Le bal des folles — Victoria Mas

Un premier roman dont le succès ne se dément pas. Il est vrai que le sujet du livre, Le bal des folles, m’a émue. Au XIXe siècle, des femmes étaient internées parce qu’elles ne se conformaient pas aux attentes de la société. Je me suis aussi sentie perplexe, l’histoire part un peu dans tous les sens.

En arrière plan, le tableau de André Brouillet, Une leçon clinique à la Salpêtrière. Au premier plan le couverture du livre de Victoria Mas, Le bal des folles
En arrière plan, le tableau de André Brouillet, Une leçon clinique à la Salpêtrière.

L’univers narratif

La Salpêtrière, hôpital psychiatrique au XIXe. L’auteur a su comment nous y amener.

Les personnages

#Louise
Une toute jeune fille de seize ans. Le traumatisme qu’elle a subi l’a conduite en hôpital psychiatrique. Pendant les cours, le médecin provoque des crises par hypnose. Grâce à Louise, dit-il à son public, la science avance.

#Geneviève
Infirmière et admiratrice inconditionnelle du Dr Charcot, elle veille au bien-être des patientes.

#Eugénie
Un personnage qui m’a perdue : que vient faire le fantastique là-dedans ?

#Autres personnages
Les pères (celui d’Eugénie et celui de Geneviève) sont caricaturaux. Heureusement, Théophile, le frère d’Eugénie relève le niveau.

#Dr Charcot
Il est très peu présent, mais une scène qui l’oppose à Geneviève est criante de vérité. Bien que Geneviève se dévoue des années à l’hôpital, il rejette son opinion avec mépris.

L’intrigue

L’auteur raconte l’histoire de ces trois femmes à l’époque où il ne faisait pas bon être faire partie du sexe faible. La psychiatrie balbutiait et menait des recherches inhumaines. Certaines femmes ne se sentaient pourtant en sécurité que derrière les murs de l’hôpital.

Je ne suis pas certaine d’avoir compris le thème du roman, les femmes présentées par le narrateur sont malades, à l’exception d’Eugénie, amenée par son père, pour une autre raison, ce qui brouille un peu le message.

Le bal, unique distraction des patientes, les apaisait alors que l’esprit contemporain est horrifié à l’idée qu’on puisse assister à un tel divertissement.

Il y a tout ça dans ce livre : traitement des malades mentales, femmes à la vie massacrée, hommes arrogants et sans pitié vis-à-vis de leurs filles, public parisien qui vient s’amuser au bal des folles, sans oublier du fantastique. Ça fait beaucoup en 250 pages.

Le style

L’auteur utilise souvent le mot « folle » (ou aliénée). C’est ainsi qu’on les appelait à l’époque, mais j’ai trouvé ce terme, violent, un peu contradictoire avec le reste aussi.

Incipit :

« — Louise, il est l’heure
D’une main, Geneviève retire la couverture qui cache le corps endormi de l’adolescente recroquevillée sur le matelas étroit ; ses cheveux sombres et épais couvrent la surface de l’oreiller et une partie de son visage. »

Citation :

« Un médecin pense toujours savoir mieux que son patient, et un homme pense toujours savoir mieux qu’une femme : c’est l’intuition de ce regard-là qui rend aujourd’hui anxieuses les jeunes femmes attendant leur évaluation. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’hôpital de la Salpêtrière au XIXe siècle
  • Le style

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Une histoire qui part dans tous les sens.

Mes notes

Univers narratif
Personnages
Intrigue
Style

Moyenne

5,0/5
2,5/5
2,5/5
4,0/5

3,5/5


Info-livre : Le bal des folles par Victoria Mas

Couverture du livre de Victoria Mas, Le bal des follesEditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2-226-44210-9
Pages : 250
Date de parution : 21/08/2019

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.