La petite-fille — Bernhard Schlink

La petite-fille de Bernhard Schlink pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. La principale question : qu’auriez-vous fait à la place de Kaspar ?

En arrière plan, la porte de Brandebourg (Berlin) et au premier plan, la couverture du livre de Bernhard Schlink, La petite fille
La porte de Brandebourg (Berlin)

Que se passe-t-il ?

Kaspar a aimé Birgit toute sa vie, malgré ses fuites, malgré l’alcool. Lorsqu’elle meurt accidentellement, il découvre qu’elle a écrit son histoire, sa rencontre avec lui, sa fuite de la RDA et surtout, surtout qu’elle a abandonné sa fille pour le suivre.

Le mur de Berlin en 1986
Le mur de Berlin en 1986

Après la chute du mur de Berlin, elle a rêvé de la rechercher, elle a rédigé des lettres jamais envoyées. Kaspar décide d’entreprendre cette quête.

Crédit photo : Noir sous licence CC BY-SA 3.0

Si un roman peut vous faire comprendre à quel point la réconciliation franco-allemande est un miracle, c’est bien celui-là. Certes, nous nous sommes réjouis de la réunification des deux Allemagnes, mais que savons-nous de ce que ressentaient les Allemands ? De la culpabilité qui retombait (… ou pas) sur les générations suivantes ? De la signification de la fuite de la RDA ? Nous n’avons pas vécu la même histoire, loin de là, et j’en ai appris beaucoup grâce à ce livre.

J’ai aimé le dénouement, loin d’être l’un des deux auxquels je m’attendais (aucun ne m’aurait satisfaite).

Où et quand ?

Le roman se déroule à Berlin, des années 1960 à nos jours.

Crédit photo : dronepicr sous licence CC BY 2.0

Berlin
Berlin

Qui sont les personnages ?

Kaspar
J’ai eu du mal à le comprendre, il est pourtant la clé de toute l’histoire. Il s’attache très vite à sa petite-fille par alliance, bien que complètement dérouté par son éducation. Que veut-il au juste ? Mystère, mais doit-on vouloir quelque chose de ceux qu’on aime ?

Sigrun
Elle a été élevée dans la communauté völkisch, des gens fortement marqués par leurs racines germaniques, ce qui les conduit à défendre l’idée de la pureté de la race. Sigrun est antisémite et négationniste. Elle apprend avec surprise qu’on ne peut pas reconnaître si un compositeur est allemand, uniquement à sa musique.

Elle est pourtant attachante, sans doute grâce à sa naïveté, sa jeunesse (elle a quatorze ans quand elle rencontre Kaspar) et ses certitudes peut-être pas si ancrées que ça.

Qu’auriez-vous fait à la place de Kaspar ?

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Il rentrait chez lui. Il était dix heures ; le jeudi, il ne fermait pas la librairie avant neuf heures, et quand, à neuf heures et demie il avait abaissé les rideaux de fer des vitrines et de la porte, il prenait le chemin qui traversait le parc en une demi-heure, plus long qu’en empruntant les rues, mais après une longue journée cela faisait du bien. »

Citation :

« À l’époque, l’immobilité de la vie m’impatientait, maintenant elle me rendait heureuse. J’étais heureuse de n’avoir rien à faire, sinon attendre. Je n’attendais même pas, l’attente est une activité, je n’en avais aucune, c’est le temps qui en avait une. Il passait. »

Birgit

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • En apprendre davantage sur nos voisins allemands
  • Le personnage de Sigrun
  • Le dénouement

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Kaspar, difficile à comprendre

Un des meilleurs livres du moment (2023)

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages4,5/5
Intrigue5,0/5
Écriture4,0/5
Moyenne4,6/5
Plus de détails sur le système de notation
Couverture du livre de Bernhard Schlink, La petite fille

Editeur : Gallimard
ISBN : 978-2-07-299531-6
Pages : 337
Date de parution : 09/02/2023

Français et Allemands

Les Souvenirs et les Mensonges aussi
Karine Lebert

En arrière-plan, la façade d'une maison normande, au premier plan, la couverture du livre de Karine Lebert, Les Souvenirs et les Mensonges aussi
Tout commence à Honfleur

Toute la lumière que nous ne pouvons voir
Anthony Doerr

En arrière-plan, un croquis de Saint-Malo, au premier plan, la couverture du livre d'Anthony Doerr, Toute la lumière que nous ne pouvons voir.
Le livre débute avant la Deuxième Guerre mondiale et se termine en 2014.
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x