La salle de bal — Anna Hope

Des thèmes passionnants et parfois mal connus confèrent au livre, La salle de bal son originalité. Malheureusement, à cause de personnages passifs et d’une intrigue plate, le roman ne m’a pas convaincue.

A l'arrière-plan, le Menston Hospital et au premier plan la couverture du livre d'Anna Hope, La salle de bal
L’arrière-plan est construit à partir d’une photo du Menston Hospital dont Anna Hope s’est inspirée. Auteur de la photo : Dr Neil Clifton sous licence CC BY-SA 2.0.

Intrigue

Ella est hospitalisée à l’asile d’aliénés de Sharston, un établissement qui vit en autarcie grâce au dur travail des pensionnaires. Seul point lumineux dans leur vie : le bal hebdomadaire. Ella rencontre John, mais ils ne peuvent pas se retrouver en dehors de ces quelques heures ; les hommes travaillent à l’extérieur, les femmes travaillent à l’intérieur.

Le livre recouvre une multitude de thèmes : les soins psychiatriques au début du XXe siècle, l’enfermement des femmes quand elles ne sont pas assez dociles, le mouvement eugéniste qui existait en Angleterre à cette époque (mouvement soutenu par un dénommé Winston Churchill).
La fin m’a touchée, mais il manque quelque chose pour que La salle de bal soit passionnant, sans doute une réelle intrigue ou des personnages moins passifs.

L’univers narratif

Le récit se déroule dans l’asile d’aliénés. L’auteur s’est inspiré de l’asile de Menston (site en anglais) créé en 1888 et fermé en 2003.

Les personnages

#Ella
Elle a été enfermée pour avoir brisé une fenêtre sur son lieu de travail. Le lecteur comprend que sa vie précédente était à peine meilleure.

#John
Il souffre de « mélancolie », il ne se révolte pas, du moins jusqu’à ce que…

#Clem
Son père espère la guérir de… son refus d’épouser l’homme qu’il lui a choisi. Elle attire l’attention du Dr Fuller, et ce ne sera pas pour le meilleur.

#Charles Fuller
Homme et médecin médiocre, il refuse de se voir tel qu’il est. Dévoré d’ambition, il rêve de se faire remarquer et la société eugénique britannique pourrait être un tremplin.

Style

Incipit :

« C’était une belle et douce journée. Elle marchait lentement, prudente sur le chemin semé d’ornières. De chaque côté se déployaient des prés, et dans ces prés, du bétail paraissait au soleil. Les fleurs d’été poussaient librement dans les fissures des murets éboulés. Le paysage était vert. Quelque part en bordure des choses elle sentait l’odeur de la mer. »

Citations :

« Notre tâche… en vérité, à la Société eugénique, est d’étudier toutes les méthodes possibles pour empêcher la décadence de la nation, et quand cet objectif sera atteint, il deviendra évident que non seulement la lutte sera longue et ardue, mais que notre première préoccupation devrait être de commencer sur des bases justes. »

« Il est notable, poursuivit Darwin1, que les sections de la communauté qui parviennent le moins bien à gagner leur vie se reproduisent plus rapidement que les bénéficiaires de salaires plus élevés ; et, en second lieu, qu’une proportion considérable de cette strate la plus pauvre, s’en extrait ou s’y enfonce à cause de quelque force ou faiblesse innée de l’esprit ou du corps, avec pour résultat que les membres de cette classe mal payée ont en moyenne, et de façon inhérente, moins de capacités que les mieux payés. »

(1) Il s’agit de Léonard Darwin, quatrième fils de Charles Darwin

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Les thèmes : psychiatrie au début du siècle dernier, eugénisme
  • Les explications à la fin du livre

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une intrigue plate

Mes notes

Univers narratif 5,0/5
Personnages3,0/5
Intrigue3,0/5
Écriture4,0/5
Moyenne3,8/5

Info-livre : La salle de bal par Anna Hope

Couverture du livre d'Anna Hope, La salle de bal

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-282447-0
Pages : 448
Date de parution : 04/04/2019

Autres livres sur les troubles psychiatriques

Le bal des folles
Victoria Mas

En arrière plan, le tableau de André Brouillet, Une leçon clinique à la Salpêtrière. Au premier plan le couverture du livre de Victoria Mas, Le bal des folles
En arrière plan, le tableau de André Brouillet, Une leçon clinique à la Salpêtrière.

Un insaisissable paradis
Sandy Allen

A partir d’un texte et de recherches personnelles de l’auteur.
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.