Le colonel ne dort pas — Émilienne Malfatto

En arrière-plan, une ville en ruines, au premier plan, la couverture du livre d'Emilienne Malfatto, Le colonel ne dort pas.
En arrière-plan, une ville en ruines
Photo de Levi Meir Clancy sur Unsplash

Le colonel ne dort pas est un livre aussi glaçant et effroyable que puissant. Émilienne Malfatto fait partie de ces auteurs qui n’ont pas besoin d’en faire des tonnes pour vous envoyer un coup de poing dans le plexus.

Que se passe-t-il ?

Un militaire devenu un « spécialiste », euphémisme pour désigner un professionnel de la torture, ne dort plus, hanté par ses victimes, ceux qu’il a tués, ceux qu’il a torturés.
Les victimes sont peu évoquées, mais les mots font frissonner, horrifient.

Où et quand ?

Dans une Ville et un pays qui ne sont jamais nommés. J’ai pourtant eu l’impression de les connaître, réminiscences de choses vues ou lues. Émilienne Malfatto n’a pas besoin de les décrire, ou à peine, pour que mon imagination convoque des images trop réelles.

Les personnages

Le colonel
Il a d’abord cru à la cause, que ce qu’il faisait était utile avant de se faire rattraper par ses fantômes.

« Spécialité
bien sûr on ne me les formula pas ainsi
au départ
non
c’était plus subtil que ça
sécuriser
protéger
et toujours la cause la noble cause noble forcément »

Le général
Symbole de la dégénérescence du Pays et de la cause, on le voit à peine.

L’ordonnance
Il se tient en retrait, assiste aux séances de torture sans enthousiasme. Le colonel envisage de le dénoncer.

Comment est-ce écrit ?

Toute la puissance d’Un colonel ne dort pas réside dans l’écriture d’Émilienne Malfatto. Elle laisse notre imagination suppléer aux manques de précisions ainsi que les passages en vers libres.

Incipit :

« Ô vous tous
puisqu’il faut que je m’adresse à vous
que je ne peux plus vous ignorer
puisque vous êtes devenus les sombres seigneurs
de mes nuits
puisque vos ombres et vos cris
résonnent dans mes ténèbres
puisque les Hommes-poissons
ont pris possession de mes rêves
vous tous je m’adresse à vous
mes victimes mes bourreaux
je vous ai tués tous »

Citation :

« L’ordonnance, lui, se tient toujours en dehors du cercle de lumière (qui n’est accessible qu’à partir d’un certain nombre de galons) et il reste donc très concentré sur son étude des couleurs pour ne rien voir d’autre. Surtout pour ne pas voir la chose, l’ordonnance n’imagine pas quel autre mot utiliser, bien sûr il sait qu’il s’agit (qu’il s’agissait) d’un homme, mais vraiment il faudrait un effort pour se rappeler que ce fut un homme alors l’ordonnance, dans ses réflexions à lui-même, parle toujours de choses. »

Mon avis en résumé

Je n’ai pas lu ce livre avec plaisir malgré ses qualités, c’était déjà un peu le cas pour Que sur toi se lamente le Tigre. Mais pour autant doit-on rester à l’écart d’œuvres qui rappellent sans concessions certaines réalités ?

Un des meilleurs livres du moment (2022). Une des nouveautés de poche (2024).

Ma note : 5/5

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Des livres qui frappent fort sans en faire des tonnes

À la ligne Feuillets d’usine
Joseph Ponthus

En Arrière-plan, une usine, au premier plan, la couverture du livre de joseph Ponthus, A la ligne, feuillets d'usine
« En entrant à l’usine, Bien sûr j’imaginais »

Les testaments
Margaret Atwood

En arrière-plan, des figures féminines et au premier plan, la couverture du livre de Margaret Atwood, Les testaments.
« Seuls les morts ont droit à une statue, mais on m’en a élevé une de mon vivant. »

Info-livre : Le colonel ne dort pas par Émilienne Malfatto

Couverture du livre d'Emilienne Malfatto, Le colonel ne dort pas.

Editeur : Sous-sol (Editions du)
ISBN : 978-2-36468-664-9
Pages : 112
Date de parution : 19/08/2022

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 602
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires