivalité avec Felix pour une histoire de crayon volé alors qu’ils étaient enfants. Il lui préfère Tony.

#Frederick O’Nally
Le fils du précédent

#Anne-Marie
Actrice, elle devait jouer Miranda sous la direction de Felix. Elle s’est consacrée à la danse depuis la disparition de Felix de la scène publique, sans que sa carrière connaisse le développement mérité. Elle accepte la proposition de Felix de jouer Miranda aux côtés des détenus.

Eh oui.

Vous avez deviné, c’est une mise en abyme

Un récit dans un autre récit

Felix, trahi par Tony, veut se venger. Et il va utiliser ses pouvoirs magiques ? Oui, sauf qu’au théâtre ça s’appelle des effets spéciaux.

Quel est le rapport entre tempête et prisons ?

Felix explique aux apprentis acteurs qu’un des grands thèmes de la pièce était les prisons et leur demande d’éplucher le texte pour les trouver. Les détenus en trouveront neuf.
Ils ne trouveront pas que ça, ils trouveront aussi des suites à la pièce de théâtre de Shakespeare, toutes convaincantes, toutes argumentées.

Le style

Incipit :

« Felix se brosse les dents. Puis il se brosse les autres, les fausses, et les remet en place. Il a beau appliquer une bonne couche de crème adhésive, elles tiennent mal ; peut-être que sa bouche rétrécit. Il sourit : sourire illusoire. Simulacre, duperie, mais qui le remarquera ? »

Mon avis en résumé

Ce que vous allez aimer

  • La mise en abyme
  • Une interprétation soignée de la pièce de théâtre
  • Neuf prisons dans la pièce (au sens figuré)
  • Plusieurs suites imaginées à la tempête.

Ce qui peut vous agacer

  • Difficile d’apprécier sans avoir au moins relu la pièce de Shakespeare.

Le nouveau – Tracy Chevalier

L’auteur a transposé la pièce de Shakespeare, Othello, aux États-Unis, dans une classe de primaire. Othello, Desdémone et Iago sont des élèves de CM2.

Ce que j’ai retenu de la lecture d’Othello

Les intentions de Iago sont affichées dès la première scène : il veut se venger d’Othello parce qu’il lui a préféré Michel Cassio comme lieutenant. C’est une histoire de vengeance, de manipulation, pas seulement de jalousie.
Iago manœuvre son entourage pour faire croire à Othello que sa femme, épousée en cachette et sans l’accord du père de celle-ci, lui est infidèle. La suite est connue, Othello étrangle Desdémone et se tue, après avoir appris qu’elle était innocente. Emilia, la femme de Iago meurt des mains de ce dernier.

Mort d'Othello
Mort d’Othello
Tableau de Molmenti (1819-1894)

 

La réécriture par Tracy Chevalier : Le nouveau

Couverture de Tracy Chevalier, Le nouveau

Comme toujours, je vous recommande de lire ou relire la pièce de Shakespeare avant, ne serait-ce que parce que l’auteur nous laisse des indices pour comprendre qui est le personnage transposé.

Transposition de la pièce3,0/5
Intrigue3,0/5
Création d’un univers contemporain4,0/5
Style3,0/5
Moyenne3,3/5

L’univers narratif

Une école primaire aux États-Unis. Tous les élèves sont blancs.

Les personnages

#Osei
Son père est un diplomate ghanéen en poste à Washington. Osei préfère qu’on l’appelle O. Il a l’habitude d’être le nouveau, toujours dans des écoles où il est le seul noir.

#Dee
La meilleure élève de la classe et la plus populaire. C’est à elle qu’on demande d’aider le nouveau à se familiariser avec l’école.

#Ian
Comme ses frères avant lui, il terrorise les autres, surtout les plus petits qu’il ne manque jamais de racketter.

#Mimi
Meilleure amie de Dee, elle est un peu différente sans qu’on sache bien pourquoi. Elle se laisse embrasser par Ian et le regrette assez vite.

L’intrigue

L’auteur a respecté l’intrigue d’Othello. Mais la transposition ne m’a pas convaincue.
S’il est vrai que les enfants peuvent être cruels entre eux et qu’une bousculade dans une cour de récréation peut mal tourner, l’intrigue requiert une maturité qu’on n’attend pas d’élèves de CM2. Le décalage entre l’âge des personnages et les émotions, sentiments qu’ils sont supposés ressentir nuit à la fluidité de la lecture.
Alors que la tension est présente dès la première scène de la pièce de Shakespeare, elle est totalement absente du début du roman.

Le style

Incipit :

« Dee le repéra avant tout le monde. Elle en fut très heureuse et fit durer l’instant. »

Citation :

« Populaire n’était pas un adjectif qu’on aurait pu prêter à Ian. Personne ne venait rire ou papoter avec lui. Du moins, depuis très longtemps. Il ne savait pas au juste comment c’était arrivé, mais il était devenu le garçon que les autres craignaient sans le respecter. »

Mon avis en résumé

Ce que vous allez aimer :

– Retrouver presque tous les personnages de Shakespeare
– Les indices laissés par l’auteur sur les rôles transposés aux enfants.

Ce que vous regretterez (ou pas) :
– Le manque de réalisme de la transposition

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.